Dépasser les frontières

2 MIN DE LECTURE
La performance tout-terrain. Tel est l’objectif de la nouvelle BMW X3. BMW a rencontré trois sportifs de l’extrême qui savent très bien ce que « repousser les limites » veut dire. Qui connaissent l’aventure, la curiosité et la joie de découvrir de nouveaux horizons.
C’était la vague la plus grande, la plus violente, la plus angoissante – et la plus magique.
Freddie Meadows

Surfeur de l’extrême

« Depuis que j’ai 14 ans, quasiment tout ce que j’entreprends tourne autour du surf. J’ai même réussi à convaincre ma mère de m’emmener sur les plages l’hiver et quand il neigeait. Et puis un jour j’ai commencé à surfer en Norvège, au nord du cercle polaire. Il y a deux ans et demi, je suis parti en expédition avec des amis le long de la côte suédoise. Nous étions, comme toujours, à bord de ma BMW, dans un environnement encore complètement inconnu. Le quatrième jour, nous avons surfé sur une vague qui m’a littéralement mis les larmes aux yeux. Nous l’avons appelée Walhalla. C’était la vague la plus grande, la plus violente, la plus angoissante et la plus magique que j’ai encore jamais vue en Suède. J'ai passé environ six heures dans une eau froide à un degré et j’en suis ressorti l'homme le plus heureux de la Terre. »

Chaque fois que je voyais un sommet, je disais à mes parents : quand je serai plus grande, je grimperai là-haut.
Fátima Gil

Alpiniste

« J’ai toujours voulu grimper sur les montagnes, pas seulement y monter en randonnée. Quand j’escalade un passage difficile, je sais que je peux tomber à tout moment, malgré la corde de sécurité. On commence alors un combat acharné avec sa conscience qui répète : je n’y arriverais pas. Il faut mettre la peur de côté, c’est elle qui nous impose des limites, et accomplir le challenge pas à pas. Lorsqu’un sommet est atteint, cela ne veut pas dire que la montagne est vaincue, mais qu’on a dépassé ses propres limites. »

Communion du corps et du vélo : il n’y a que comme ça que Martin Söderström maîtrise les situations dangereuses du sport extrême.
Souvent, je me rends uniquement compte de ma proximité avec le précipice quand je regarde des vidéos de moi.
Martin Söderström

Coureur VTT freeride

« Je ne suis pas un mordu d’adrénaline. Je suis même plutôt anxieux. Je suis conscient que c’est paradoxal, car mon sport peut très vite être dangereux. Mais hors de question d’y penser sur le vélo, et encore moins en compétition. Souvent, je me rends uniquement compte de ma proximité avec le précipice quand je regarde des vidéos extrêmes de moi après une course. Réussir à passer un trick sur lequel je travaille depuis longtemps, voilà ce qui me motive. La précision est au centre de tout. Tout doit s’imbriquer parfaitement. Il n’y a que comme ça que tu peux gagner. »

SORTIR DE LA ZONE DE CONFORT.

BMW X3 : un véhicule tout terrain et des options haut de gamme.

En savoir plus