Découvrez les modèles, produits et services BMW:

BMW dans votre pays

Sélectionner un autre pays

La conceptrice de réseau

4 MIN DE LECTURE

Sandra Phillips voit loin : elle s'occupe de la mobilité de demain.

En tant qu'experte de la mobilité partagée et lauréate du concours d'idées « Next Visionaries » de BMW i et TED, elle explique pourquoi davantage de mobilité est le grand objectif de chacun et pourquoi la durabilité écologique et le transport local y jouent un rôle important.

Magazine BMW : Lors d'une soirée, comment expliquez-vous exactement ce que vous faites dans la vie ?

Sandra Phillips : Je dis que je suis une sorte d'architecte. Sauf que je ne construis pas de maisons, mais des réseaux pour la mobilité de demain. Et nous en avons énormément besoin : nous avons d'une part les transports en commun. Mais leurs réseaux sont souvent incomplets en dehors des mégapoles comme New York ou Londres. Nous avons d'autre part les véhicules privés. Mais beaucoup de personnes ne peuvent pas ou ne veulent pas acheter leur propre véhicule ou ne souhaite simplement pas l'utiliser. Les enfants ne peuvent pas conduire et souvent, les personnes âgées ne le font pas. La mobilité partagée peut combler ces lacunes. Ceci est à la fois utile sur le plan économique mais également sur le plan écologique. Tout est question de durabilité.

Et comment ça marche exactement ?

Mon agence a par exemple accompagné BMW lors du lancement de ReachNow en Amérique du Nord. Nous avons travaillé directement sur la mise en œuvre et formé l'équipe de gestion. ReachNow dispose non seulement d'une flotte de véhicules de pour l'autopartage, mais elle propose également un service de taxi avec application, Ride-Hailing, à Seattle. Mais le réseau de mobilité partagée peut être envisagé de manière encore plus large. En particulier dans le transport local : avec des vélos de location, par exemple, ou des scooters de location. Il y a également les services de covoiturage, où les passagers partagent le même minibus et le même chauffeur par exemple. La prochaine étape pourrait être un minibus autonome. Voilà à quoi peut ressembler la mobilité du futur.

Mon objectif est de fournir de meilleures options de mobilité pour tous et, ce faisant, d'améliorer leur accès aux services de santé, aux opportunités d'éducation et à une vie culturelle et sociale plus riche.
Sandra Phillips,

experte en mobilité partagée

Êtes-vous impatiente de découvrir les opportunités que la conduite autonome apportera ?

Absolument. À Sion, en Suisse, un bus autonome opère depuis 2016 sur un itinéraire défini à travers la ville en tant que partie intégrante du transport local. Le concept de conduite autonome est en effet très important pour la mobilité partagée. Lors de l'autopartage, les véhicules ne sont souvent pas laissés là où ils sont nécessaires. Il serait donc bon qu'ils puissent se rendre eux-mêmes au prochain utilisateur ou à une borne de recharge.

Où voyez-vous le plus grand besoin d'amélioration actuellement ?

À l'heure actuelle, l'autopartage est principalement destiné aux grandes villes, simplement parce qu'il y a beaucoup de personnes et autant d'utilisateurs potentiels vivant dans une zone restreinte. Les petites villes de moins de 500 000 habitants présentent des lacunes. Et bien sûr, nous devrions penser davantage à des marchés tels que l'Afrique, l'Amérique du Sud ou l'Asie, où le potentiel est énorme.

Qui appartient au groupe cible de la mobilité partagée selon vous ?

Jusqu'à présent, les hommes relativement instruits et bien rémunérés se sentent particulièrement concernés par le concept d'autopartage. Mon objectif est de fournir de meilleures options de mobilité pour tous et, ce faisant, d'améliorer leur accès aux services de santé, aux opportunités d'éducation et à une vie culturelle et sociale plus riche. Tout cela peut faire beaucoup pour la mobilité de demain à mes yeux.

À propos de Sandra Phillips

Sandra Phillips a grandi en Suisse où elle a étudié la linguistique informatique, la littérature anglaise et l'économie avant de déménager à Vancouver en 2008, où elle a d'abord décelé le faible développement des transports publics. En 2013, elle a fondé l'agence movmi. En automne 2017, elle a remporté le concours d'idées « Next Visionaries » de BMW i et TED.

Cookies

Nous utilisons des cookies pour optimiser votre visite sur ce site et l’améliorer en continu selon vos besoins. Veuillez cliquer sur « Cookies » pour obtenir des informations détaillées concernant leur utilisation sur ce site. Si vous cliquez sur « J’accepte », les cookies seront activés. Si vous ne souhaitez pas les activer, vous pouvez refuser en cliquant ici . Vous pouvez modifier les paramètres à tout moment dans l’onglet «Cookies».