Quiz de Noël : quelles coutumes existent vraiment ?

12 min de lecture
Les traditions de Noël dans le monde sont parfois étranges. Il faut faire preuve d’inventivité pour en imaginer. Nous en savons quelque chose… Saurez-vous faire la différence entre les coutumes de Noël réelles et celles que nous avons inventées ?

Le 18 décembre 2018

Traditions de Noël en Allemagne : le côté obscur du Père Noël

Commençons par le Krampus, une tradition de Noël en Allemagne et en Autriche. Le Krampus est l’équivalent démoniaque de saint Nicolas, le saint chrétien à l’origine du mythe du Père Noël. Si les enfants ont été sages, ils reçoivent des noix, des oranges et des friandises. Mais s’ils ont fait des bêtises, le Krampus leur donne du charbon. À une certaine époque, il pouvait même les battre et les kidnapper. Aujourd’hui, Allemands et Autrichiens célèbrent le Krampus avec des parades. Ils se déguisent en créatures démoniaques – semblables à des chèvres aux yeux terrifiants et avec des crocs –, parcourant les rues la nuit avec des torches et des branches de bouleau.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Le Krampus est une tradition bien réelle

Oui, elle existe vraiment. Cela fait penser à un condensé de principes d’éducation datant du Moyen Âge et oubliés depuis bien longtemps. Mais cette tradition est bel et bien réelle, les enfants n’étant évidemment plus battus, ni menacés.

Russie : en voiture Père Noël !

C'est un fait souvent déploré en Russie, mais le pays est si vaste (avec comparativement une population plutôt restreinte) que la plupart des gens doivent faire de longs voyages pour célébrer Noël en famille. Dans les années 1980, certaines familles ont donc commencé à décorer l'intérieur de leur voiture pour insuffler l’esprit des fêtes de fin d’année.

La coutume s'est vite répandue pour devenir une véritable tradition de Noël en Russie. Vous pouvez même acheter en ligne des kits de Noël spécialement conçus pour les voitures et comprenant des lumières, des guirlandes et du gui en plastique. Au début, il y avait aussi des décorations de Noël en verre qui, après quelques années, ont été interdites parce qu'elles se brisaient pendant le trajet. Ces kits incluent désormais des boules en plastique brillant.

Scroller pour découvrir la réponse

FAUX
FAUX

La voiture de Noël russe, juste un rêve

On vous a bien eu(e) (espérons-le) ! Vous trouverez toujours des Russes pour décorer l’extérieur de leurs voitures, mais c’est loin d’être l’une des coutumes de Noël en Russie.

Le marathon des fêtes de fin d’année : traditions de Noël au Mexique

Le rêve de tous les enfants est de faire durer Noël le plus longtemps possible. Au Mexique, ce rêve est devenu réalité puisque la population organise une fête tous les soirs pendant les neuf jours précédant le réveillon de Noël. Chaque soir, les enfants, les yeux bandés, essaient de casser avec un bâton des piñatas en forme d’étoile remplies de bonbons. Si l’un des enfants se retrouve les mains vides, il se réconfortera en piochant des friandises dans des paniers appelés colaciónes. Il se peut aussi que les enfants soient malchanceux si la piñata renferme de la farine, des confettis ou de l’eau !

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Une vivante tradition de Noël au Mexique

Cette tradition est également vraie, même s’il est difficile d'imaginer des parents se donner la peine de créer de fausses piñatas pour le plaisir de voir un enfant de six ans en colère. Ce sont des moines augustiniens qui sont à l’origine de cette tradition mexicaine des piñatas et des neuf fêtes. Selon les historiens, elle aurait été adaptée d'une fête aztèque similaire.

L’étrange histoire du Caganer catalan

De nombreuses traditions de Noël en Espagne sont similaires à celles d'autres pays, mais celle-ci est vraiment un cas particulier. Ce qui se cache derrière ce nom faisant penser à celui d’un bateau pirate fictif est en fait l'une des traditions les plus originales qui soient. Le Caganer catalan, littéralement  le « chieur catalan », est un santon que l’on retrouve dans toutes les crèches de Catalogne et qui, penché, défèque, comme son nom le suggère. Traditionnellement, c’est un homme portant chemise blanche et bonnet, mais vous ne serez pas surpris d'apprendre qu'aujourd'hui, il existe des versions représentant des célébrités et politiciens actuels, d’Elizabeth II à Katy Perry. Parmi les traditions de Noël dans le monde, on a vraiment l’impression que celle-ci a été inventée par des enfants.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Cette tradition de Noël en Espagne est bien réelle

Étonnamment, cette coutume de Noël existe vraiment. Même si elle ne remonte qu'au XVIIIe siècle, personne ne sait vraiment d'où elle vient, ni ce qu'elle signifie. Ce qui est sûr, c'est que le Caganer est bien ancré dans la vie locale : une année, la Ville de Barcelone avait décidé de retirer ces figurines, mais cela a provoqué un tel tollé qu'elle a été contrainte de faire marche arrière. Depuis, le Caganer catalan est un incontournable des crèches catalanes.

De surprenants bandits de grand chemin en Écosse

Si, un dimanche de décembre, vous roulez sur une route d’Écosse, il est possible que la neige vous oblige à vous arrêter. Mais, tous les jours de l’Avent, vous pouvez également être arrêté par des barrages routiers élevés par des enfants, qui vous demanderont des bonbons ou de la petite monnaie. Un refus de votre part signifiera implicitement que vous les autorisez à lancer sur votre voiture/moto/tête des boules de neige alignées, prêtes à l’emploi, sur le bord de la route. Bien sûr, c’est plus difficile à mettre en place en ville, mais cette coutume de Noël est pratiquée avec enthousiasme par tous les petits Écossais, partout où la circulation le permet. On dit qu’à l’origine, c’était une pratique païenne lors du solstice d’hiver.

Scroller pour découvrir la réponse

FAUX
FAUX

Ne soyez pas effrayé(e) par les barrages routiers écossais

Cette tradition de Noël a été inventée de toutes pièces. Et c’est sûrement mieux ainsi : le froid ne causera pas d’engelures aux enfants et les parents consacreront l’argent ainsi économisé aux cadeaux de Noël.

Un cornichon de Noël pour des cadeaux de Noël

Les traditions de Noël aux États-Unis ne se résument pas qu’aux illuminations. Parmi les décorations couramment installées à l'intérieur et à l'extérieur des maisons américaines pendant les fêtes de fin d’année, il est possible que vous ne remarquiez pas le petit cornichon en verre suspendu au beau milieu de l'arbre ? Il s’agit du célèbre cornichon de Noël. Il n’est pas facile à trouver car c’est traditionnellement la dernière décoration à être accrochée dans le sapin de Noël. Le premier enfant qui le trouve le 25 décembre reçoit un cadeau de Noël supplémentaire ou plus de bonbons. Il doit donc être bien caché pour éviter qu’il soit repéré trop facilement.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Une véritable tradition de Noël internationale

On peut dire qu’il s’agit d’une vraie tradition. Des Américains ont commencé à accrocher des cornichons décoratifs dans leurs sapins de Noël à la fin du XIXe siècle parce qu’ils étaient convaincus que c’était une tradition de Noël en Allemagne, ce qui n’était certainement pas le cas. Il existe une théorie selon laquelle cette « tradition des Fêtes » aurait été inventée par des fabricants de décorations en verre qui ont commencé à exporter leurs produits aux États-Unis. Aujourd’hui, ce qui était à l’origine une fausse coutume allemande est en passe de devenir une véritable tradition de Noël internationale puisque les cornichons en verre sont à présent vendus en dehors des États-Unis.

Et vous pensiez que le Père Noël aimait les couleurs

Si vous êtes expatrié(e) dans le sud-est du Brésil à Noël et que vous entendez sonner à votre porte, sachez qu’il ne s’agit pas de chanteurs classiques. En ouvrant la porte, vous serez face à un groupe composé de musiciens, de trois rois, d'un porte-drapeau et de clowns vêtus de costumes extravagants et prêts à commencer leur représentation. Ce groupe apparemment mal assorti sonne de porte en porte et interprète des chansons. Les clowns portent des masques et font des acrobaties ; en échange, les familles visitées leur offrent de l'argent ou de la nourriture.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Numéros de clowns pendant la Folia de Reis

Nous aurions pu inventer cette tradition de Noël en pensant au carnaval de Rio. Eh bien non ! Cette tradition, appelée Folia de Reis, existe vraiment. Elle a commencé à la fin du XVIIIe siècle dans les fermes et les raffineries de sucre le long de la côte, avant de se répandre à l'intérieur des terres. Elle pourrait avoir des racines européennes, bien que cela fasse l'objet d'un vif débat parmi les historiens. L'argent récolté lors de la Folia de Reis est utilisé pour organiser une grande fête le 6 janvier.

Une chèvre en feu

La plupart des habitants seraient à coup sûr extrêmement déconcertés s’ils découvraient une gigantesque chèvre en feu sur la place de leur village. Les habitants de Gävle, eux, en Suède, secoueront probablement la tête en murmurant : « C’est reparti... ». La Gävlebocken (chèvre de Gävle) est une chèvre géante faite de paille et l'une des traditions de Noël à travers le monde les plus controversées. La fabriquer chaque année est devenu une coutume de Noël, tout comme essayer de la brûler ou de la détruire, ce qui donne lieu à chaque fois à une lutte acharnée entre pompiers et farceurs. Ces derniers ont jusqu’à maintenant l’avantage : la chèvre de Gävle a été plus souvent brûlée ou détruite – parfois quelques heures seulement après sa fabrication – que préservée.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Pauvres chèvres : cette coutume de Noël suédoise est bien vraie

Oui, cette tradition est bien réelle. C'est un consultant en publicité qui l'a instaurée en 1966, en pensant à la traditionnelle Chèvre de Noël, un symbole païen d'Europe du Nord et aujourd'hui une décoration de Noël. Chose amusante : la première chèvre a été conçue par le frère du consultant en publicité, qui s'avérait être le responsable des pompiers. Et elle a été fabriquée par des… pompiers.

Noël is in the air

Si vous êtes sur un vol long-courrier de la compagnie japonaise Tatami Airways le jour de Noël, attendez-vous à une surprise. Non, ce bruit ne provient pas de vos écouteurs, ni des haut-parleurs : le 25 décembre, le personnel de bord interprète des chants traditionnels de Noël, tout en servant boissons et repas. Cette coutume de Noël n'est peut-être pas très ancienne, mais elle est remarquablement populaire et donc prévue pour durer. De nombreux Japonais organisent leur voyage de manière à être sur l'un de ces vols musicaux le jour de Noël.

Tout a commencé en décembre 1995, lorsqu'un pilote de Tatami Airways et son épouse américaine sont partis en vacances pour célébrer leur anniversaire de mariage. Ils s'étaient mariés à Noël dix ans plus tôt, mais le mari savait que sa femme était triste de manquer une partie des fêtes de fin d’année aux États-Unis. Il a donc demandé à l'équipage de leur vol de chanter quelques mélodies de Noël pendant qu'ils déambulaient dans les allées. Elle a adoré la surprise, tout comme les autres occupants de l’avion d’ailleurs. L'année suivante, de nombreux passagers ont demandé si l’équipage allait de nouveau se produire. Le directeur de la compagnie a alors décidé de tenter une expérience : engager chaque année des hôtesses pour chanter. Et ça marche puisque que le jour de Noël, Tatami Airways enregistre plus de passagers que toute autre compagnie aérienne japonaise.

Scroller pour découvrir la réponse

FAUX
FAUX

Ces hôtesses n’existent malheureusement pas

Malheureusement, ce n'est pas vrai, mais nous aurions aimé que ce le soit. Noël n'est pas vraiment considéré comme un jour férié important au Japon. Pour autant, de nombreux passagers japonais apprécieraient probablement beaucoup cette coutume.

Des lutins de Noël très spéciaux

Avez-vous déjà craint qu'un certain Giljagaur (« Pie voleuse ») vole la mousse de votre cappuccino ? Ou qu'un petit homme nommé Stúfur (« Glouton ») vole vos restes ? Si ce n’est pas le cas, vous n’êtes clairement pas islandais. Rencontrez les Treize Lutins de Noël », ces fils de trolls de montagne qui visitent chaque maison islandaise à tour de rôle pendant les treize nuits précédant Noël ! Chacun d'eux a une personnalité différente et aime faire une blague bien à lui. Vous n’aurez aucun mal à deviner celle de Þvörusleikir (« Lécheur de cuillère »), de Pottaskefill (« Racleur de marmite ») ou de Bjúgnakrækir (« Faucheur de saucisse »).

C'est une tradition de Noël, pour les enfants islandais, de poser une paire de chaussures sur le rebord de la fenêtre. S'ils ont été sages, le lutin qui leur rend visite y glisse des cadeaux. Dans le cas contraire, les enfants reçoivent des patates pourries.

Scroller pour découvrir la réponse

VRAI
VRAI

Il y a encore plus de croyances étranges en Islande…

Cette coutume de Noël est bien réelle et toujours en pratique, même si les Treize Lutins de Noël étaient auparavant beaucoup plus effrayants. À tel point, qu'en 1746, on a officiellement interdit aux parents de raconter à leurs enfants la version non modifiée de l'histoire. Il existe d'autres créatures de Noël en Islande, comme ce troll transformant en ragoût les enfants qui ne sont pas sages, ou ce chat qui mange tous ceux qui ne portent pas de vêtements neufs.

NE LAISSEZ PAS LES LUTINS S’EN EMPARER.

Recevez vos cadeaux de Noël BMW Lifestyle.

En savoir plus