Découvrez les modèles, produits et services BMW:

BMW dans votre pays

Sélectionner un autre pays

Cape Cool: Le Cap et l’art

5 MIN DE LECTURE

Le créateur de mode Lukhanyo Mdingi rencontre les esprits les plus créatifs du Cap.

Pendant l'apartheid, son Afrique du Sud natale a été isolée culturellement pendant des décennies. Entre temps, les artistes ont fait de Cape Town l'un des endroits les plus fascinants du monde.
Le créateur de mode Lukhanyo Mdingi nous guide à travers Le Cap: une métropole riche en art, culture et secrets
Je veux contribuer à la transformation de l'Afrique du Sud – dans un pays qui célèbre la créativité et l'art.
Lukhanyo Mdingi

Créateur de mode 

Lukhanyo Mdingi est l’un des plus grands talents [GH1] du pays. Ayant grandi dans l'une des provinces les plus pauvres d'Afrique du Sud, le magazine Vogue rend aujourd'hui hommage à ce jeune homme de 24 ans décrit comme «un talent exceptionnel sur la scène de la mode sud-africaine». Il nous guide à travers la scène créative de Cape Town qui donne un aperçu de l'atmosphère unique de la métropole, mais suscite également le débat. Il nous guide à travers la scène créative du Cap nous donnant un aperçu de l'atmosphère unique de la métropole, mais suscite également le débat. Dans trois lieux branchés de la ville, Mdingi nous présente certains de ses collègues artistes.    

1. Zolani Mahola:

FreshlyGround fait voyager le son de l'Afrique du Sud dans le monde

Une voie puissante venant d’Afrique du Sud: Zolani Mahola, la chanteuse principale du groupe «Freshlyground»

On commence par Zolani Mahola. En tant que chanteuse principale du groupe «Freshlyground», cette jeune femme de 36 ans offre une bande son insouciante de la ville, un mélange de rock, de jazz et d’Afro-Pop. Sa musique n'est pas seulement appréciée en Afrique du Sud. Avec Shakira, elle a chanté la chanson «Waka Waka Song» – l'hymne de la Coupe du monde de football en 2010 qui compte 1,7 milliard de clics sur YouTube.  

Mdingi rencontre la chanteuse et son guitariste Chris Bakalanga au «Chef's Warehouse at Beau Constantia», dirigé par le célèbre chef irlandais Liam Tomlin. C'est le cadre idéal pour une réunion au sommet entre des personnes créatives.

Quand la mode rencontre la musique: Lukhanyo Mdingi avec la chanteuse Zolani Mahola et le guitariste Chris Bakalanga
On doit laisser les choses arriver et ne pas trop prévoir.
Zolani Mahola

La chanteuse principale du groupe «Freshlyground» 

Deux artistes sud-africains, une mission

Délices culinaires au restaurant haut de gamme du Cap: Le «Chef’s Warehouse at Beau Constantia» se trouve dans le classement de la catégorie découverte du site des «World's 50 Best Restaurant».

Mdingi et Mahola partagent une profonde volonté de transformer l’Afrique du Sud en un pays où l’art et la créativité sont célébrés. Leurs deux parcours sont synonymes de talent et de travail acharné, associés à une certitude inébranlable que tout se passera bien. Ainsi, Mdingi a fait son coming out à l'adolescence, ce qui ne pose aucun problème dans les quartiers du Cap, mais est beaucoup plus problématique dans un pays conservateur.

Mais ces deux artistes ne se ressemblent pas à tous les niveaux: Mdingi investit tous ses revenus dans sa future carrière, par exemple en prenant un cours de français - pour pouvoir amener sa collection à Paris. Mahola ne planifie pas ses actions, sa carrière a commencé un peu par hasard. Deux guitaristes l’ont contactée en 2002, s'en sont suivies des sessions de jam et le succès commercial est arrivé en un an. Aujourd'hui, «Freshlyground» est l’un des rares groupes à réussir à réunir tous les groupes ethniques du pays.

Le single «Black Girls» que Mahola interprète cet après-midi sur la terrasse du restaurant est un hymne glorieux destiné à la jeune génération d'Afrique du Sud. Même si elle formule des critiques et emploie une tonalité plus rauque dans d'autres textes, il est important pour elle que ses chansons aient un pouvoir positif. Mahola affirme: «Nous voulons relier les gens entre eux.»    

2. Justin Rhodes:

Tiny Empire donne un toit aux nomades numériques du Cap

Mdingi rencontre Justin Rhodes, entrepreneur et visionnaire

Relier les gens ensemble: cela semble être la recette du succès au Cap qui pousse également deux des pionniers de l'entrepreneuriat culturel de la métropole. Justin Rhodes et Cameron Munro ont déjà réalisé plusieurs projets innovants ensemble. L'un d'eux est le «Tiny Empire», un concept de coworking spectaculaire sur le plan architectural.    

Dans le «Tiny Empire», réaménagé par le talentueux designer Marco Simal, le créateur de mode Mdingi rencontre l’un des deux fondateurs lors de la deuxième étape de notre voyage de découverte. Justin Rhodes donne directement un aperçu de la scène entrepreneuriale prometteuse de la ville. «Le Cap est en train de devenir une plaque tournante pour les start-ups, nous voulions créer un lieu que les nomades numériques considèrent comme leur chez eux», explique Rhodes. Une idée dans l'air du temps: en peu de temps, la plupart des Work Suites affichaient complet et la demande d'espaces de bureau est énorme.    

Le concept «Tiny Empire» a connu un franc succès au Cap
On apprend à tirer le meilleur de ce qui existe déjà
Justin Rhodes

Fondateur et entrepreneur 

L’espace de coworking du Cap

Le chemin a été long pour que le «Tiny Empire» ressemble à ce qu’il est

Rhodes ne parle que brièvement des difficultés de son travail. Une grande partie de ce que lui et son partenaire commercial avaient besoin pour réaliser leurs projets a été difficile à obtenir au cours des premières années. «Mais il est également important de savoir tirer profit des inconvénients», explique l'entrepreneur toujours optimiste. «Vous apprenez à tirer le meilleur parti de ce que vous avez déjà. Vous commencez petit, vous impliquez la communauté et ensuite vous arrivez généralement à créer quelque chose d'extraordinaire.»

Rhodes trouve plus excitant de travailler dans un pays où la scène artistique est relativement réduite. Bien sûr, Paris est une ville passionnante, mais parfois, il vaut mieux pour sa carrière être «un grand poisson dans un petit aquarium».

Si Rhodes devait donner un seul conseil, ce serait: «N'allez pas trop tôt en Europe.»

3. Thania Petersen:

Zeitz MOCAA utilise la scène du Cap pour l'art moderne

La dernière étape conduit Mdingi au «Musée d'art contemporain Zeitz», en abrégé «Zeitz MOCAA»

Le fait que le Cap offre réellement beaucoup de place pour la créativité apparaît clairement lors de la troisième étape de Mdingi: le «Zeitz Museum of Contemporary Art Africa», en abrégé «Zeitz MOCAA». En tant que premier grand musée d'art moderne en Afrique, il apparaît comme un point d'orgue de la scène culturelle émergente du continent. Cet effet se fait sentir dès le premier pas dans le bâtiment    

«Incroyable, tout juste incroyable», s’exclame le créateur de mode Mdingi alors qu’il entre dans le hall d’entrée ressemblant à une cathédrale. Devant lui, l'atrium BMW s'élève à 30 mètres dans le ciel: il s'agit d'une salle encadrée par des façades en béton futuristes.

Son interlocutrice suivante, l'artiste Thania Petersengrinst, remarque lorsqu’elle observe la stupéfaction presque enfantine sur le visage de son invité: «Plutôt cool, n'est-ce pas?» Les yeux de Mdingi sont rivés sur une gigantesque installation de cerf-volant réalisée par Nicholas Hlobo, déjà inaugurée à la Biennale de Venise et qui flotte maintenant au milieu de du bâtiment architectural sponsorisé par BMW. «On peut le dire», répond-il.

Thania Petersen guide Lukhanyo Mdingi à travers le cœur artistique de la ville
Ce musée nous donne la plate-forme pour parler de choses qui nécessitent une discussion urgente.
Thania Petersen (38)

Artiste

L’art sud-africain dispose désormais d’une scène.

Dans le «Zeitz MOCAA», les artistes sud-africains peuvent se réaliser – enfin

Les travaux de Petersen qui traitent des conséquences de l'apartheid et abordent le déracinement des familles mixtes sont mis bien en évidence. La jeune femme charismatique de 38 ans est venue des dizaines de fois, mais elle se déplace toujours dans les pièces avec un certain recueillement, comme si elle était dans un rêve.

Le musée sert en quelque sorte de mégaphone pour les artistes. Il représente le boom culturel du Cap, d'autant plus remarquable que l'Afrique du Sud a été isolée jusqu'en 1990.

Aujourd'hui, ces obstacles ont disparu. Les artistes en Afrique sont encore plus politisés que dans les autres régions. Au lieu de rester à l'écart, des créateurs comme le designer Mdingi, la chanteuse Mahola, l'entrepreneur Rhodes et l'artiste Petersen veulent contribuer au débat – et contribuer à faire renaître l'espoir au Cap.

Cookies

Nous utilisons des cookies pour optimiser votre visite sur ce site et l’améliorer en continu selon vos besoins. Veuillez cliquer sur « Cookies » pour obtenir des informations détaillées concernant leur utilisation sur ce site. Si vous cliquez sur « J’accepte », les cookies seront activés. Si vous ne souhaitez pas les activer, vous pouvez refuser en cliquant ici . Vous pouvez modifier les paramètres à tout moment dans l’onglet «Cookies».