La BMW 507 Elvis Presley rentre à la maison

4 min de lecture
Pendant son service militaire à Bad Neuheim (Allemagne), le futur king du rock’n’roll voit naître deux histoires d’amour. Il tombe amoureux de sa femme Priscilla et de la BMW 507. Après avoir passé des années dans une grande américaine, la voiture de sport d’Elvis Presley a été restaurée à Munich.
1958

L’histoire commence à Francfort. Elvis achète la voiture d’occasion en décembre 1958, au début de son service militaire en Allemagne.

À la demande de la légende du rock'n'roll, BMW échange le moteur de la voiture dans laquelle le pilote automobile Hans Stuck a remporté plusieurs courses contre un moteur V8 de série en métal léger -– d’une puissance de 150 ch, impressionnante pour l’époque. La sensation est parfaite : le musicien le plus célèbre de tous les temps dans un roadster allemand. D’autres stars telles que la première James Bond girl Ursula Andress et l’acteur Alain Delon succombent au charme du roadster.

Mais un seul homme l’érige au statut de légende :
Elvis Presley.


Le succès sans précédent du King of Rock'n Roll repose sur un nouveau mode de vie léger et sans conventions – et la BMW 507, l'incarnation même de la liberté à ce jour, partage les mêmes valeurs. Elvis veut simplement changer la couleur de son roadster. Les fans féminines laissant leurs messages teintés de rouge à lèvres chaque jour sur la peinture blanc perle, le nouveau propriétaire fait peindre la voiture en rouge sans plus attendre.

1960

Lorsque son service militaire se termine en 1960, le King du Rock’n’roll emmène sa voiture de sport rouge avec lui. Peu de temps après, un concessionnaire Chrysler de New York propose le véhicule à la vente en tant que « Elvis Car » et vend la BMW 507 rouge à Tommy Charles pour 3500 dollars US.

Le DJ radio et chauffeur amateur de Hot Rod l’équipe d'un Chevy V8, d'une transmission Borg Warner et d'un essieu arrière Chevy. En 1968, après deux autres changements de propriétaire, la voiture atterrit finalement chez un ingénieur aéronautique californien, Jack Castor, qui ne la conduit que sporadiquement et la stocke depuis 1974 environ.

2014

Lorsque la journaliste automobile Jackie Jouret traque le roadster une trentaine d'années plus tard dans l'entrepôt de citrouilles de Jack Castor, près de San Francisco, la peinture est littéralement usée.

Toute trace du moteur et des pièces de carrosserie porteuses a disparu. Mais grâce au numéro de châssis, le véhicule légendaire peut être clairement attribué à Elvis. Le numéro de châssis 70079 valide bien son statut de superstar.

BMW 507 portière en détail

Retour à la maison

Après plusieurs années et de nombreuses discussions entre Jack Castor, Klaus Kutscher et Axel Klinger-Köhnlein, experts BMW en restauration de voitures anciennes, le BMW Group Classic reçoit enfin l'autorisation de restaurer la voiture à Munich, dans le respect du modèle d’origine. Un moment émouvant pour Klaus Kutscher, qui ne se cache pas de qualifier la voiture de « noble épave ».

Le véhicule a été porté disparu pendant des années et on ne savait même pas quel numéro de châssis portait le modèle d’origine – et maintenant il se tient devant moi.
Klaus Kutscher

Expert en restauration automobile, commerce automobile et expertise, BMW Group Classic

La renaissance de la voiture du king

Les pièces de remplacement ne se trouvent presque plus. Ainsi, au début de la restauration, un inventaire est précisément effectué : quelles pièces sont d’origine ? Quelles pièces sont à restaurer ? Et quelles pièces doivent être complètement refaites par les experts de BMW Group Classic ?

Heureusement, les grandes pièces comme le capot, les portes et les accessoires appartiennent au même numéro de carrosserie ─ et sont donc d'origine. Le démontage prend beaucoup plus de temps que dans d'autres cas, car le corps en aluminium et le sous-plancher en acier doivent être séparés l'un de l'autre pour le décapage de peinture.
Le châssis et l’intérieur doivent aussi être démontés par les ingénieurs. Puis, le bas de caisse va part pour un bain d'acide.

1 / 9
BMW 507 vue de derrière avant restauration
BMW 507 vue de derrière avant restauration
BMW 507 Jack Castor tend la clé à Klaus Kutscher
BMW 507 vue de devant avant restauration
BMW 507 compteur et habitacle
BMW 507 carrosserie dans l’atelier de BMW Classic vue de devant
BMW 507 carrosserie dans l’atelier de BMW Classic
x
BMW 507 Elvis Presley avant de la repeindre

Une fois la peinture partie, seule la rouille vieille de 60 ans demeure. Un produit de dérouillage contenant du phosphore fait enfin disparaître ces signes des temps. Néanmoins, afin d'éliminer les énormes dommages causés par la corrosion, de nombreuses pièces doivent finalement être entièrement remplacées.

Moteur d’une autre époque

À propos du remplacement : le moteur qu’avait choisi Elvis ne se faisait plus. Pour remplacer le moteur V8 de 3,2 litres en alliage léger de Bavière de 150 ch, un moteur Chevrolet de grande cylindrée est désormais placé sous le capot.

L'assemblage de pièces anciennes et neuves constitue donc l'un des plus grands défis. Qu'il s'agisse d'un fonctionnement à manivelle ou d'une alimentation à l’huile, tout doit être traité individuellement. Résultat : le moteur brille d’un nouvel éclat, mais d'une autre époque, si l’on suit les spécifications originales de la BMW 507 de 1957. Le moteur, mais aussi d'autres éléments tels que l'intérieur, le tableau de bord manquant ou les sièges seront fidèlement reproduits. Rien que pour les sièges en cuir de la BMW 507, le travail prend des jours.

Le tissu en feutre est soigneusement piqueté et cousu à la main, puis recouvert de lin blanc. Enfin, les sièges sont recouverts de cuir – naturellement dans l’esprit d'origine. Pendant deux ans, les experts reconstruisent minutieusement le véhicule pièce par pièce, ils organisent les pièces de rechange d'origine ou restaurent les éléments existants. Même la peinture – blanc perle, qui n'est pas la couleur rouge de prédilection choisie par Elvis – est mélangée 60 ans plus tard selon les spécifications d’origine. L’assemblage de la BMW 507 peut enfin commencer.

2016

Le 21 août 2016, le travail est accompli. Le véhicule restauré est exposé lors du Concours d'Elégance de Pebble Beach, en Californie.

En raison du faible nombre de pièces – entre 1956 et 1959, le roadster dessiné par Albrecht Graf von Goertz n’a quitté la chaîne de production que 254 fois – la voiture est aujourd'hui non seulement une icône du design mais une pièce de collection très convoitée, d'une valeur supérieure à deux millions de dollars US. Le come-back de la BMW 507 n'est peut-être pas aussi brillant que celui du King du Rock'n'Roll en 1968, mais il est tout de même unique en son genre.

La BMW Concept Z4 montre le nouveau langage de design de BMW sous toutes ses coutures et dans tous ses détails.
Adrian van Hooydonk

Chef du design du groupe BMW

Ce n'est qu'un an plus tard, au Concours d'Elegance de Pebble Beach, que la BMW Concept Z4 fait sa grande apparition. Même si elle met de côté tout ce que l’on connaissait du véhicule, elle incarne la suite logique de l’histoire fascinante des roadsters.

2018

Un an plus tard, BMW présente la nouvelle BMW Z4 M40i First Edition lors de la Pebble Beach Automotive Week 2018. Et qui sait : Ce modèle spécial, qui ne peut être commandé que pour une durée limitée, remportera peut-être un prix au Concours d’Élégance de Pebble Beach en sa qualité de pièce de collection parfaitement conservée.

PARFAITEMENT DÉCOMPLEXÉE.

La nouvelle BMW Z4 M40i First Edition.

En savoir plus