La Neue Klasse : en route vers le succès

6 min de lecture
La Neue Klasse de BMW était avant tout synonyme d’excellence. Produite à partir de 1962, cette voiture a changé la donne, à la fois pour l’entreprise et pour le segment des berlines sportives intermédiaires. Mais quel est le secret du succès des modèles antérieurs à l’actuelle série 5 de BMW ?

Le 21 octobre 2021

QU’EST-CE QUE CE SON ?

Vous pouvez également écouter cet article sur Changing Lanes, le podcast officiel de BMW. 

Outre des articles lus à voix haute, Changing Lanes vous propose chaque semaine de nouveaux épisodes remplis d’infos exclusives sur les thèmes de la technologie, du lifestyle, de l’automobile et bien plus encore... Présentés par Nicki et Jonathan. 

Retrouvez Changing Lanes et abonnez-vous sur toutes les principales plates-formes de podcasts.

L’entreprise sera jugée sur les critères suivants : comme l’explique Oliver Zipse, PDG de BMW, BMW s’est engagée à atteindre la neutralité climatique complète sur l’ensemble de la chaîne de valeur d’ici 2050 au plus tard. Sa Neue Klasse emblématique en est la preuve. En effet, ce n’est pas la première fois qu’une Neue Klasse symbolise une nouvelle orientation visionnaire au sein de BMW. Explications.

Nous devinons vos interrogations : pourquoi Neue Klasse ? La réponse est très simple. Au début des années 1960, la gamme de modèles BMW se composait de petites voitures : la BMW Isetta (➜ Lire également : La grande histoire de la petite Isetta) la BMW 600, la BMW 700, ainsi que de grosses berlines comme la « Barockengel » (l’ange baroque) et le modèle 501/502/503. Entre ces deux catégories, le constructeur automobile bavarois ne proposait aucun autre modèle dans sa gamme : une aubaine pour la Neue Klasse.

© BMW
1 / 3
Le public a découvert la BMW Neue Klasse lors du salon de l’automobile de Francfort en 1961 – ici le modèle 1500.
© BMW Group Archives
2 / 3
Dès 1964, la 1600 vient agrandir la gamme de modèles. Seul le moteur a été modifié. Voici une photo du site de production de la Neue Klasse : l’usine BMW de Munich-Milbertshofen.
© BMW
3 / 3
Dans des versions spécifiques, le modèle 1800 était, entre autres, le véhicule d’homologation pour la course automobile.
Dès le lancement sur le marché en 1962, BMW parlait déjà de la “Neue Klasse”, mais sans pour autant utiliser ce terme comme un nom propre.
Marc Thiesbürger

Responsable Relations Presse BMW Group Classic

Si au départ, la gamme de modèles ne portait pas officiellement le nom de Neue Klasse (Nouvelle Classe), BMW a toutefois commencé à utiliser ce terme dans ses publicités à partir de 1964, avec le lancement de la BMW 1800 en 1963, en l’affichant haut et fort. En effet, la marque estimait, avec cette berline intermédiaire, être parvenue à créer « une nouvelle classe unique et incomparable », comme l’explique Marc Thiesbürger, Responsable Relations Presse de BMW Group Classic.

La calandre

L’avant de la Neue Klasse se caractérisait par des phares ronds (plus tard, il y eut aussi des modèles avec des feux rectangulaires), un profil latéral avant en forme de museau de requin et, surtout, une calandre dressée verticalement face au vent (➜ Lire également : L’histoire de la calandre BMW).

Il était clair que cette Neue Klasse se devait d’être un succès avant son lancement, car l’entreprise connaissait des difficultés financières. Lorsque Herbert Quandt s’engage auprès de BMW en 1959, l’accent est mis sur le développement de la nouvelle série de modèles qui avait fait l’objet d’un travail en interne auparavant. Lors du salon de l’automobile de Francfort 1961, l’entreprise munichoise remporte un franc succès avec la création d’une toute nouvelle berline intermédiaire. Le public et la presse spécialisée sont enthousiastes et le carnet de commandes ne désemplit pas.

Une prise de risque récompensée

BMW concentre dès lors tous ses efforts sur la production. Pour la Neue Klasse, des sommes importantes sont investies dans la construction et le développement de moyens de production modernes. Cela comprend notamment un nouveau hall de production pour l’usine de Munich et l’embauche de près de 3 000 nouveaux ouvriers qualifiés. BMW réagit rapidement aux difficultés de production en mettant en place un système de contrôle qualité tout au long de la production.

La prise de risque s’avère payante. Le formidable succès économique de la nouvelle série de modèles entraîne une croissance rapide de BMW dans les années 1960 ainsi que des décisions commerciales novatrices. La Neue Klasse marque le début d’une collaboration beaucoup plus étroite entre le développement et les ventes, ce qui permet de mieux gérer les particularités et l’équipement des véhicules.

Cependant, la Neue Klasse a avant tout contribué à positionner clairement BMW comme un constructeur proposant des voitures de sport conçues pour un usage quotidien. Les résultats des ventes en sont la preuve. En effet, rien qu’en dix ans, entre 1960 et 1970, les ventes de véhicules BMW ont triplé. Au cours de la même période, le chiffre d’affaires généré par les véhicules a été multiplié par plus de sept. Entre février 1962 et janvier 1972, BMW a produit au total pas moins de 339 814 berlines BMW 1800 et autres.

Le pli Hofmeister

Un designer atteint la consécration ultime lorsqu’un élément de design prend son nom. C’est ce qui est arrivé à Wilhelm Hofmeister, qui, avec son équipe, a transformé de manière caractéristique le pilier C de la Neue Klasse. Pour des raisons de stabilité, celui-ci n’était pas rond mais en forme de pli. Aujourd’hui, cet élément de design est connu de tous les amateurs de voitures sous le nom de « pli Hofmeister ».

Le design discret et fonctionnel de la carrosserie à quatre portes se démarquait volontairement du style conservateur et baroque des séries BMW 501/502/503. Dépourvu de toute particularité esthétique et doté d’une forme aérodynamique, il dégageait une impression de dynamisme et d’élégance. BMW a ainsi su s’adapter exactement au style de l’époque. La Neue Klasse a été conçue par le nouveau directeur du design de BMW, Wilhelm Hofmeister, avec le concours du célèbre designer italien Giovanni Michelotti.

Retour aux anciennes valeurs

Avant même que le slogan « Le plaisir de conduire » (➜ Lire aussi : Le slogan BMW) ne voie le jour, son propos était déjà solidement associé à BMW. Selon Thiesbürger, qui connaît parfaitement la marque BMW, la Neue Klasse représentait à l’époque la « redécouverte de la voiture de sport intermédiaire ». Grâce à elle, BMW a réussi à transposer les principales caractéristiques des modèles BMW 326, BMW 327/28 et BMW 328 dans les années 1960. Dès les années 1930, ces modèles avaient permis de conférer à la marque BMW son image si particulière. Avec eux, BMW a non seulement créé une niche au cœur de sa propre gamme, mais également un segment à part entière : celui des voitures à la fois sportives et uniques, en quelque sorte une nouvelle classe.

Aujourd’hui, elle est considérée comme l’ancêtre de la BMW Série 5, la berline sportive milieu et haut de gamme par excellence. Elle a permis à BMW de définir une gamme de modèles claire et précise, encore reconnaissable aujourd’hui, à l’exception des modèles X et Série 1 qui ont été lancés bien plus tard. Cela concerne notamment la BMW Série 3 (ancienne Série 02 ; ➜ lire aussi : La chasse au trésor d’un amateur de voitures de collection), la BMW Série 5 (la Neue Klasse) et la BMW Série 7.

Le moteur à quatre cylindres

Un moteur quatre cylindres en ligne entièrement repensé a trouvé sa place sous le capot sans fioritures. Équipé d’une cylindrée de 1,5 litre sur le modèle de base (d’où le nom de la version du modèle, 1500 signifiant la cylindrée en centimètres cubes), il affichait 80 ch au démarrage. Ce modèle a ainsi réalisé des performances impressionnantes pour son époque. Des modèles de moteurs nettement plus puissants ont vu le jour plus tard. C’est également l’une des raisons pour lesquelles la marque BMW est étroitement associée à la notion de dynamisme depuis la création de la Neue Klasse. Pendant des années, le quatre cylindres a servi de base aux développements ultérieurs pour tous les modèles (➜ Lire aussi : L’évolution des moteurs BMW).

La Neue Klasse a su rester dans l’air du temps pendant toute son existence grâce à une évolution discrète et volontairement réfléchie. Ce fut notamment le cas en 1964 avec la BMW 1500 qui a été remplacée par la BMW 1600. Comme si cela ne suffisait pas, de nombreux autres modèles ont suivi : BMW 1800 et 1800 TI, BMW 1800 TI/SA, BMW 2000, 2000 TI, 2000 tilux, 2000 tii (➜ Lire aussi : Tout sur les noms des modèles BMW). Grâce à des moteurs plus puissants, BMW s’aventure sur le terrain des voitures de sport. C’est notamment le cas avec la 2000 tii lancée en 1969 avec ses 130 ch sur les roues arrière. Les performances de conduite obtenues dépassent de loin les standards de la voiture de sport intermédiaire supérieure de l’époque.

La BMW 1800 est le modèle de la Neue Klasse qui se vend le mieux, ce qui veut dire que, même à cette époque, on savait faire la différence entre les puissances de moteur et les variations de performance, ainsi qu’entre les niveaux d’équipement et les modèles sports grâce au système modulaire. Comme c’est le cas aujourd’hui dans le secteur de la construction automobile. Cela concerne également les versions des coupés BMW 2000 C, CA et CS qui ont été proposées à partir de 1965. Au total, près de 14 000 clients ont signé des contrats pour des coupés.

La Neue Klasse a proposé aux clients une solution idéale, autrement dit le meilleur de la technologie dans un style moderne et intemporel.
Marc Thiesbürger

Responsable Relations Presse BMW Group Classic

L’aube d’une nouvelle ère pour BMW

La Neue Klasse a été en soi un succès exceptionnel pour BMW. Les acheteurs ont bénéficié d’une « solution idéale : le meilleur de la technologie dans un style moderne et intemporel ». Autrement dit, tout ce que les clients attendaient de BMW. De la conception du véhicule à son positionnement sur le marché, en passant par sa production, le développement et le renouvellement de la gamme de modèles, la Neue Klasse a constitué une véritable promesse pour l’avenir de la marque.

Dans le même temps, la série de modèles symbolisait et symbolise toujours le développement de l’entreprise dans sa globalité, à savoir un virage ambitieux vers une nouvelle ère pour l’histoire de l’entreprise et la marque que BMW continue de suivre aujourd’hui. La Neue Klasse a donc été le moteur qui a permis de faire le premier pas vers la création d’une gamme de modèles automobiles tournés vers l’avenir et couvrant tous les segments. En résumé, cela a permis d’insuffler à toute l’entreprise un dynamisme qui perdure encore aujourd’hui et ouvre la voie à la nouvelle Neue Klasse. Elle va devenir le symbole mobile de la nouvelle orientation durable du groupe BMW qui s’inscrit dans une approche globale fondée sur l’utilisation de matières premières secondaires et les principes de l’économie circulaire. Une mini-révolution comme en 1961.

© BMW
1 / 3
La version la plus puissante de la 2000, appelée tii, possédait une puissance incroyable de 130 ch pour l’époque.
© BMW
2 / 3
Dès 1965, la Neue Klasse est également disponible en coupé, en plusieurs modèles.
© BMW
3 / 3
Qui dit BMW, dit course automobile : une BMW 1800 en 1966 aux 24 heures de Spa en Belgique.

En quoi consiste la Neue Klasse de BMW ?

La Neue Klasse de BMW est une berline lancée en 1961. BMW rencontre un franc succès avec ce modèle, notamment grâce à la modernité de son système de production. Considéré comme le pionnier des berlines intermédiaires sportives et dynamiques et équipé de moteurs quatre cylindres de puissances différentes, il est remplacé en 1972 par la BMW Série 5.

Auteure : Nils Arnold ; Photos : BMW/BMW Group Archives ; Vidéo : BMW

BMW GROUP CLASSIC

En savoir plus