Signe distinctif : la calandre BMW en 13 designs

7 min de lecture
Presque chaque BMW arbore une calandre en forme de double calandre, et ce depuis 1933. Cet orifice central symbolise la puissance et le besoin d’air du moteur. Le design de cette grille a évolué avec le temps, pour répondre aux exigences en matière de fonctionnalité et d’intelligence. Et son rôle d’emblème BMW a perduré malgré les nombreuses métamorphoses. Voyage au pays de la calandre BMW.

Le 23 juillet 2020

Une BMW sans le célèbre double calandre ? Impensable ! Depuis près de 90 ans, pratiquement chaque véhicule sortant des usines des Bayerischen Motoren Werke arbore une calandre BMW, qu’il s’agisse d’une voiture concept ou d’un modèle de série. Cette grille protégeant le radiateur de la voiture se distingue par sa forme de base incomparable et officie en quelque sorte comme un sigle BMW. Et comme les nouvelles technologies de motorisation et l’inutilité de la fonction de refroidissement ouvrent de nouvelles possibilités en matière de design de l’avant du véhicule, cette pièce BMW emblématique a évolué au fil des ans. Nous vous emmenons en voyage dans l’histoire de BMW et à la découverte de la célèbre calandre BMW.

1.

BMW 303 (1933)

La BMW 303 est un jalon dans l’histoire de BMW pour deux raisons : cette limousine de classe moyenne fut d’une part le premier modèle de la marque équipé d’un moteur à six cylindres. D’autre part, elle fut la première BMW à arborer le signe distinctif porté par presque chaque voiture de la marque près de 90 ans plus tard, c’est-à-dire l’entrée d’air en forme de double calandre. À l’époque, les caches de radiateur divisés en deux (et généralement chromés) étaient courants en design automobile. Néanmoins, la grille arrondie en haut et en bas de la BMW 303 avec l’emblème BMW (➜ lisez également : Le logo BMW : signification et histoire) aux quarts de cercles bleus et blancs, placé entre les arceaux supérieurs, donnait une allure sculpturale au radiateur. L’ensemble était parfaitement reconnaissable. Jusqu’à la deuxième guerre mondiale, la calandre BMW n’a cessé de s’affiner sur tous les modèles BMW, par exemple aussi sur le légendaire BMW 327/BMW 328. De plus en plus élégant, il n’a cependant jamais abandonné la forme établie par la BMW 303.

2.

BMW 503 (1956)

En 1956, BMW adjoint à l’« ange baroque » 501/502 une voiture de sport déclinée en coupé et en cabriolet, la BMW 503. Sur ce véhicule quatre places, le haut radiateur des années 1930 fait la place à une nouvelle calandre BMW chromée de hauteur moyenne. S’intégrant parfaitement au masque frontal de la voiture, son format réduit est dû au fait qu’elle n’est désormais plus le seul composant du refroidissement du moteur. Comme avant déjà sur la 501/502, elle est soutenue par deux orifices latéraux. Les coupés qui succèderont à la BMW 503, la BMW 3200 CS (de 1962) et la BMW 2000 CS (de 1965), porteront une calandre BMW de forme similaire.

3.

BMW 507 (1956)

Le roadster BMW 507 sort la même année que la BMW 503, mais a une nette longueur d’avance en matière de design progressiste. Il s’agit alors de la première BMW équipée de deux grands orifices d’entrée d’air horizontaux. Son créateur, Albrecht Graf von Goertz, a exploité ses libertés en matière de conception formelle de la calandre BMW, qui ne sera reprise par les créateurs de la marque qu’à partir des années 1990 dans différents projets de design. Les généreuses entrées d’air de la BMW 507 étaient cependant aussi nécessaires, puisqu’elles constituaient l’unique source d’air pour le refroidisseur du moteur V8 sous un capot très plat. L’avant de la voiture est notable pour une autre raison encore : la BMW 507 fut le premier modèle avec une proue biseautée dynamique, aussi appelée « nez de serpent », prolongeant visuellement le capot et suggérant une envie irrépressible d’avancer. Cette caractéristique s’est ensuite définitivement établie avec la « nouvelle classe » des années 1960 et marquera même les véhicules des Séries 3, 5 et 7 jusque dans les années 1990.

4.

BMW 1500 (1961)

Les modèles de classe moyenne de la « nouvelle classe » marquent un tournant pour les Bayerischen Motoren Werke, et ce à plus d’un titre : sur le plan technique, commercial et sur celui du design typique de la marque BMW. Les reins de la BMW 1500 (et de ses modèles apparentés 1600, 1800 et 2000) rappelaient ceux de la BMW 503, mais étaient liés pour la première fois. Encore plus fins que sur les modèles BMW précédents, ils étaient en outre placés entre deux grilles horizontales s’étalant sur toute la largeur du véhicule. En misant sur une grille primaire et une grille secondaire, cet ensemble inaugurait la phase bleue de la conception de l’avant des voitures de la marque BMW. Celle-ci va se poursuivre jusque dans les années 1980, Série 02 comprise (à partir de 1966), des limousines BMW 2500 et 2800 (à partir de 1968) ainsi que des coupés BMW 2800 CS apparentés (aussi à partir de 1968) et de leurs variantes ultérieures légendaires, les BMW 3.0 CS, CSi et CSL.

5.

BMW M1 (1978)

La voiture de sport de classe moyenne BMW M1 de 1978 est un cas à part en matière de conception de la calandre BMW double. Pour sa partie frontale abaissée, seuls des orifices d’arrivée d’air extrêmement plats entraient en ligne de compte. Dans le même temps, il n’était pas question de laisser tomber le caractère de cet élément distinctif de la marque BMW. Dans ces conditions, les reins conçus pour ce modèle sont les plus petits jamais imaginés. Le coupé est inspiré du véhicule concept BMW Turbo de 1972. Comme plus tard aussi sur la M1, les reins semblent ici fondus dans la prolongation du powerdome. Ils sont séparés de fins orifices secondaires par une surface de carrosserie de la couleur de la voiture et flanqués de phares à clapet. Le design du calandre double de la M1 a été repris par la suite sur des modèles de niche BMW pour en agrémenter la partie frontale, par exemple sur la BMW Z1 (1988) et la BMW Série 8 (1989).

6.

BMW Série 3 (1990)

Une nouvelle évolution marquante a lieu en 1990 avec la troisième génération de la Série 3 : la nouvelle calandre BMW est plate, horizontale, mais pas très large. Contrairement à la première génération de la Série 3, les deux moitiés de la calandre BMW sont à nouveau séparées. Ses éléments sont volontairement carrés, avec des angles légèrement arrondis et, fait méritant d’être relevé, ne sont pas séparés de la bande de phares par d’autres grilles, mais par des surfaces de la couleur de la voiture. Cette conception a déteint sur de nombreux autres modèles à partir des années 1990, depuis la série 7 (1994) et la série 5 (1995) en passant par la BMW Z3 (1995) et la génération suivante de la Série 3 (1998) jusqu’aux deux premières générations de la BMW X5 (1999).

7.

BMW Série 3 (2011)

Trois générations de BMW Série 3 plus tard, une nouvelle évolution a lieu : sur la BMW Série 3 (F30), des calandres relativement larges et séparés l’un de l’autre touchent pour la première fois la surface des phares, sans être séparés de ces unités par des grilles latérales ou des surfaces de la même couleur que la voiture. La calandre BMW Série 7 de 2015 présente une conception similaire (il s’agit du premier modèle avec commande visible des clapets d’arrivée d’air, ce qui constitue une autre première). C’est également le cas de la génération actuelle de la Série 5 et de la dernière BMW Série 6 Coupé (toutes deux de 2017).

8.

BMW i3 (2013)

La fonction technique d’origine de la calandre BMW finit par laisser toute la place à l’aspect esthétique, comme le démontre l’avant de la BMW i3 électrique. Le double calandre, relativement large, se présente ici avec des surfaces volontairement fermées et des accents bleutés, qui identifient la marque BMW et soulignent son caractère électrique innovant. La calandre fermée profite à l’aérodynamisme de la BMW i3. Sa conception dans la BMW i3 se retrouve sous une forme apparentée dans la BMW i8 et sert d’inspiration pour tous les modèles BMW purement électriques à venir.

Émissions de CO2 51–48 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 2,2–2,1 l/100 km (cycle combiné)
La consommation d'énergie 15,5–15,1 kWh/100 km (cycle combiné)
9.

BMW Série 8, BMW Z4 (2018)

Sur deux véhicules hautes performances actuels, la calandre BMW emblématique se voit dotée, en 2018, d’un cadre de forme relativement carrée. D’un point de vue géométrique, les grilles – reliées dans le cas de la Série 8, alors qu’elles ne le sont pas sur la Z4 – forment désormais des pentagones horizontaux et très larges. Sur les côtés, de petits ponts de la couleur du véhicule rejoignent les unités des phares. Comme pour tous les nouveaux coupés BMW, le caractère sportif est souligné par le fait que les calandres s’ouvrent vers le bas, abaissant et rapprochant de la route le centre de gravité visuel de l’avant du véhicule. Sur le plan fonctionnel, les calendres servent d’entrée d’air secondaire, équipée d’une commande active des clapets, qui s’ouvrent en cas de besoin. Lorsque cet appel d’air supplémentaire n’est pas nécessaire, les clapets restent fermés pour réduire la résistance à l’air. Dans la version liée, comme dans le cas de la BMW Série 8 (et d’autres modèles aux reins reliés), une caméra d’assistance est placée au centre de la barre reliant les deux parties de la calandre BMW.

Émissions de CO2 170-165 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 7,5-7,3 l/100 km (cycle combiné)
Émissions de CO2 138 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 6,0 l/100 km (cycle combiné)
10.

Limousine BMW Série 3 (2018)

La conception moderne de la calandre BMW de la dernière BMW de la Série 3 combine certaines des caractéristiques bien connues désormais (calandres reliés, surfaces des phares accolée directement, cadre à cinq côtés) et de nouvelles créations. Ainsi, les deux calandres sont placés nettement plus haut que la bordure supérieure des phares et remontent sur le capot au-dessus d’un coude. Les bordures supérieures des phares sont liées ensemble par l’arête suivant la même ligne. Dans les variantes M Performance de la BMW Série 3, le remplacement des baguettes verticales classiques de la calandre BMW par une structure en filet dotée de « nuggets », des petits éléments arrondis intégrés à la structure grillagée, ne passe pas inaperçu.

Émissions de CO2 176-172 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 7,7-7,6 l/100 km (cycle combiné)
11.

BMW X7, BMW Série 7 (2019)

La comparaison de la Série 3 avec deux modèles BMW lancés en 2019 montre à quel point le design de la calandre BMW peut se différencier au sein du spectre BMW : la BMW X7 et la BMW Série 7  actuelle portent un double calandre de conception similaire à celui de la Série 3, coude horizontal sur le bord supérieur compris. Sur les deux modèles précités, ils sont toutefois de dimension nettement plus généreuse et bien plus visibles, ce qui a pour effet de les rendre sensiblement plus présents.

Émissions de CO2 204-199 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 9,0-8,7 l/100 km (cycle combiné)
Émissions de CO2 217 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 9,5 l/100 km (cycle combiné)
L’avant du nouveau coupé de la BMW Série 4 Coupé est une déclaration claire sur la route. La calandre BMW verticale marquante et le double phare légendaire créent une identité affirmée et conquérante.
Domagoj Dukec

Directeur du design chez BMW

12.

Coupé BMW Série 4 (2020)

La forme la plus récente à ce jour du développement de la calandre BMW sur des véhicules de série a fêté sa première mondiale en numérique dans le studio de design du BMW Group à Munich, dans les halles historiques du BMW Group Classic et sur la piste d’essai du BMW Group à Aschheim. Au centre, on trouve cette fois les caractéristiques individuelles du design dont font partie, en premier lieu, la grande calandre BMW, placée verticalement et inclinée vers l’avant, sur le nez du véhicule. Le lien très fort du nouveau coupé BMW Série 4 avec la tradition des voitures de sport légendaires de la marque apparaît quand on revient sur l’histoire de la marque BMW. Des classiques fabuleux, à l’image du coupé BMW 328 des années 1930 et de la BMW 3.0 CS des années 1970, font partie de l’histoire fascinante des coupés portant le sigle BMW, et qui est marquée par le prestige, le plaisir de conduire et les succès sur les circuits de compétition. Et voilà qu’aujourd’hui, un nouveau chapitre vient encore l’enrichir. Pieter Nota, membre du comité directeur de BMW AG, responsable des clients, des marques et de la distribution, explique la situation : « Le nouveau coupé BMW Série 4 témoigne de l’essence de la marque BMW. C’est une interprétation visionnaire de l’ADN de BMW. »

Émissions de CO2 163-155 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 7,1-6,8 l/100 km (cycle combiné)
13.

BMW Vision iNEXT (2018), BMW Vision M NEXT (2019)

Avec deux véhicules visionnaires, BMW révèle à quoi pourrait ressembler le signe de reconnaissance primaire de la marque BMW sur les futurs modèles : sur le modèle BMW Vision iNEXT purement électrique, le pont central de la calandre BMW a été brisé de manière bien visible à titre de test, dans une tentative de développer davantage la calandre de la BMW i3. Derrière sa surface fermée, des caméras, capteurs et autres éléments technologiques travaillent à assister et automatiser la conduite. Une solution surnommée « Shy-Tech », pour une haute technologie travaillant à l’abri des regards. Dans le cas de la voiture de sport hybride BMW Vision M NEXT, la calandre se fait sculpturale très marquée, fermée par du verre, surgissant directement de l’avant du véhicule sans délimitation, et portant le logo BMW stylisé et gravé sur la surface. L’éclairage des deux calandres depuis l’intérieur accroît encore l’effet plastique en trois dimensions. 

Auteure : Frank Giese, Markus Löblein ; Photos : BMW