Vol en wingsuit avec moteur électrique : le making of

11 min de lecture
Lors d’une ascencion avec une wingsuit et un moteur électrique, l’Autrichien Peter Salzmann a fait sensation. Pour le projet « The Electrified Wingsuit », il est entré en territoire inconnu avec BMW i et Designworks, l’agence interne de BMW Group pour les concepts de mobilité de demain – et a dû surmonter de nombreux obstacles. D’un grand rêve en passant par des revers inattendus jusqu’au saut final : voici l’histoire du vol d’un pionnier.

Le 20 novembre 2020

Qu’est-ce que ce son ?

Vous pouvez également écouter cet article sur Changing Lanes, le podcast officiel de BMW. 

Outre des articles lus à voix haute, Changing Lanes vous propose chaque semaine de nouveaux épisodes remplis d’infos exclusives sur les thèmes de la technologie, du lifestyle, de l’automobile et bien plus encore... Présentés par Sara et Jonathan. 

Retrouvez Changing Lanes et abonnez-vous sur toutes les principales plates-formes de podcasts.

Activer les notifications push

Mobilité innovante, futures tendances captivantes et tours/minute élevés : Inscrivez-vous dès maintenant pour être informé des dernières actualités.

Abonnement réussi.

Abonnement échoué.

Si vous avez besoin d'aide, suivez le lien pour obtenir de l'aide.

Vol en wingsuit avec moteur électrique : le making of

RESET THE MINDSET

Enter #NEXTGen Experience
Un vent glacé venant des Alpes lui souffle au visage, Peter Salzmann sourit malgré tout : le moment que le pilote autrichien en combinaison ailée attend depuis si longtemps est enfin arrivé ! L’hélicoptère monte avec lui à son bord à une altitude de 3 000 mètres. À travers la couverture nuageuse, la chaîne de montagnes des Trois Frères est déjà visible dans le lointain. En quelques secondes, Peter Salzmann réalisera un rêve tant attendu : celui de sauter dans une wingsuit qui, grâce à une propulsion électrique, le mènera voler au-dessous des Trois Frères. Presque en état de méditation, Salzmann passe une dernière fois en revue toutes les procédures dans ses pensées pendant l’approche. Il ferme les yeux et se voit intérieurement voler au loin en effectuant de légers mouvements de la tête, du haut du corps et des mains. Trois ans de travail, de recherche et de tests pour ce seul moment. Il expire, s’appuie brièvement aux montants de la porte ouverte de l’hélicoptère – et saute dans le vide.

 

Wingsuit à moteur électrique : l’idée

Retour en arrière : Salzbourg, 2017. L’idée de ce projet visionnaire naît spontanément un soir, après le travail. « À l’époque, je développais des modèles de combinaison de saut en parachute et le base jumping avec un ami et mentor en base jumping », explique Peter Salzmann. « Le soir, après une journée de tests, nous avons lancé plein d’idées en l’air, un peu pour nous détendre, sur la façon d’améliorer les performances. L’une d’entre elles consistait en une motorisation d’assistance – et cette idée ne m’a plus jamais quitté. L’idée de pouvoir sauter de ma montagne en wingsuit base jumping et d’atterrir dans mon jardin était fascinante. »

L’Autrichien rêve depuis toujours de voler. Dès son plus jeune âge, il sautait de tout ce qui lui permettait de s’élever du sol et atterrissait sur des matelas ou des coussins. « Voler, c’est la liberté. C’est l’expression ultime de la quête de l’inconnu et de la découverte de nouveaux horizons », estime Peter Salzmann. En tant que cascadeur, basejumper, instructeur de vol et pilote de wingsuit, il a fait de la capacité à voler son métier – un travail à plein temps qui lui a permis de suivre un chemin qu’il avait toujours estimé tracé pour lui. « Je souhaite faire uniquement les choses qui me tiennent vraiment à cœur », dit l’homme âgé de 33 ans. « Pourtant, j’ai toujours su qu’il y avait plus que cela. »

L’athlète élancé et surentraîné semble détendu, terre à terre, mais son charisme facine immédiatement. Pendant des semaines, Peter Salzmann a bricolé chez lui, dans son garage, sur les possibilités de mettre en œuvre l’idée d’une wingsuit avec une motorisation d’assistance afin de développer son sport et de pénétrer dans un territoire inconnu. L’Autrichien souhaite améliorer son temps de vol plané, il veut décoller de plus hautes altitudes, voler plus loin qu’auparavant et atterrir en toute sécurité sur un terrain approprié. « J’ai rapidement eu l’idée d’une turbine, c’est-à-dire une hélice entourée d’une enveloppe en forme d’anneau ou de tube. Cependant, il était hors de question d’utiliser un système de propulsion à carburant ou classique », explique Peter Salzmann. « J’attache une grande importance à la durabilité et j’essaie d’appliquer ce principe dans la vie de tous les jours. J’aime la nature, tant dans les airs qu’au sol – c’est pourquoi je veux suivre cette voie de manière conséquente en matière de mobilité également. Avec la BMW iX3 entièrement électrique, je peux le faire maintenant, alors que je me prépare aux prochains sauts – et les progrès de l’électrification ont rendu mon rêve possible grâce au soutien de BMW i ».

LA CLÉ DU RÊVE : LE CONTACT AVEC BMW 

Il arrive un moment dans la vie où vous devez décider si vous voulez continuer à faire ce que vous avez toujours fait, ou si vous voulez vous lancer dans quelque chose de nouveau. Peter Salzmann veut aller de l’avant, mais il sait aussi qu’il a besoin de l’aide d’experts pour y parvenir. Et il la trouvera en 2017 chez BMW i. « Notre approche pionnière des motorisations électriques et des matériaux et technologies innovants correspondait parfaitement à l’idée inhabituelle mais fascinante de Peter Salzmann. À mes yeux, il incarne parfaitement le positionnement de la marque BMW i avec sa vision unique, sa passion et son courage. J’ai également été très impressionné par son engagement physique, combiné à ses connaissances techniques approfondies et à sa très bonne compréhension de la marque », déclare Stefan Ponikva, alors parrain du projet chez BMW i et aujourd’hui vice-président de Brand Experience.

Compte tenu du développement simultané de la BMW iX3 entièrement électrique, la solution était évidente : il fallait développer conjointement une combinaison wingsuit avec un moteur électrique : une propulsion électrique pour les altitudes élevées – alimentée par une énergie renouvelable, suffisamment compacte pour fonctionner avec une wingsuit normale, et avec une génération de chaleur limitée – une évolution supplémentaire de la wingsuit bien connue qui permettrait un décollage immédiat et une expérience de vol vraiment souple. « J’aime relever des défis comme celui-ci. Développer de nouvelles combinaisons, tester de nouveaux équipements et promouvoir le sport de la combinaison ailée de différentes manières, voilà ce qui me motive », explique Peter Salzmann. « Et avec BMW, j’ai trouvé les partenaires créatifs parfaits pour réaliser le projet selon les normes de sécurité les plus élevées et avec toutes les étapes de développement nécessaires ».

Émissions de CO2 0 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 0 l/100 km (cycle combiné)
La consommation d'énergie 17,8-17,5 kWh/100 km (cycle combiné)

Dans le même temps, un contact étroit a été établi avec Designworks, le studio d’innovation technologique de BMW Group, via BMW i. Le studio a mis à la disposition de Peter Salzmann des experts pour développer la combinaison de vol et la turbine électrique avec le pilote de wingsuit, adaptée à la nouvelle technologie de propulsion. « D’un point de vue technique, nous avons fait appel à l’équipe de Designworks qui sont des experts en matière de rapprochement des besoins de la mobilité et d’autres industries », ajoute Stefan Ponikva. La concrétisation de cette vision avec son équipe a été pour lui un moment de bonheur personnel. « Seule une turbine électrique est suffisamment légère et maniable pour permettre le vol normal en wingsuit et le base jumping. Assez légère pour permettre d’escalader des montagnes avec elle sur le dos, assez agile pour l’acrobatie et effectuer des virages et des manœuvres serrés, mais assez silencieuse pour ne pas perturber la pureté du vol ».

Le vol en wingsuit à propulsion électrique était pour moi un projet qui me tenait à cœur et, pour mettre en évidence notre technologie BMW i, une déclaration en matière de communication innovante.
Stefan Ponikva

Parrain du projet Wingsuit chez BMW

Les premiers pas vers la wingsuit à moteur électrique

Les idées sont devenues des esquisses, les esquisses des modèles numériques, les modèles numériques des premiers prototypes. « Le tout premier était en carton – et je l’ai construit pour avoir une idée des dimensions de la Flyunit, c’est-à-dire l’ensemble de la turbine, y compris les batteries et tout ce qui va avec », explique Peter Salzmann. Deux modèles ont été produits, un grand et un petit. L’étape suivante consistait à créer un prototype en aluminium, mais il ne contenait encore aucune turbine ni aucun système électronique. Il a été utilisé pour simuler le poids et les dimensions et Peter Salzmann l’a porté à l’aide d’un harnais et d’un soutien-gorge.

« Le processus de développement a été un mouvement permanent d’aller et retour, nous avons toujours été confrontés à de nouveaux défis », explique Peter Salzmann. « Au début, nous pensions placer l’unité motrice sur le dos. Mais après les premiers dessins et les discussions avec les aérodynamiciens, nous avons décidé de faire passer la Flyunit vers l’avant ». Peter Salzmann et l’équipe ont également dû rapidement abandonner le projet d’utiliser la version plus grande de la turbine qui aurait permis de gagner 40 % de puissance en plus. « Lorsque j’ai essayé la combinaison pour la première fois, il était clair pour moi que l’ensemble serait trop lourd et que j’aurais une mobilité limitée. Quand on saute, le confort et le sentiment de sécurité sont les choses les plus importantes, et j’ai besoin de liberté de mouvement pour pouvoir ouvrir le parachute plus tard. » Les ingénieurs se sont donc concentrés sur le plus petit modèle, mesurant tout de même environ un mètre de large, qui sera ensuite peaufiné en soufflerie. La dernière Flyunit, équipée de deux turbines d’environ 13 centimètres de diamètre chacune, ressemble finalement à un mini sous-marin futuriste, est alimentée par une batterie au lithium de 50 volts, pèse 12 kilogrammes et est fixée au pilote sur un plastron par le biais d’un dispositif à charnière. Les deux turbines en carbone, avec la structure légère en fibre de carbone et en aluminium, ont une puissance combinée de 15 kilowatts et tournent à une vitesse d’environ 25 000 tr/min.

Test de vol en wingsuit en soufflerie

La première série de mesures avec la combinaison sera effectuée dans l’AEROLAB, la soufflerie horizontale de BMW. Les tests ont servi à valider et à comparer les différentes variantes de turbines et de wingsuit. « Lors des premiers passages, nous avons testé l’ensemble avec un mannequin mais avec les turbines et les wingsuits d’origine et nous avons mesuré toutes les forces et tous les couples. Ensuite, nous avons décidé d’une variante de turbine ainsi que d’une position spécifique », explique Peter Salzmann. Le travail s’est ensuite poursuivi en Suède. « Le premier test dans la soufflerie pour wingsuit à Stockholm a été une étape importante pour moi. Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire. Car jusqu’à ce moment, je ne savais pas encore si j’allais pouvoir voler de manière contrôlée avec la turbine. Cette soufflerie est la seule au monde où les pilotes de wingsuit peuvent voler en intérieur. Pour pratiquer le skydiving ou l’indoor skydiving, appelé aussi saut en parachute intérieur. Ici, j’ai pu simuler le vol et aussi tester si je pouvais ouvrir mon parachute sans problème. Et quelle stabilité ! Je savais alors que nous étions sur la bonne voie. » Avec cette ébauche innovante de l’unité motrice, Peter Salzmann a ensuite effectué les premiers sauts d’essai à partir d’un hélicoptère pour se faire une idée de l’influence de l’appareil sur le comportement en vol. Pendant l’étape suivante, deux prototypes ont été construits, qui contenaient déjà la turbine, la technologie des batteries et l’électronique nécessaire, puis le tout a été envoyé dans les airs.

Peter Salzmann a effectué plus de 30 sauts d’essai avec la Flyunit. « Après l’évaluation des premiers sauts, nous sommes arrivés à la conclusion que les turbines recevaient encore un débit d’air trop faible. Des prises d’air supplémentaires ont donc été intégrées dans la combinaison ailée ». Le système de propulsion a été conçu en étroite collaboration avec BMW i et Designworks et optimisé jusque dans les moindres détails. Une autre conclusion était que le poids était trop élevé et devait être réduit. « Et il était nécessaire d’envisager une solution de séparation pour la Flyunit en cas d’urgence, de développer une option de contrôle et de positionner un interrupteur marche/arrêt pouvant être actionné facilement à tout moment. Ce régulateur de poussée se trouve maintenant sur la manche gauche et peut être commandé avec le majeur et l’annulaire. »

Wingsuit à moteur électrique : regardez le saut en vidéo !

RESET THE MINDSET

Enter #NEXTGen Experience

De la Corée jusqu’aux Alpes

Il est tôt le matin dans les Alpes, le soleil se lève lentement sur la chaîne de montagnes des Trois Frères. Le compte à rebours est lancé : dans une demi-heure, Peter Salzmann fera le saut décisif. La combinaison ailée à propulsion électrique a été vérifiée dans les moindres détails, chaque vis, chaque couture de l’équipement a été vérifiée. Alors que la perspective d’un saut de plus de 3 000 mètres rendrait certainement la plupart d’ente nous nerveux, Peter Salzmann reste calme et indifférent. Détendu, mais visiblement plein d’énergie, il explique aux membres de son équipe, d’un geste, comment il compte effectuer le vol. Celui-ci aurait dû avoir lieu à l’autre bout du monde : à l’origine, Peter Salzmann avait prévu de faire ce saut en Corée au printemps 2020. Mais le déclenchement de la pandémie de COVID 19 a mis un terme à ses projets de première mondiale en Corée. Puis, après des mois d’incertitude, le soulagement enfin. Alors que la pandémie commençait à s’atténuer, le projet a été remis sur les rails et le nouveau site a été trouvé en Autriche ; l’équipe a pu reprendre la planification, les tests et les sauts d’essai. Quelques mois plus tard, le rêve de Peter Salzmann de voler comme personne n’avait jamais volé auparavant est sur le point de devenir réalité.

Était-il nerveux ? Non. « Bien sûr, il y a toujours de la tension, et c’est bien. Il faut toujours être conscient des conséquences de ses erreurs. À cette vitesse de chute libre et avec cette tension physique, tout doit être parfait. Au fil des ans, j’ai acquis une expérience qui me donne maintenant un niveau de sécurité suffisant pour être assis dans un hélicoptère avec le sourire aux lèvres, même si cela peut surprendre certaines personnes. Lorsque l’hélicoptère décolle, le matériel est vérifié et j’ai passé en revue les procédures dans ma tête point par point. Pour moi, l’ascension n’est alors plus qu’une chose : du plaisir par anticipation. » Un saut requiert non seulement de la force mentale, mais aussi une bonne condition physique, explique Peter Salzmann, qui prend une position de vol pour illustrer cet aspect. « La pression est énorme, surtout avec des équipements supplémentaires. Je peux tenir mes bras dans cette position étendue pendant environ cinq minutes. Je fais un entraînement spécial tous les jours depuis des mois pour renforcer les muscles du tronc, du cou et des épaules. »

Le vol avec la wingsuit électrifiée

Trois, deux, un, partez ! À la radio, Peter Salzman reçoit le signal tant attendu. Vu du sol, le pilote n’est d’abord qu’un petit point dans le ciel, mais il se rapproche rapidement. Tandis que l’hélicoptère s’éloigne, Peter Salzmann en combinaison ailée prend rapidement de la vitesse. À seulement un ou deux mètres de distance, il frôle les murailles rocheuses et fonce vers la vallée. Pendant le vol, Peter Salzmann reste concentré sur certains points de la montagne afin de garder le cap et de pouvoir réagir à temps si nécessaire. Mais l’Autrichien est pleinement dans son élément.

1 / 14
Rendre l’avenir tangible – d’une idée folle à sa réalisation : il n’y a pas de meilleure récompense que de pouvoir réaliser sa vision ! Je suis tellement fier que l’équipe ait maîtrisé cette tâche... et quand j’ai vu la première vidéo dans laquelle Peter prend de l’altitude alors que les autres pilotes plongent, j’étais littéralement sans voix !
Holger Hampf

Président de Designworks

Depuis trois ans, il a tout donné pour ce moment. Ces deux dernières années, il a sauté plus que jamais auparavant – quelques fois même en dépassant ses propres limites. Puis le moment est venu : avec le majeur et l’annulaire, il tire le commutateur vers lui – et de la descente en chute libre, il est à nouveau poussé vers le haut par le moteur électrique comme par des forces invisibles. Les efforts de Peter Salzmann sont récompensés exactement comme il l’avait imaginé : par un calme moment d’euphorie à plus de mille mètres d’altitude. Peu avant d’ouvrir le parachute, il profite des derniers mètres de la poussée électrique, expire et libère le parachute. Afin de repousser les limites de son sport, il est lui-même allé au bout de ses propres limites.

Électro­­mobilité pour tous les terrains­

C’est l’après-midi sur les Trois Frères. Peter Salzmann a atterri en toute sécurité ; il range son parachute, fixe soigneusement la turbine sur un support mobile spécialement conçu à cet effet, qui rappelle un peu un diable d’empilage modifié, et range le reste de l’équipement dans sa BMW iX3. Un regard en arrière vers les montagnes, puis c’est le retour à la maison, pour retrouver la famille. L’exaltation du vol restera encore un moment et l’accompagnera. « Pour moi, la conduite de ce nouveau véhicule électrique qu’est la BMW iX3 a des parallèles avec mon expérience en wingsuit. La sonorité est similaire, et il y a la sensation d’une accélération immédiate. 

C’est impressionnant et cela me fait du bien de poursuivre mon chemin durable avec cette électromobilité. Que ce soit sur la route ou dans les airs. » Pour Peter Salzmann, il n’est pas question de se reposer. L’homme veut aller encore plus haut. Le projet sud-coréen n’a été que reporté – là-bas, l’énergique Autrichien veut voler entre les buildings. « Je vais devoir m’entraîner encore plus dur, nous allons optimiser la technique et nous projeter en avant avec audace. »

Parce que l’art du progrès consiste à sortir des sentiers battus et à innover.

 L’EFFICACITÉ S’ASSOCIE À L’AUTONOMIE MAXIMALE

Innovation durable : la BMW iX3 est le premier Sports Activity Vehicle de BMW entièrement électrique et combine le plus haut niveau de dynamique de conduite avec les performances et l’efficacité encore améliorées de la technologie BMW eDrive. Les accents BMW i dans le bleu emblématique de BMW i soulignent l’exclusivité du premier Sports Activity Vehicle entièrement électrique, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les faits les plus importants concernant la BMW iX3 :

  • Une batterie haute tension de la cinquième génération BMW eDrive dotée de la dernière technologie d’éléments de batterie et d’un contenu énergétique brut de 80 kWh permet une autonomie allant jusqu’à 460 kilomètres selon le nouveau cycle d’essai WLTP légalement requis (et jusqu’à 520 kilomètres selon le cycle d’essai NEDC classique). Grâce à son propre processus d’approvisionnement en matières premières pour les éléments de batterie (lithium et cobalt), BMW Group garantit le respect des normes environnementales et sociales.
  • Le moteur électrique de conception nouvelle de la cinquième génération de BMW eDrive développe 210 kW/286 ch, génère un couple maximal de 400 Nm et propulse la BMW iX3 de zéro à 100 km/h en 6,8 secondes.
  •  La récupération adaptive améliore le confort et l’efficacité de la conduite en contrôlant la régénération de l’énergie de freinage et la fonction croisière en fonction de la situation du trafic.
  • Une expérience de conduite typique BMW et une efficacité révolutionnaire : l’association innovante d’une faible consommation d’énergie et d’une puissance de charge élevée permet d’effectuer des trajets longue distance à des vitesses moyennes élevées.
  • BMW IconicSounds Electric : un univers sonore nouvellement développé dans l’iX3 apporte une profondeur émotionnelle supplémentaire à l’expérience de conduite pour la première fois dans une BMW. Cette composition unique pour le démarrage et la désactivation du moteur électrique a été développée en coopération avec le compositeur de musique de film et lauréat d’un Oscar, Hans Zimmer.
  • Les nouveaux services numériques de BMW Connected Charging dans le véhicule et sous forme d’application permettent une planification pratique de la navigation, y compris des recommandations sur les arrêts pour recharger : lors de la planification de l’itinéraire et du calcul de l’heure d’arrivée, le système de navigation prend en compte les arrêts intermédiaires pour recharger la batterie haute tension et fournit des informations détaillées sur les bornes de recharge disponibles.
  • Pour la première fois, un concept de stockage optimisé permet de charger un véhicule jusqu’à 150 kW dans des stations de recharge à courant continu et de recharger de zéro à 80 % de la capacité de stockage à haute tension en 34 minutes, ce qui correspond à 10 minutes pour une autonomie de 100 kilomètres (selon les normes WLTP).
  • Détails innovants : l’aérodynamisme des roues BMW contribuent également à réduire la résistance de l’air.
Nous avons conçu la BMW iX3 comme un espace mobile pour une meilleure qualité de vie. Un nouveau « lieu favori » où l’on peut être soi-même et détendu.
Domagoj Dukec

Responsable du design BMW

À propos de BMW i

BMW i est synonyme d’une approche globale et d’une interprétation tournée vers l’avenir de la mobilité durable de haut niveau : propulsion électrique, technologies et matériaux innovants combinés dans les concepts révolutionnaires de demain. L’accent est mis sur une nouvelle compréhension de l’excellence, définie par la durabilité tout au long de la chaîne de valeur.

À propos de Designworks

DESIGNWORKS est une société de conseil en création, active dans le monde entier, qui possède des agences en Amérique du Nord, en Europe et en Asie et qui est le moteur de l’innovation de BMW Group. En travaillant avec des clients issus des secteurs les plus divers, Designworks inspire BMW Group avec des perspectives externes et des impulsions créatives. Les services créatifs de Designworks sont axés sur l’innovation et la croissance. Pour ce faire, le cabinet de conseil en création utilise le principe « d’étoile fixe » de BMW Group : les équipes se projettent dans les dix à quinze prochaines années pour développer des solutions pertinentes pour aujourd’hui et demain. Designworks a également contribué au développement de diverses icônes de BMW Group, notamment la BMW Série 3 de 1998, la BMW Z8, tous les précédents prototypes de X1, X3, X5 et BMW i3, i8 et bien d’autres encore.

Auteure : Markus Löblein

Electromobilité BMW

En savoir plus