Transalp : à vélo et avec la BMW iX à travers les Alpes

10 min de lecture
Une randonnée vélo transalp est en haut de votre liste de souhaits en matière de cyclisme ? Alors vous devez absolument poursuivre votre lecture. Nous vous emmènerons dans notre excursion d’une journée sur la crête principale des Alpes et vous dirons ce à quoi vous devez faire attention lorsque vous faites du vélo de route en montagne. Et surtout, pourquoi la BMW iX est le véhicule d’acompagnement idéal pour effectuer un tour des Alpes.

Le 24 juin 2021

Environ au kilomètre 135, le plaisir prend fin. Avec une pente de plus de 12 pour cent, un vent de face froid et un mélange désagréable de pluie, de grésil et de neige, nous pensons : il y a tellement de choses plus confortables que nous pourrions faire en ce moment. Ok, du moins, c’est ce que moi, je pense. Maria, elle, détendue et pédalant à une cadence régulière à côté de moi sur son vélo de route vers le sommet du col de Jaufen, sourit simplement. Sachant pertinemment que la récompense de cette épreuve nous attend quelques minutes plus tard.

Les protagonistes

  • La BMW iX est le dernier modèle de BMW i et le fleuron technologique de la marque. La BMW iX xDrive50 entièrement électrique peut parcourir jusqu’à 630 km sans être rechargée.
  • Maria Wilke (@maryywilke sur Instagram), 31 ans, vit pour le vélo et à la lisière de la Forêt-Noire. Elle aime parcourir plus de 300 km par jour, juste pour le plaisir.

  • Nils Arnold, rédacteur, combine ses passions pour les voitures, le vélo de route et l’écriture sur cette Transalp. Effectue également des trajets parfois de plus de 200 km – avec recharge.

Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), tremplin olympique (708 mètres au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 0.

- Niveau de charge de la BMW iX : 98 %.
- Maria Wilke et rédacteur : détendus.

Effectuons un retour en arrière de quelques heures. Garmisch-Partenkirchen au milieu des Alpes bavaroises, au pied du tremplin olympique de saut à ski. 6 h 06, un matin de mai, bien après le lever du soleil – mais tout ce que l’on peut voir, c’est une averse qui s’approche par l’ouest. Maria sourit joyeusement, le rédacteur, quant à lui, fait tout pour rester optimiste. Très détendue, en revanche : la BMW iX. Pas étonnant, en tant que véhicule d’assistance, le SAV électrique est de la partie pour un roadtrip sympa et surtout détendu (➜ Lisez également : Road trip helvétique : le grand tour de Suisse). Pour nous, cyclistes sur route, le SAV n’offre que des avantages : tout ce qui est provisions, vêtements de rechange et soutien moral voyage dans la BMW iX – et bénéficie d’un confort et d’un espace plus que suffisants.

Frontière Allemagne/Autriche au début de la vallée de Leutasch (1 016 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 17.

- Niveau de charge de la BMW iX : largement supérieur à 90 %.
- Maria Wilke et rédacteur : pas encore à la température de fonctionnement.

Après la première courte montée de Mittenwald vers la vallée de Leutasch, nous traversons la frontière autrichienne. Pendant qu’il continue à faire frais, les muscles se réchauffent lentement. Notre porteur d’eau est assurément au chaud dans la BMW iX. Il peut profiter de la vue des nuages bas qui se détachent de temps en temps et laissent entrevoir l’imposant massif de Wetterstein. La voiture électrique (➜ Lisez également : Hybride rechargeable et autres voitures électriques) vrombit derrière nous à une bonne vitesse de 35 km/h, consommant à peine un kilowatt.

Telfs (634 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 43.

- Niveau de charge de la BMW iX : constant grâce à la récupération.
- Maria Wilke et rédacteur : en pleine griserie de la vitesse.

Après l’échauffement presque sans déclivité dans la vallée de Leutasch, la première descente de la journée nous attend. Maria sourit brièvement – puis elle disparaît. Se penchant bas sur le tube supérieur, elle plonge vers la vallée de l’Inn sur son vélo en carbone. La BMW iX nous suit avec désinvolture et à une distance suffisante. Le SAV récupère sur une pente de plus de 10 % et augmente ainsi l’autonomie. À partir de Telfs, lorsque les températures augmentent, nous nous dirigeons vers l’est pendant un court moment, souvent tout droit et sur un parcours vélo quasiment plat. En dehors du chant discret mais distinctif des roues en carbone, aucun bruit n’est perceptible. Et encore moins de la BMW iX. Avec un bon 40 km/h au compteur, nous, les cyclistes, roulons dans la vallée de l’Inn. Notre véhicule de ravitaillement navigue tranquillement derrière nous, distribuant quelques snacks de temps en temps et acceptant nos vêtements de rechange.

Innsbruck, Bergisel (746 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 70.

- Etat de charge BMW iX : diminution à peine perceptible.
- Maria Wilke et rédacteur : brève accumulation élevée de lactate.

Le prochain tremplin de saut à ski : d’Innsbruck, nous nous dirigeons directement vers le Bergisel. Alors que la BMW iX s’engage dans de longues courbes pour atteindre l’entrée de la vallée de Wipptal en direction du Brenner, le GPS nous indique un raccourci. Ça a l’air bien, mais ça fait mal. Même s’il ne s’agit que de 50 mètres, les 20 % font brûler les cuisses. Conseil : un rapport de vitesse spécial pour la montagne rend les montées beaucoup plus agréables. Nous avons donc brièvement mis une quantité décente de watts sur les pédales et nous sommes maintenant vraiment réveillés. La BMW iX, quant à elle, n’a pas vraiment besoin de se dépenser. Consommation d’énergie ? Faible. Relâchement ? Grand.

Matrei au Brenner (992 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 88.

- Niveau de charge de la BMW iX : largement supérieur à 80 %.
- Maria Wilke et rédacteur : encore une fois dans le vert.

Ni nous, les pédaleurs, ni la BMW iX n’ont besoin de faire une pause. L’ascension d’Innsbruck jusqu’au col du Brenner s’étend sur 35 kilomètres et permet de franchir 800 mètres de dénivelé. Nous pouvons donc, pour l’essentiel, pédaler détendus et dans le sillage du pays de la nostalgie. Après que le soleil se soit montré à plusieurs reprises sur la capitale du Tyrol, nous nous attendons fermement à ce que ce soit l’été à partir de la frontière italienne.

Col du Brenner, frontière Autriche/Italie (1 370 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 104.

- État de charge de la BMW iX : le chiffre 8 indique toujours les dizaines.
- Maria Wilke et rédacteur : recharge nécessaire.

Le coupe-vent, le foulard et les jambières, dont nous nous sommes débarrassés peu après Bergisel, sont à nouveau de mise à Brennero. L’été espéré est encore plus au sud et une averse se déclenche. Nous nous accordons une pause de dix minutes à l’ancienne borne frontière – pour remplir les bouteilles d’eau, s’étirer et vérifier l’itinéraire. Sinon, rien de nouveau. Maria sourit, la BMW iX semble détendue au maximum. Quand nous descendons, le chauffeur a l’air de sortir d’une journée dans un centre de remise en forme. Au fond de moi, je pense : une baignoire ce soir serait bien. « Allons-y », dit Maria et donne le rythme.

Sterzing (948 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 118.

- Niveau de charge de la BMW iX : environ 80 % grâce à la récupération.
- Maria Wilke et rédacteur : motivés pour l’ascension.

Jusqu’à Sterzing, on roule à l’économie. Cela signifie : économisez des watts ! Pour nous, cyclistes sur route, et pour la BMW iX. D’autant plus qu’à Sterzing, l’itinéraire s’éloigne du Wipptal presque directement dans la montée du Jaufenpass. Ici encore, le jeu familier du changement : la couche supérieure est retirée, l’équipement atterrit sur la banquette arrière de la BMW iX. Nous faisons à nouveau le plein d’eau. Dans les premiers kilomètres jusqu’au Jaufenpass, nous cherchons et trouvons notre rythme de pédalage. Après tout, nous avons une bonne heure et demie de montée devant nous. Maria sourit, comme toujours. Dans notre sillage, la voiture électrique est toujours là.

Respirez, rechargez les batteries : la BMW iX et les deux protagonistes font une petite pause. À l'avant, on peut voir les jantes BMW en alliage léger de 21 pouces à rayons étoilés 1011 Jet Black.

Col de Jaufen (2 094 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 137.

- État de charge BMW iX : en baisse à cause de la montée, mais toujours détendu.
- Maria Wilke et rédacteur : choc thermique.

Envoyé à l’avance : la rampe est du Wipptal au col de Jaufen est une montée appréciable. Les 1 150 mètres de dénivelé sont répartis uniformément sur 15 kilomètres jusqu’au sommet du col, ce qui correspond à une pente moyenne de 7,6 %. Un petit défi pour les cyclistes, mais pas vraiment pour la BMW iX (➜ Lisez également : Le couple moteur dans l'auto : ce qu'il faut savoir !). Tout d’abord encore densément boisée, nous approchons maintenant de la limite de la forêt. Le temps montre son côté lunatique : averses, soleil, grésil, vent, tout est là. Typiquement alpin. Par conséquent, la pause au sommet du col est de courte durée. Encore une fois, nous mettons tous les vêtements que nous avons. Et cela nous amène à la récompense suite à la torture dont nous avons parlé au début de ce texte. Plus la montée est longue, plus le facteur plaisir dans la descente est élevé – pour nous, athlètes, et pour notre chauffeur dans la BMW iX. Par de longues courbes et des lignes droites raides, nous nous dirigeons vers la vallée de Passeier. La température monte à chaque virage. Et notre sourire s’élargit.

St. Leonhard in Passeier (689 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 155.

- Etat de charge BMW iX : la récupération rend les batteries heureuses.
- Maria Wilke et rédacteur : Rollin’.

Après avoir grimpé juste avant le col de Jaufen en hiver, nous sommes maintenant arrivés au printemps. Pour la dernière fois de la journée, nous nous arrêtons brièvement pour nous débarrasser d’un maximum de vêtements. Avec une pente douce, nous roulons à travers les vergers et les vignobles vers l’Etschtal. Sachant qu’aucune autre montée ne nous attend et que l’arrivée est à portée de main, nous pédalons à nouveau quelques watts. L’anxiété liée à l’autonomie (➜ Lisez également : Sous la loupe : 10 mythes sur les voitures électriques) n’est bien sûr pas un problème dans la BMW iX. Dans la vallée de l’Etsch, le GPS nous dirige vers la piste cyclable au milieu de la vallée. Nous roulons jusqu’au château de Sigmundskron, puis nous nous dirigeons vers le nord sur cinq kilomètres jusqu’au centre de Bolzano. Nous l’avons fait.

Bolzano, station de recharge du centre ville (262 m au-dessus du niveau de la mer), kilomètre 210.

- Niveau de charge de la BMW iX : inférieur à 70 % pour la première fois.
- Maria Wilke et rédacteur : compenser le déficit énergétique.

Lorsque nous atteignons la station de recharge (➜ Lisez également : La recharge d'une voiture électrique en 10 étapes) à Bolzano, nous arrêtons le compteur kilométrique : 8,5 heures de pur temps de roulage pour pratiquement 210 kilomètres et environ 3 000 mètres de dénivelé pour notre transalp en vélo de route. Et surtout : sans avoir atteint nos limites de performance. C’est également le cas de la BMW iX. L’indicateur de charge promet que le voyage de retour en Allemagne le lendemain sera possible sans recharge. Tandis que nous, les coureurs cyclistes, comblons notre déficit en glucides, la voiture électrique a bien le droit, elle aussi, d’absorber de l’électricité. Après tout, elle nous ramènera à Garmisch-Partenkirchen le lendemain, avec des vélos sur le support vélo arrière. Et puis la petite bosse amusante du kilomètre 135 de la veille sera oubliée.

L’équipement parfait pour un confort optimal lors de vos excursions Les vélos sont fixés sur le porte-vélo Pro 2.0 de BMW ; Maria Wilke porte en outre une légère veste matelassée de la collection Lifestyle de BMW.

3 conseils pour voyager en voiture électrique en montagne

  1. Démarrez avec une batterie pleine.
  2. Réfléchissez à l’avance à votre itinéraire. Le système de navigation de la BMW iX vous y aidera (➜ Lisez également : Comment fonctionne une voiture électrique).

  3. Au cas où, vous devriez avoir une carte de recharge à portée de main, en plus d’une application pour payer le plein d’électricité.

Pourquoi les voitures électriques sont idéales pour un voyage à la montagne

  • Une voiture électrique roule sans émissions locales.
  • Une voiture électrique est également respectueuse de l’environnement en termes d’émissions sonores.

  • Le couple immédiat et l’accélération associée garantissent la sécurité et le plaisir dans les montées.

  •  En descente, une voiture électrique récupère particulièrement bien et recharge les batteries – les freins sont à peine nécessaires et sont donc épargnés.

  • Si vous souhaitez emporter des vélos (vélo de course, VTT ou e-bike) : l’attelage de remorque disponible en option sur la BMW iX est idéal pour un porte vélo voiture.

7 conseils pour une Transalp en vélo de route

  • Saison : le milieu de l’été est la meilleure période pour une traversée des Alpes en deux roues. Les journées sont longues, à plus de 2 000 mètres d’altitude, il ne fait pas trop frais et les cols ne sont pas enneigés. L’idéal pour un voyage à vélo sur la route des grandes alpes.
  • Itinéraire : votre choix d’itinéraire vélo devrait dépendre de certains des facteurs mentionnés ci-dessus : votre niveau de forme, la période de l’année, le temps qu’il fait et, enfin et surtout, ce que vous avez envie de faire. Un cyclisme détendu ? Choisissez alors la route du Brenner. La montée d’endurance vous convient ? Passez par le Timmelsjoch. Vous voulez parcourir beaucoup de kilomètres ? Fixez le point de départ à Munich – les options d’itinéraire sont presque infinies pour une bonne balade à vélo (➜ Lisez également : « The Old World » : en vélo et à BMW à travers l'Europe).

  • Condition physique : sans entraînement, une telle randonnée à vélo n’est pas très amusante – et elle n’est également pas judicieuse. Parcourir plus de 200 kilomètres à vélo en une journée, en plus des mètres de dénivelé, signifie un niveau élevé d’effort physique. Vous ne pouvez atteindre une forme physique suffisante que d’une seule manière : par l’entraînement.

  • Votre vélo de route doit fonctionner parfaitement tout au long de votre parcours vélo : lorsque vous avalez 1 500 mètres de dénivelé dans une descente de 30 minutes, vous devez pouvoir compter sur les freins de votre vélo de route. En outre, vous économisez de l’énergie avec un vélo parfaitement réglé. Vous pouvez bien entendu aussi opter pour un vélo BMW ou un vélo électrique BMW.

  • Equipement vélo : sans entrer dans les détails : en plus de l’équipement typique du cyclisme sur route, vous devez vous concentrer sur une bonne paire de cuissards de cyclisme (mot clé : peau au niveau du siège, car vous en avez besoin pour huit heures ou plus sur le vélo). Et si vous arrivez en sueur après une longue ascension à plus de 2 000 mètres d’altitude et que vous vous précipitez dans la descente, ce n’est pas bon pour votre santé. Les vestes coupe-vent et de pluie, les chauffe-bras, les jambières et les gants font partie de l’équipement pour le cyclisme sur route en montagne. Pour votre sécurité, emportez des lampes adaptables pour les passages en tunnel et un éventuel changement de temps.

  • Boire et manger : vous devez absolument tester à l’avance ce que vous pouvez tolérer lorsque vous faites du vélo sur route en termes d’alimentation – et surtout : ce que vous ne pouvez pas tolérer. Il est important de prévoir les calories suffisantes, des aliments salés, parce que vous allez perdre beaucoup de sel par la transpiration et de l’eau, de l’eau, de l’eau.

  • Météo : c’est bien connu, elle peut changer rapidement en montagne. En cas de grêle ou d’orage soudain, il n’est pas honteux de faire une pause ou de descendre du vélo : c’est tout simplement raisonnable. La sécurité passe toujours en premier lors d’une randonnée à vélo à travers les hautes alpes.

Photos : Yannick Wolff ; Auteure : Nils Arnold