13 conseils pour préparer sa voiture pour l’hiver

10 min de lecture
Depuis la batterie de voiture aux chaînes à neige en passant par l’antigel : avec ces 13 conseils, vous et votre voiture passerez un hiver serein. En effet, nous vous expliquons comment préparer sa voiture pour l’hiver.

Le 2 octobre 2019

L’hiver met les automobilistes et leurs véhicules à rude épreuve. Portes gelées, batterie en grève, humidité dans l’habitacle, pare-brise givré ne sont que quelques-uns des désagréments figurant au programme. Sans parler des glissades dangereuses sur les routes recouvertes de neige ou, pire, de glace (➜ Conseils hivernaux : conduire sur la neige en toute sécurité).

La plupart des problèmes qui surgissent en hiver peuvent toutefois être évités au moyen de quelques mesures de précaution. De nombreux partenaires de service offrent en effet uncontrôle hivernal pour votre voiture, à la fois complet et professionnel. Si vous préférez prendre vous-même les devants, voici nos conseils pour préparer sa voiture pour l’hiver.

Surtout, n’attendez pas de voir tomber les premiers flocons pour vous y mettre. Car alors, il est souvent déjà trop tard. Le moment idéal pour préparer sa voiture pour l’hiver est le début de l’automne, soit fin septembre ou début octobre.

Conseil no° 1

Changer ses pneus à temps

Une distance de freinage nettement diminuée et un supplément de sécurité sur la route dans des conditions hivernales sont les meilleurs arguments en faveur des pneus d’hiver (➜ Comparaison pratique entre pneus d’hiver et pneus d’été). Le profil spécial des pneus d’hiver offre une adhérence nettement meilleure sur la neige, dans la boue et sur du verglas que celui des pneus d’été ou quatre saisons. Leurs rainures profondes ainsi que de nombreuses lamelles (de fines encoches, généralement crantées) dans les pneus d’hiver s’accrochent littéralement au sol glissant. Comparés aux pneus d’été, les modèles d’hiver permettent de raccourcir la distance de freinage de 25 pour cent (à 100 km/h).

Beaucoup d’automobilistes ignorent que sur une route sèche, les pneus d’hiver améliorent aussi la sécurité pendant la saison froide. En effet, le mélange de caoutchouc utilisé pour produire les pneus d’hiver reste souple malgré les températures basses. Et plus tendre est un pneu, mieux il s’adapte à l’asphalte. Il en résulte une traction optimale et, partant, un surplus de sécurité.

Lorsque les températures tombent en-dessous de sept degrés Celsius, les pneus d’hiver prennent l’avantage sur les pneus d’été. Pensez donc à effectuer le contrôle d’hiver suffisamment tôt et à monter les pneus d’hiver  avant les premières neiges.

Les pneus d’hiver sont obligatoires dans de nombreux pays. Une règle en vigueur à certaines périodes (durant les mois d’hiver) ou lorsque les conditions sur la route l’exigent.
Voici comment contrôler la profondeur du profil d’un pneu : 1. La profondeur minimale recommandée pour les pneus d’hiver est de 4 mm. 2. Heureux hasard, la bordure argentée d’une pièce de 2 euros mesure aussi 4 mm. 3. Enfoncer la pièce dans le profil aussi profondément que possible, à différents endroits. 4. Contrôler en particulier le bord extérieur, zone où l’usure est la plus rapide. 5. Si la bordure argentée disparaît entièrement dans le profil, vous pouvez continuer à utiliser vos pneus. 6. Si la bordure argentée est toujours visible, mieux vaut investir dans un nouveau set de pneus.

Si vous ne l’avez pas fait avant de les ranger, il est temps de vérifier si vos anciens pneus d’hiver présentent encore un profil suffisant. En France, les pneus d’hiver ne sont pas obligatoires, à moins que la signalisation n’indique le contraire. Le profil minimal exigé est de 3,5 millimètres. Les experts recommandent plutôt quatre millimètres, et trois millimètres pour les pneus d’été.

N’oubliez pas que les pneus d’hiver sont obligatoires dans un grand nombre de pays. En France, il n’existe pas d’obligation générale des pneus d’hiver. Néanmoins, ils peuvent être prescrits en function des conditions météorologiques ou routières. Dans ce cas, cette obligation est signalisée. La loi française se limite à spécifier l’épaisseur minimale des rainures principales dans la bande de roulement, qui ne doit pas être inférieure à 1,6 millimètres. En Suisse, la loi ne stipule pas non plus qu’un véhicule doive être équipé de pneus d’hiver en période hivernale. En revanche, le conducteur doit pouvoir garder la maîtrise de son véhicule en toute situation.

Conseil no° 2

Embarquer des chaînes à neige

Même les meilleurs pneus d’hiver peuvent se heurter à leurs limites, surtout quand une route en pente se couvre de neige. Si vous vivez dans une région montagneuse ou si vous partez en vacances de ski, vous devriez avoir des chaînes à neige dans le coffre. Celles-ci sont de toute manière obligatoires pour franchir de nombreux cols lorsqu’il se met à neiger abondamment.

En plus d’améliorer la tenue sur la neige et la glace, les chaînes à neige de bonne qualité présentent également de bonnes propriétés routières. Par ailleurs, elles sont faciles à mettre et à retirer. Néanmoins, vous devriez faire un essai avant votre départ en vacances à la montagne. Exercez-vous chez vous, à la maison, afin que le jour J où vous en aurez besoin, vous ménagiez vos nerfs et vos doigts. Surtout, à l’achat de vos chaînes à neige, veillez à choisir le modèle adapté à la taille de vos pneus (➜ Guide des pneus : comment en connaître la taille).

Conseils pour mettre les chaînes à neige : 1. Enclencher les feux de détresse. 2. Enfiler un gilet de signalisation et des gants, et se munir éventuellement d’une lampe frontale. 3. Choisir les roues motrices (avec un véhicule tout-terrain, consulter le mode d’emploi). 4. Placer une protection pour les genoux (p. ex. coussin plat de chaise de jardin) devant la roue. 5. Monter les chaînes à neige en suivant les instructions du fabricant. 6. Après env. 50 m, vérifier leur tenue et les resserrer le cas échéant.
Conseil no° 3

Contrôler le porte-skis et le coffre de toit

Avant les vacances de ski, le contrôle duporte-skis ou snowboards ou ducoffre de toit est aussi au programme. Toutes les pièces de ces accessoires, instructions de montage comprises, sont-elles encore en votre possession ? Qu’en est-il de la clé de verrouillage ? Le coffre de toit ou le porte-skis se ferme-t-il encore bien ou faut-il graisser les dispositifs de verrouillage et les pièces articulées ?

En plus de permettre de transporter des bagages encombrants supplémentaires, les porte-skis et coffres de toit ont une influence sur la sécurité. S’ils ne sont pas fixés de façon stable sur le véhicule ou s’ils ne supportent pas solidement leur charge, un accident impliquant aussi d’autres véhicules peut se produire. C’est par exemple le cas lorsque des objets tombent sur la chaussée. En cas de doute, il est préférable de remplacer un porte-skis ou un coffre de toit défectueux.

Conseil no° 4

Faire le plein d’antigel pour l’hiver

Dans le cadre du contrôle d’hiver de votre véhicule, deux liquides doivent sans faute être protégés du gel :

  • Vérifiez d’avoir suffisamment d’antigel dans l’eau de refroidissement. Si cette eau gèle, le moteur de votre voiture peut être endommagé dans le pire des cas. Normalement, votre garagiste inspecte la quantité d’antigel dans le liquide de refroidissement. Mais si vous avez par exemple rajouté de l’eau, vous devez également penser à ajouter de l’antigel. Pour vous assurer que les quantités sont suffisantes, faites effectuer un contrôle dans un garage ou une station-service. La protection contre le gel devrait être efficace jusqu’à moins 25 degrés Celsius. Important lorsque vous mettez vous-même la main à la pâte : l’antigel doit être adapté à votre moteur. Utilisez de préférence l’antigel original du constructeur.
  • Contrôlez également le lave-glace hiver. Car si ce liquide gèle, vous risquez de vous retrouver aveuglé. Le sel qui sèche sur le pare-brise est en mesure de vous empêcher complètement de voir la route. L’eau servant à nettoyer le pare-brise devrait donc être protégée suffisamment grâce à la présence d’antigel, qui évitera le gel des conduites et des buses. Certains lave-glace hiver contiennent déjà de l’antigel, de sorte qu’il ne faut pas en rajouter à part.
Ne plus jamais gratter pour dégivrer le pare-brise : 1. Vaporiser le produit dégivrant sur le pare-brise pour ramollir la couche de glace. 2. Éliminer la glace avec le grattoir. 3. Retirer les restes de glace et l’eau en actionnant les essuie-glaces. 4. À titre de mesure préventive : nettoyer le pare-brise avec les essuie-glaces avant de parquer la voiture. 5. Couvrir le pare-brise sec d’une protection et bien fixer celle-ci. 6. Glisser les essuie-glaces dans des housses en plastique telles qu’elles sont utilisées dans les tunnels de lavage pour éviter de les retrouver gelés le lendemain matin.
Conseil no° 5

Remplacer le balai d’essuie-glace

Si l’essuie-glace laisse des traces ou ne glisse plus de manière optimale sur le pare-brise, il est temps de changer le balai d’essuie-glace pour préparer sa voiture pour l’hiver. Car une vue dégagée est primordiale durant la saison froide. Les trainées laissées par les essuie-glaces sur le pare-brise peuvent être particulièrement désagréables avec la lumière des phares des véhicules arrivant en sens inverse.

Conseil no° 6

Nettoyer le pare-brise de l’extérieur et de l’intérieur

Si malgré le remplacement du balai d’essuie-glace, votre pare-brise n’est toujours pas parfaitement propre, vous pouvez utiliser un détergent pour vitres afin de le nettoyer depuis l’extérieur (en épargnant le caoutchouc des essuie-glaces !). De nombreux automobilistes oublient de nettoyer également le pare-brise depuis l’intérieur. Poussière, traces de doigt ou nicotine forment une couche de saleté, qui limite la vision, en particulier de nuit, en renforçant l’effet éblouissant de la lumière. Les vitres sales s’embuent en outre plus vite que les propres.

Une éponge ou un chiffon secs ont généralement pour effet d’étaler la saleté à l’intérieur du pare-brise. Pour un nettoyage efficace, utilisez un détergent pour les vitres et un chiffon en microfibre (ou, dans l’idéal, un chiffon à structure alvéolée).

Nettoyer un pare-brise de l’intérieur : 1. Couvrir le tableau de bord d’un chiffon pour le protéger des gouttes. 2. Vaporiser le détergent sur un chiffon à structure alvéolée. 3. Nettoyer les parties latérales du pare-brise depuis l’extérieur, par les portes ouvertes du véhicule. 4. Si votre bras n’est pas assez long pour atteindre le centre du pare-brise, poursuivre le nettoyage depuis l’intérieur de la voiture. 5. Essuyer le pare-brise rapidement avec un deuxième chiffon à structure alvéolée, et en polir la surface pour éliminer toute trace. 6. Contrôler depuis l’intérieur et depuis l’extérieur l’absence de trace ou de résidus de saleté. Si nécessaire, polir à nouveau.
Conseil no° 7

Lutter contre l’humidité, l’anti buée voiture par excellence

Si des vitres sales peuvent entraver la vision sur la route, un pare-brise embué est aussi source de danger, surtout en hiver. En effet, l’humidité à l’intérieur du véhicule a tendance à condenser sur la vitre froide.

La première cause de buée sur les vitres est une humidité élevée dans la voiture. Quelques mesures préventives permettent de réduire ce phénomène lors du contrôle hivernal :

  • Remplacer le filtre intérieur (filtre à pollen) à intervalles réguliers, conformément au manuel d’utilisation (votre garagiste s’en chargera lors de l’inspection de votre voiture). Un filtre sale entrave l’échange d’air, que ce soit par la ventilation ou la climatisation.
  • Contrôler les joints d’étanchéité des fenêtres ou du toit ouvrant. Les fuites peuvent contribuer à élever le taux d’humidité dans la voiture.
  • Des accessoires spéciaux permettent aussi d’éviter l’humidité, à l’image des tapis de voiture pour tous les temps : en hiver, les chaussures couvertes de neige ou humides sont aussi une source d’humidité dans l’habitacle. Les tapis de voiture textiles absorbent l’eau et ne sèchent que très lentement. À l’humidité viennent s’ajouter de mauvaises odeurs. Les tapis de voiture pour tous les temps sont en revanche en matière imperméable et sont faciles à secouer ou essuyer. À l’arrière, un tapis de coffre moulé permet d’obtenir les mêmes résultats. Ce genre de bac de coffre est robuste et sèche rapidement.
  • Veiller à ce que les canaux d’écoulement de l’eau restent libres, en particulier dans le compartiment moteur sous le pare-brise et dans le coffre. En effet, l’eau peut s’y accumuler quand des feuilles mortes ou des aiguilles de sapin les bouchent.
Lutter rapidement contre les vitres embuées : 1. Allumer la climatisation, qui va sécher l’air ambiant. 2. Actionner la touche automatique Defrost. 3. Si votre voiture n’en est pas équipée : régler la soufflerie au maximum, orienter les buses en direction des vitres et actionner le bouton d’apport d’air extérieur. 4. Essuyer la condensation des vitres avec une éponge en cuir ou un chiffon anti-buée.
Conseil no° 8

Prendre soin du joint de porte voiture

Un joint défectueux peut expliquer pourquoi l’habitacle de la voiture est humide. Les joints des fenêtres et des portes sont mis à rude épreuve par le gel, qui peut les rendre friables. Et l’ouverture par la force d’une porte gelée peut provoquer de petites fissures dans les joints d’étanchéité.

Avant l’hiver, mieux vaut donc traiter préventivement les joints d’étanchéité de la voiture. Des produits d’entretien spéciaux évitent que l’isolation des fenêtres et des portes ne gèle et prolongent ainsi sa durée de vie. Important : n’utilisez pas de produits d’entretien contenant de la silicone et renoncez aux astuces maison telles que vaseline et suif de cerf.

Conseil no° 9

Contrôler et charger la batterie

Avec un score de 42 pourcent, la batterie de la voiture est en tête de liste de la statistique des pannes de l’ADAC. Le froid est son pire ennemi. Pour éviter une panne de démarrage, ces quelques conseils seront utiles à votre préparation hivernale :

  • La durée de vie d’une batterie est limitée. Normalement, il faut en changer après environ six ans. Si vous effectuez souvent de courts trajets, prévoyez même de la remplacer plus tôt. À titre préventif, remplacez donc une vieille batterie en automne.
  • Demandez à votre garagiste d’effectuer un test de batterie en automne. En effet, seul un essai à plein régime, réalisé à l’aide d’un appareil spécial, permettra d’obtenir un résultat pertinent.
  • Un chargeur de batterie de voiture au garage ou dans le coffre permet de mettre toutes les chances de son côté, même en cas de températures arctiques. Un chargeur de batterie de voiture peut en effet se brancher à une prise électrique normale. De cette manière, quelques heures de patience permettront à votre batterie de revenir à la vie. L’appareil est en outre en mesure d’établir un diagnostic : il reconnaît immédiatement une batterie trop âgée.
Conseil no° 10

Vérifier l’éclairage et effectuer un réglage des phare

L’hiver est une saison où la nuit tombe tôt. Il est donc particulièrement important de bien voir et être vu. De nombreux véhicules sont équipés d’une fonction d’alerte lorsque l’éclairage est défectueux. Laissez votre garagiste réparer rapidement vos phares, aussi pour éviter une amende.

Si votre voiture n’est pas dotée d’une telle fonction d’alerte, c’est à vous de vérifier vos phares (voir illustration ci-dessous). Contrôler leur réglage correct est une autre affaire. Seul un test professionnel vous permettra de savoir si la chaussée est suffisamment éclairée ou si vous éblouissez inutilement les autres usagers de la route. Votre garagiste est donc l’interlocuteur de référence quand il en va du réglage des phares.

Test rapide des phares : 1. Parquer la voiture devant une grande fenêtre. Contrôler le fonctionnement des clignotants de devant. Contrôler les feux diurnes, de croisement, de position et de route et, le cas échéant, les feux de brouillard. 2. Répéter l’opération en parquant le véhicule à reculons devant la même vitre. 3. À l’aide du rétroviseur, contrôler le fonctionnement des feux arrière, clignotants et de freinage, ainsi que de l’éclairage de la plaque d’immatriculation.
Conseil no° 11

S’équiper d’un chauffage de stationnement

Imaginez : c’est l’hiver et vous entrez dans une voiture déjà chaude. Sans avoir à dégivrer les vitres, sans porte gelée ni doigts engourdis sur le volant.

Un chauffage de stationnement simplifie la vie des automobilistes en hiver. En effet, il est en mesure de dégivrer et de préchauffer le véhicule de manière entièrement automatique. Ses avantages pour la voiture sont certains : les chauffages modernes réchauffent également le moteur. Un démarrage à chaud limite l’usure, réduit la consommation. Un tel chauffage n’utilise qu’environ un litre de carburant à l’heure, une quantité compensée par la consommation réduite sur les premiers kilomètres.

Un chauffage de stationnement peut être installé à posteriori sur pratiquement n’importe quel modèle. Demandez conseil à votre concessionnaire ou à votre garagiste.

D’ailleurs, la plupart des véhicules électriques et hybrides plug-in peuvent être chauffés avant de les utiliser, dans l’idéal lorsqu’ils sont encore branchés à la prise électrique ou à la station de chargement. De la sorte, la batterie n’en fait pas les frais (➜ Grande comparaison entre voitures électriques).

Conseil no° 12

Des accessoires pour préparer sa voiture pour l’hiver

Outre l’équipement standard tel que triangle de panne et gilet de signalisation, ces accessoires vous aideront à préparer votre voiture pour l’hiver :

  • Une housse pour pare-brise ou une housse de protection complète faciliteront l’élimination de la neige et du gel.
  • Un spray dégivrant ramollit la couche de glace. Il ne reste qu’à utiliser…
  • …le grattoir à givre que vous conservez à portée de main, p. ex. dans la porte côté conducteur.
  • Une balayette permet de débarrasser rapidement la voiture de la couche de neige qui la recouvre.
  • Une éponge (en cuir) ou un chiffon anti-buée vous permettra de retrouver une vue dégagée sur la route. Pensez à les conserver aussi dans la porte côté conducteur.
  • Une couverture en laine en cas d’arrêts inattendus dans les embouteillages.
  • Des gants de travail pour monter les chaînes à neige ou gratter les vitres.
  • Une lampe de poche au cas où il y aurait quelque chose à réparer.
  • Une corde de remorquage pour extraire les autres automobilistes des congères ou pour les aider à vous en extirper.
  • Un flacon de produit lave-glaces antigel car c’est justement quand on en a besoin qu’aucune station-service n’est proche.
  • Une pelle à neige et un jerrycan plein si d’aventure vous traversez des contrées où l’enneigement est extrême, comme l’Alaska ou la Laponie.
  • Une câble de démarrage ou un set de démarrage d’urgence avec accumulateur pour venir en aide aux autres usagers de la route qui ne se sont pas aussi bien préparés que vous à l’arrivée de l’hiver (voir conseil no° 9).
Conseil no° 13

Réviser sa technique de conduite

Démarrer sur une route de montagne couverte de neige, freiner et éviter un obstacle sur une chaussée gelée : l’hiver réserve son lot de défis aux automobilistes. Pour que la première neige ne jette pas un froid dans votre relation qui vous lie à votre voiture, pensez à rafraîchir votre technique de conduite suffisamment tôt. Par exemple en suivant un cours de conduite avec un professionnel.

-

Avez-vous traité tous les points de la check-list d’hiver ? Dans ce cas, vous pouvez voir arriver les premiers flocons l’esprit tranquille et vous réjouir de profiter des bons côtés de la saison froide. Car franchement, qu’y a-t-il de plus beau que de rouler dans un paysage enneigé, scintillant sous les rayons du soleil ?

Illustrations : R. Fresson

Bien équipé pour l’hiver.

Accessoires BMW originaux.

En savoir plus