Solutions efficaces contre la somnolence au volant

4 min de lecture
Un long trajet en voiture est synonyme de fatigue et somnolence au volant. Comment conduire en toute sécurité ? Boire du café ? Écouter de la musique ? S’accorder une micro-sieste ? Découvrez ici les meilleurs conseils contre la somnolence au volant.

Tout le monde la connaît et la sous-estime : la somnolence au volant. Selon un article cité par le Centre du sommeil et de la vigilance de l'Hôtel-Dieu, des études révèlent que conduire après une nuit blanche équivaut à prendre la route avec une alcoolémie de 0,9 g/l. C’est surtout la soudaine fatigue au volant qui augmente le risque d’accident.

En cas de grosse fatigue, le phénomène redouté de la somnolence au volant peut se produire. Le conducteur ne s’endort alors que quelques secondes. À une vitesse de 100 km/h, fermer les yeux une seconde signifie près de 28 mètres à l’aveugle !

Les signes précurseurs de la somnolence au volant

La somnolence au volant n’arrive généralement pas par surprise. Le premier signe de fatigue au volant se traduit par des bâillements et des clignements des yeux fréquents. Les paupières peuvent alors devenir lourdes et les yeux se mettre à piquer. Quand ces signaux se produisent, le risque de somnolence au volant est à son maximum. Le micro-sommeil menace.

Nous avons réuni pour vous des conseils contre la fatigue au volant, pour vous permettre de prévenir la somnolence au volant et de prendre des mesures efficaces si elle se produit.

Que faire pendant un long trajet en voiture : micro-sieste, pauses et passagers

  • Dormir suffisamment : dormir, dormir et dormir… rien de tel pour lutter contre la fatigue au volant et la somnolence au volant. Il est important de commencer un long trajet en voiture bien reposé, après une bonne nuit de sommeil. Se mettre au volant après une période de stress et une nuit trop courte n’est pas une bonne idée.
  • Micro-sieste : lors de longs trajets, il est conseillé de faire une petite sieste au moins toutes les quatre heures. Les spécialistes précisent que ce type de micro-sieste ne devrait pas durer plus de 20 à 30 minutes, au risque de plonger dans un sommeil profond.
  • Éviter les passages à vide : adaptez vos heures de déplacement ou le début de votre voyage au rythme biologique de votre organisme. Entre deux et cinq heures du matin et entre 13 et 15 h, celui-ci est généralement au plus bas. Entamer un long trajet en voiture de nuit peut être judicieux au niveau du trafic, moins face au risque de somnolence au volant.
  • Pauses régulières : au nombre des solutions contre la somnolence au volant, on trouve aussi les pauses, qui permettent avant tout de se détendre et de bouger. Sortez de votre voiture, prenez le temps de faire quelques pas à l’air frais, étirez vos muscles. Selon les experts, bouger active le transport de l’oxygène dans le système sanguin, ce qui améliore votre capacité de concentration et repousse l’heure de fatigue au volant.
  • Repas : le choix de votre alimentation a également des effets sur votre état général. Ne prenez pas la route avec un estomac qui crie famine ni après un copieux repas. L’un comme l’autre aura pour effet de diminuer vos performances. Pendant le voyage, ne consommez pas d’aliments trop lourds et optez plutôt pour des mets légers comme des légumes. Pendant votre long trajet en voiture, il peut être bon d’avoir de petits en-cas sains sous la main, pour faire le plein d’énergie en cas de besoin.
  • Boisson : vous devriez toujours avoir suffisamment à boire avec vous, et pas seulement pour les longs trajets en voiture. Buvez autant d’eau que possible, ou alors des jus non sucrés ou dilués.
  • Divertissement : un livre audio passionnant peut garder votre esprit en alerte pendant un long trajet en voiture. Le must, c’est d’avoir un interlocuteur à qui parler, un passager qui vous fait la conversation et qui remarque quand votre énergie baisse. Et qui prend alors le volant pour vous permettre d’arriver tous deux décontractés à destination.
  • Médicaments : faites preuve de prudence avec certains produits thérapeutiques. Leurs effets secondaires peuvent induire la somnolence et réduire votre capacité d’attention. Ici aussi, la somnolence au volant guette. Ce phénomène ne concerne pas que les somnifères, mais aussi les psychotropes, les antidouleurs ou les médicaments contre les allergies. Si vous avez des doutes quant aux effets d’un médicament, renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien. Clarifiez aussi la situation si vous souffrez de fatigue chronique ou de troubles du sommeil.

Somnolence au volant : ces astuces n’aident que brièvement

  • Les sucreries vous assurent une rapide flambée d’énergie. Mais ensuite, le taux de glycémie dans le sang chute tout aussi vite, et la fatigue revient.
  • Il en va de même des boissons énergétiques et du café : après que la caféine et les substances similaires aient fait effet, la torpeur ne tarde pas à revenir.
  • Aération : en ouvrant brièvement la fenêtre, vous vous assurez une dose supplémentaire d’oxygène. Mais les effets sont aussi de courte durée. Aérer fait partie des solutions contre la somnolence au volant qui n’aident que brièvement.
  • Mâcher un chewing-gum stimule la circulation sanguine dans le cerveau et réduit les symptômes du manque de sommeil, sans pour autant corriger la situation. Une fois encore, cette astuce ne permet pas de lutter contre la fatigue au volant de manière durable.
  • Écouter de la musique à plein volume n’est pas non plus une solution durable contre la fatigue et la somnolence au volant. L’épuisement diminue déjà la capacité à se concentrer, situation qu’un environnement bruyant n’améliore pas. Pour conduire en toute sécurité, mieux vaut donc renoncer à ce type d’astuce.

Comment votre voiture vous aide à lutter contre la somnolence au volant

La fatigue au volant, un problème majeur de sécurité routière : c’est pourquoi les systèmes d’assistance à la conduite peuvent également vous aider en cas de risque de somnolence au volant. Les symptômes typiques d’une fatigue excessive sont une conduite inattentive ou une trajectoire incertaine. Différents systèmes d’assistance embarqués ont été conçus pour corriger ce type de situation. L’assistant directionnel et de contrôle de trajectoire ainsi que le système de protection contre les collisions latérales donnent l’alarme lorsque vous effectuez des mouvements peu naturels avec le volant ou qu’un danger menace depuis le côté d’un véhicule. Le fait est que si vous luttez contre la fatigue au volant, vous devriez absolument faire une pause.

Les assistants numériques, à l’image du BMW Intelligent Personal Assistant, vous apportent également leur aide. Il suffit de lancer un « Dis BMW, je suis fatigué ! » pour que le programme de revitalisation se mette en marche en adaptant la température et en utilisant des effets de lumière et de la musique. Après quelques heures de conduite sans interruption, une BMW vous rappellera de toute manière de faire une pause. Et s’il vous faut un lit pour vous reposer, le système de navigation assisté du BMW Concierge Service vous montrera le chemin à suivre pour rejoindre l’hôtel le plus proche.

Conduire en toute sécurité est toujours une priorité. Si vous suivez ces conseils contre la fatigue au volant et que vous ne parvenez tout de même pas à vous débarrasser de la fatigue, arrêtez-vous ! Interrompez votre voyage et ne continuez qu’après avoir suffisamment dormi. Le meilleur moyen de lutter contre le manque de sommeil est en effet toujours de dormir.

Illustrations: Vanessa Deussen

BMW Connected Drive.

Connecté à votre univers.

En savoir plus