Une rencontre de visionnaires

6 min de lecture
Nick Knight est l’un des photographes de mode les plus visionnaires et influents de ces dernières années et a été à ce titre invité à créer une série d’images de la nouvelle BMW i7. Le résultat ? Une version inédite de la photographie de voiture.

Le 2 mai 2022

Activer les notifications push

Mobilité innovante, futures tendances captivantes et tours/minute élevés : Inscrivez-vous dès maintenant pour être informé des dernières actualités.

Abonnement réussi.

Abonnement échoué. Si vous avez besoin d'aide, suivez le lien pour obtenir de l'aide.

Nick Knight, l’un des photographes de mode les plus influents et visionnaires de ces dernières années.

Nick Knight est l’un des photographes les plus visionnaires et influents du moment et il s’efforce à ce titre de repousser les limites en permanence, tant d’un point de vue technique que créatif. Ces dernières décennies, il a réalisé des travaux résolument novateurs, notamment avec les créateurs de mode, mais aussi en explorant sans relâche les frontières de son art. À travers ses collaborations avant-gardistes avec des créateurs de renom comme Yohji Yamamoto, John Galliano et Alexander McQueen, l’artiste né en 1958 est devenu une référence dans l’univers de la photographie de mode. Il utilise également cette force pour remettre en question en permanence les notions traditionnelles de beauté, et parfois même pour aborder des sujets sociétaux controversés.

La passion que Nick Knight voue à l’expérimentation des nouvelles technologies l’a invité à lancer en 2000 SHOWstudio, une plateforme numérique de films sur la mode qui, grâce à l’essor d’Internet, a révolutionné le genre. Ce que nous considérons comme le dernier cri de la présentation actuelle de la mode en ligne a en réalité été lancé par Nick Knight il y a 20 ans, et il ne cesse de se réinventer ainsi que de réinventer son travail.

Pour le lancement de la nouvelle BMW i7, Nick Knight a été invité à créer un ensemble d’images de la voiture représentant le concept de Forwardism, que l’on pourrait apparenter à une forme d’avant-gardisme. Désignant la joie de voir et de ressentir le futur avant même qu’il n’ait été créé. Il consiste à remettre sans cesse en question les conventions pour tracer la voie d’un avenir meilleur. Nick Knight était donc dans son élément lorsqu’il a relevé ce défi. Il résulte de ces photos des œuvres d’art expressives et exploratoires qui renversent nos habitudes de visualisation. Elles nous font découvrir un monde d’émotions et de possibilités nouvelles. Joyeux, audacieux et stimulant, telle est la signature que Nick Knight s’est appropriée année après année.

Nous avons rencontré Nick Knight pendant sa séance photo pour discuter de son travail et de sa représentation de la nouvelle BMW i7. Il a expliqué sa vision du Forwardism et nous a fait part de l’excitation que lui inspire l’avenir. Plongeons dans une nouvelle ère !

 

 

Plongez dans le monde du photographe de mode Nick Knight. Dans cette vidéo, accompagnez-le sur le tournage de la publicité pour la nouvelle BMW i7.
Consommation électrique : 19,6 - 18,4 kWh/100km (WLTP)
Autonomie électrique : 590 – 625 km (WLTP)
(Tous les chiffres sont des valeurs préliminaires)    

M. Knight, vous avez dit un jour que la photographie était un support incompris, car les gens pensent qu’elle consiste à représenter la vérité et quelque chose que nous voyons. Mais à vos yeux, la photographie revient à créer quelque chose que nous ne voyons pas et reflète la perception de l’artiste. Comment faites-vous pour nous montrer ce que nous ne voyons pas ?

Une photo est un fragment de seconde complètement sorti de son contexte. Elle montre une petite partie de quelque chose, qui reflète les interprétations de nos désirs. Ce n’est pas une représentation factuelle de ce que nous avons face à nous. Lorsque je prends une photo, il est question de ce que je veux voir, de ce que je désire et de ce qui me surprend.

Si un photographe talentueux est capable de nous faire ressentir des choses que nous ne ressentions pas auparavant, comment avez-vous appréhendé le traitement d’un objet aussi familier qu’une voiture ?

Avec cette campagne, j’ai clairement voulu libérer la perception des gens et leur permettre d’interpréter les images sous un jour nouveau. C’est la raison pour laquelle j’ai inversé numériquement l’espace colorimétrique, et en regardant l’écran, j’ai vu un monde différent de celui que j’avais devant l’appareil photo. Ce n’était plus le monde dans lequel nous vivons mais un espace imaginaire, sans véritable existence. Nous pouvons ainsi apprécier les choses et ressentir de nouvelles sensations. En plus de nous offrir de nouveaux moyens d’observer, cela nous libère de certaines décisions et restrictions propres à la réalité. J’ai apprécié le fait de me retrouver à travailler avec des personnes à la peau verte ou bleue, et j’espère que d’autres éprouveront ce même sentiment de libération.

Votre travail se distingue par une remise en question du statu quo, une utilisation précoce de nouvelles technologies et un certain avant-gardisme. Vous avez même déclaré : « Le futur est l’endroit où je passe le plus clair de mon temps, et c’est un lieu étrange ». Pouvez-vous nous en dire plus sur la transposition de vos visions de l’avenir dans le présent ?

Cette citation était vraiment destinée à l’art de la photographie et je pense réellement que nous vivons dans le futur, car la création de quelque chose que l’on ne voit pas mais que l’on désire est un acte d’avenir. L’acte du désir est toujours basé sur le futur : il s’agit de quelque chose que nous n’avons pas mais que nous souhaitons. Dans la photographie de mode, d’une certaine manière, nous travaillons physiquement dans le futur puisque les clichés sont réalisés au moins six mois avant la présentation des créations.

En matière de film de mode, vous dites que le récit provient de l’objet présenté. Si nous devions transposer cela à la BMW i7, quelle en serait la signification ?

La voiture représente une série de valeurs et de décisions prises. De la finition aux textures, tout ce qui est présent dans la voiture symbolise quelque chose. Et pour le véhiculer, il est nécessaire de comprendre ces valeurs. Si vous n’y arrivez pas, il sera difficile d’obtenir une bonne représentation. J’ai réalisé cela lorsque j’ai commencé à travailler pour le styliste japonais Yohji Yamamoto, au milieu des années 1980. Ses créations étaient radicalement différentes de tout ce que l’on avait vu jusque-là. Elles offraient une interprétation différente de la forme humaine et j’ai essayé de comprendre le message qu’il voulait transmettre. La mode consiste à rejeter ce qui existe pour le remplacer par quelque chose de nouveau. Je pense que c’est exactement ce que Yohji Yamamoto a fait à l’époque et j’ai l’impression que BMW reproduit cette approche avec la BMW i7.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le récit que vous a inspiré cette voiture ?

En entrant dans la BMW i7, la première chose que j’ai vue est qu’il s’agissait d’un espace sûr et captivant. Un certain luxe se dégage de cette voiture, on s’y sent instantanément en sécurité et la pression baisse. Vous éprouvez la sensation qu’elle est spécialement faite pour vous, comme une expérience sur mesure, ce qui est également un luxe. J’ai également remarqué une certaine interaction avec l’avenir. La voiture est déjà engagée dans un nouveau monde qui commence à se révéler autour de nous. La technologie et l’intelligence artificielle sont au service du conducteur, ce qui rend chaque trajet plus agréable. Une voiture ne change pas aussi facilement et rapidement que l’industrie de la mode, mais ce modèle reflète le changement que connaît la société.

La nouvelle BMW i7 a vu le jour à l’aune du Forwardism et marque le début d’une nouvelle ère. Que signifie le concept de Forwardism à vos yeux ?

Selon moi, le Forwardism consiste à ne pas craindre l’avenir et les bouleversements que connaît la société. Je suis absolument fasciné par les idées de réalité virtuelle, d’avatars de nous-mêmes, d’apprentissage automatique ou d’intelligence artificielle. En tant qu’artiste, mon travail consiste à refléter ce que nous sommes et à créer un monde dans lequel nous voulons vivre, en montrant de belles choses qui font appel à nos émotions. Pour cela, je dois interagir avec l’avenir, la robotique et l’intelligence artificielle. Je dois exploiter de nouvelles possibilités afin de créer un avenir meilleur à travers des visions artistiques de la société. J’aimerais voir un Forwardism teinté d’humanité. La technologie peut nous permettre d’être meilleurs. Nous devons simplement trouver un moyen de l’utiliser sans renoncer à toutes les choses que nous considérons comme humaines et importantes pour nous.

Comment le concept de Forwardism se retrouve-t-il dans votre travail avec la BMW i7 ?

J’aime l’idée selon laquelle le Forwardism consiste à se tourner vers l’avenir plutôt que de se rapporter au passé. Je pense qu’il s’agit du seul moyen de nous exprimer et de nous remettre en question. C’est pour cette raison que j’ai décidé d’inverser les couleurs pour ces photos, afin de travailler dans un espace colorimétrique qui dit : « C’est nouveau, vous n’avez jamais vu cela auparavant ». Je me suis appuyé sur cela pour la création de visuels qui amènent les gens à réfléchir à quelque chose de nouveau, ainsi qu’à ce qui viendra après. Il était important pour moi qu’il n’y ait aucune ressemblance avec ce qui a déjà été vu.

Alors que nous sommes nombreux à ne pas avoir encore pleinement saisi l’idée de métavers, vous explorez déjà sa signification pour le monde de la mode à travers des avatars, des événements virtuels en direct, etc. Que vous réserve donc l’avenir ?

Approfondir l’exploration du métavers est ce qui me passionne le plus. Nous évoluons dans un monde qui nous offre d’innombrables opportunités. L’immense quantité de connaissances qui deviennent accessibles et les nouveaux moyens de communication sont fascinants. Je crée actuellement une version 3D de moi-même, et je peux décider de mon apparence dans le métavers (être vraiment moi ou quelque chose de totalement différent). Les opportunités pour enrichir nos vies sont multiples. À l’avenir, nous devrons trouver de nouvelles réponses à propos de ce que nous sommes et du comportement que nous devons adopter, et je pense que le monde virtuel peut nous y aider. Plus je découvre ces nouvelles possibilités, plus je suis fasciné par notre époque.

1 / 4
Pour le lancement de la nouvelle BMW i7, Nick Knight a été invité à créer un ensemble d’images de la voiture représentant le concept de Forwardism, que l’on pourrait apparenter à une forme d’avant-gardisme.
2 / 4
Le résultat prend la forme d’œuvres d’art expressives et exploratoires qui renversent nos habitudes de visualisation.
3 / 4
Joyeux, audacieux et stimulant, telle est la signature que Nick Knight s’est appropriée année après année.
4 / 4
En explorant sans relâche les frontières de son art, Knight a réalisé des travaux résolument novateurs.

THIS IS FORWARDISM

Cet article fait partie de notre série THIS IS FORWARDISM. Cette série raconte l’histoire de personnes qui souhaitent construire l’avenir en ayant conscience de ses enjeux. Pour celles et ceux qui pensent à demain et aspirent inlassablement à mieux. Un enrichissement pour chacun d’entre nous, mais aussi pour toutes les personnes qui nous entourent. Pour celles et ceux qui considèrent le progrès comme faisant partie de leur nature la plus profonde. Le Forwardism, c’est la joie de voir et de ressentir l’avenir avant même sa création, et défier constamment les conventions pour vivre les meilleures expériences. Car seules les personnes qui remettent en question les conventions d’aujourd’hui auront aussi à l’avenir la chance d’éprouver un sentiment durable de joie.

Auteure : Jelena Pecic ; Photos : Nick Knight, Britt Lloyd ; Art : Madita O’Sullivan