Objectif : économie circulaire, durabilité pour 2040

7 min de lecture
Mettre l’accent sur la durabilité : BMW mise clairement sur le principe de circularité pour l’avenir. Dans cet article, vous découvrirez comment BMW compte s’y prendre, quelles sont les économies possibles en termes d’émissions de CO2 et pourquoi cette recherche de durabilité n’implique pas qu’il faille sacrifier le luxe.

Le 19 novembre 2021

Téléportons-nous en l’an 2040 grâce aux ingénieurs, scientifiques et experts de BMW : Avec la BMW i Vision Circular (➜ Visitez également le RE:BMW Circular Lab), BMW vous fait découvrir ce à quoi pourrait ressembler à l’avenir une voiture compacte, entièrement électrique et axée sur la durabilité et le luxe. Comme son nom l’indique, ce véhicule est conçu selon les principes de l’économie circulaire.

La clé d’un avenir plus durable réside dans une transition cohérente vers une économie circulaire.

Mais qu’entend-on par « économie circulaire » ? Étant donné que de nombreuses ressources sont limitées, l’économie doit radicalement changer et passer du principe linéaire du « take, make, waste » à une véritable économie circulaire dans laquelle rien ne se perd. L’objectif de l’économie circulaire est de faire en sorte que les matériaux et produits existants soient conservés, recyclés, réparés et partagés le plus longtemps possible. Cette approche permet de protéger l’environnement de manière durable.

Les émissions de CO2 doivent être réduites de manière significative

BMW Group a fait de la réduction des émissions de CO2 sur l’ensemble du cycle de vie d’un véhicule sa priorité absolue pour atteindre la neutralité climatique. En effet, il n’est pas seulement important d’examiner ce qu’un véhicule consomme et émet lorsqu’il roule. Il est tout aussi essentiel d’observer ce qu’il se passe avant et après. Alors comment produire des véhicules en laissant une empreinte minimale sur l’environnement et que se passe-t-il lorsqu’on s’en débarrasse ? Les principes de l’économie circulaire permettent d’envisager un avenir dans lequel les véhicules sont entièrement fabriqués à partir de matériaux secondaires et conçus dès le départ pour être démontés et recyclés de manière optimale, à l’instar de la BMW i Vision Circular.

La durabilité comme élément fondamental

Qu’il s’agisse des besoins en énergie, de la chaîne d’approvisionnement, de la production ou des cycles d’utilisation et d’élimination, BMW Group a pour objectif d’être totalement neutre en CO2 d’ici 2050 au plus tard. La production même (➜ Lire aussi : Voici comment BMW produit en développement durable) des véhicules doit être pensée de manière à économiser les ressources autant que possible. Cela concerne l’énergie utilisée dans la production et inclut également le recours à des matériaux recyclés. À titre d’exemple, les usines de BMW Group du monde entier utilisent déjà 100 pour cent d’électricité verte. Les chaînes d’approvisionnement sont également toujours contrôlées en tenant compte du principe de circularité. Les matières premières essentielles pour la production de batteries, comme le cobalt ou le lithium, ne proviennent jamais de régions en conflit, et la quantité de matériaux utilisés est réduite au minimum.

En outre, la consommation d’énergie par véhicule produit a été réduite de 55 pour cent depuis 2006. Mais ce n’est pas suffisant : D’ici 2030, les émissions de CO2 doivent être réduites de 40 pour cent, soit environ 200 millions de tonnes de CO2. Cette règle s’applique à chaque étape du cycle de vie des véhicules de BMW Group, y compris la production, le recyclage et l’ensemble de la chaîne de valeur. La durabilité sera l’élément fondamental qui façonnera chacune des actions de BMW Group.

BMW veut devenir le constructeur le plus durable de la mobilité individuelle.

Des investissements pour l’environnement

Un élément important de cette stratégie consiste à proposer une flotte de véhicules innovants alimentés par batterie et appartenant à différentes classes : D’ici 2025, 25 pour cent de tous les véhicules BMW seront des modèles électriques (➜ Lire aussi : Hybride rechargeable et autres voitures électriques), et déjà 50 pour cent d’ici 2030. En parlant de voitures électriques : Actuellement, les batteries haute tension sont recyclables à 90 pour cent, tandis que les voitures de BMW Group le sont à 95 pour cent. On peut, par exemple, obtenir de l’aluminium secondaire ou de l’acier secondaire en recyclant des matériaux éliminés, puis en les réutilisant, comme cela a été fait avec la BMW i Vision Circular présentée au salon IAA 2021.

Cette méthode est nettement plus respectueuse de l’environnement et moins génératrice de CO2 que l’extraction et la production de matières premières. Actuellement, un peu moins de 30 pour cent en moyenne des véhicules de BMW Group sont fabriqués à partir de matériaux recyclés et réutilisés. Mais BMW se fixe des objectifs encore plus élevés : L’approche « Secondary First » prévoit de porter progressivement cette valeur à 50 pour cent : BMW utilise des matières premières fraîchement extraites uniquement lorsqu’il n’y a aucune autre solution. L’objectif de BMW est de devenir le constructeur automobile le plus durable.

5 faits sur la BMW i Vision Circular

  1. Priorité absolue à l’économie circulaire
  2. Les 4 principes du circular design : RE:THINK, RE:DUCE, RE:USE, RE:CYCLE
  3. Le minimalisme comme objectif maximal
  4. L’alliance parfaite de la durabilité et du luxe
  5. Entraînement électrique avec charge bidirectionnelle

Des objectifs clairs pour l’avenir

La BMW i Vision Circular donne un avant-goût de ce à quoi pourrait ressembler l’avenir circulaire de BMW Group. « La BMW i Vision Circular montre à quel point notre réflexion sur la mobilité durable est complète et cohérente. Elle témoigne de notre volonté de faire figure de pionniers dans le développement d’une économie circulaire », explique Oliver Zipse, PDG de BMW. Et d’ajouter : « Nous voulons renforcer notre position de leader en matière de gestion efficace des ressources dans la production et l’étendre à l’ensemble du cycle de vie de nos véhicules. 

Les 4 principes du circular design

RE:THINK

Au sens figuré : Rien n’a été laissé au hasard. Le véhicule et, surtout, le processus de fabrication (y compris les cycles des matériaux) ont été repensés, développés et optimisés de A à Z.

RE:DUCE

Réduction dans la mesure du possible : Aussi bien au niveau de l’utilisation des matériaux que des éléments de contrôle par le biais de technologies numériques. Cette démarche permet de protéger l’environnement, de réduire les coûts et de moins distraire le conducteur.

RE:USE

L’objectif est de prolonger le cycle de vie grâce à la refabrication et à la reconception. Les raccordements facilement détachables simplifient considérablement le remplacement des matériaux et des composants individuels, ce qui permet de réinventer le véhicule encore et encore.

RE:CYCLE

En ce qui concerne les matériaux utilisés, l’accent est mis sur les matériaux recyclés qui doivent être réutilisés à la fin du cycle de vie du produit. Pour un recyclage de qualité, il est essentiel de disposer de quelques groupes de mono-matériaux dont les composés peuvent être facilement séparés.

L’objectif global du processus de développement de l’étude était de concevoir un véhicule optimisé pour des cycles de matériaux fermés et atteignant un taux de 100 pour cent de matériaux recyclés ou de 100 pour cent de recyclabilité. Outre les matières premières biosourcées, des matériaux ayant déjà traversé le cycle de vie d’un produit sont également utilisés. Cela vaut également pour le système de stockage de l’énergie, par exemple : La batterie à semi-conducteurs de la BMW i Vision Circular est entièrement recyclable et fabriquée presque entièrement à partir de matériaux issus du circuit de recyclage.

Dans le processus de conception de la BMW i Vision Circular, nous avons systématiquement pensé à la circularité et ce, dès le début.
Adrian van Hooydonk

Head of BMW Group Design

Design : Du jamais vu

La BMW i Vision Circular innove également sur le plan du design, comme en témoigne la conception de la calandre (➜ Lire aussi : Signe distinctif : la calandre BMW en 13 designs). Au lieu d’un cadre chromé en forme de grille, la calandre est représentée sous forme de surface numérique. Les surfaces de la calandre s’étendent ainsi sur toute la largeur de la partie avant, réunissant les phares et la calandre en un seul élément. Par ailleurs, les surfaces de la calandre forment aussi une interface graphique. À l’avenir, la représentation numérique pourrait rendre superflues les variantes géométriques des phares et des pare-chocs et permettre ainsi d’économiser du matériel et des outils. La BMW i Vision Circular ne possède aucun autre élément de finition ayant encore de la valeur aujourd’hui. Même le logo de la marque (➜ Lire aussi : Le logo BMW – signification et histoire) est gravé à l’avant et le lettrage du véhicule est gravé au laser pour éviter d’ajouter des pièces supplémentaires.

BMW a toujours réussi à résoudre les contradictions apparentes de ses produits.
Domagoj Dukec

Head of BMW Design

L’art de l’omission : La durabilité et le luxe ne sont pas incompatibles

Dans la BMW i Vision Circular, la peinture a également été délibérément omise. Pour remplacer la peinture, la carrosserie a été anodisée en or clair à partir d’aluminium secondaire et le traitement thermique a permis d’obtenir un ton de couleur spécial. Avantage de l’omission : La matérialité brute des métaux est préservée afin de pouvoir les recycler de manière optimale. Toutes les surfaces d’affichage et les fonctions d’éclairage situées à l’arrière sont, comme à l’avant, intégrées de manière invisible dans le hayon en verre foncé. Également fabriqué en plastique recyclé, le pare-chocs aérodynamique optimisé situé en dessous, complète le design arrière. Bien entendu, le concept de circularité s’applique également aux pneus. Ils sont fabriqués à partir de caoutchouc naturel cultivé de manière durable.

Le nombre de matériaux différents est réduit au minimum.

BMW poursuit également sa recherche de la circularité au sein de l’habitacle – sans perdre de vue les besoins des passagers. Parce que la sélection consciente des matériaux (➜ Lire aussi : Matériaux durables : dès le début, penser à la fin) et le luxe ne sont pas deux éléments incompatibles. Les solutions matérielles et techniques comprennent l’utilisation de mono-matériaux, ainsi que leur assemblage sans collage afin de garantir la meilleure capacité de démontage possible et la pureté de la qualité. La vision privilégie plutôt des solutions d’assemblage astucieuses, telles que des cordons, des boutons et des attaches rapides. Pour réduire au maximum les rebuts et les chutes, tous les composants et matériaux sont fabriqués pour s’adapter avec précision, y compris en utilisant le processus d’impression 3D. Et tout excédent est systématiquement réintégré dans le cycle des matériaux.

Rien que le meilleur pour les passagers

La surface d’affichage et de commande visible à l’extérieur sous les fenêtres se retrouve également à l’intérieur et sert d’élément de liaison entre l’intérieur et l’extérieur. Présentant un aspect similaire à celui du tableau de bord et de l’éclairage d’ambiance, cette surface intègre diverses fonctions telles que les lève-vitres et les touches d’ouverture des portes et des vitres du toit. Cette partie est également pensée en termes de circularité : En cas de démontage, il s’agit du seul composant électronique des portes et il peut être simplement retiré en tant que module et détaché selon le type.

La BMW i Vision Circular témoigne de notre volonté de faire figure de pionniers dans le développement d’une économie circulaire.
Oliver Zipse

CEO of BMW AG

En outre, le véhicule dispose d’une grande banquette arrière légèrement surélevée. Les appuis-tête ressemblent à des coussins, et il y a des haut-parleurs en dessous. Chaque siège est équipé de sa propre zone sonore. Le contrôle direct du son permet de réduire le nombre de composants et de faciliter le démontage du système. Le textile des sièges est, bien entendu, composé à 100 pour cent de matériaux recyclés. Le pilier C illustre parfaitement le concept RE:USE : Une des commandes iDrive en verre provenant d’une BMW iX (➜ Lire aussi : Électrique dès le départ) retrouve ici une seconde vie sous la forme d’une lampe dotée d’une nouvelle fonction.

La Neue Klasse sera un premier grand pas

Outre ces innovations en termes de matériaux et de design, la BMW i Vision Circular peut également être utilisée dans un scénario de recharge bidirectionnelle (➜ Lire aussi : La recharge d’une voiture électrique en 10 étapes). Le véhicule fonctionne donc comme une unité de stockage d’énergie mobile et libère de l’énergie dans son environnement, constitué de bâtiments ou d’infrastructures. Il peut même injecter de l’électricité dans le réseau et contribuer ainsi à atténuer les crêtes.

En parlant de voitures électriques : BMW a annoncé il y a quelque temps le lancement d’une nouvelle version de la Neue Klasse (➜ Lire aussi : La Neue Klasse : en route vers le succès). Ce modèle reprendra un grand nombre des idées que la BMW i Vision Circular a mises à l’ordre du jour. Oliver Zipse l’affirme : « Avec la Neue Klasse, nous franchirons la prochaine grande étape de ce processus. Nous développons la Neue Klasse selon le principe de durabilité, dans l’esprit de la BMW i Vision Circular. » Pour les plus impatients d’entre vous, cela signifie surtout que vous ne devrez pas attendre 2040 pour profiter de bon nombre de ces innovations technologiques.

En quoi consiste la BMW i Vision Circular ?

La BMW i Vision Circular est un véhicule visionnaire du constructeur automobile BMW donnant un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler les véhicules en 2040. Elle a été présentée au public à l’IAA 2021. La vision est axée sur la durabilité et le luxe. Elle a été conçue selon les principes de l’économie circulaire pour réduire les émissions de CO2.

Auteure : Nils Arnold ; Photos : BMW

THE BMW i VISION CIRCULAR

En savoir plus