BMW X4, partenaire de Parkour : l’art du déplacement

7 min de lecture
Quelle est la meilleure façon d’explorer l’une des villes les plus passionnantes d’Europe ? Si vous demandez à l’athlète de parkour Benni Grams, il vous répondra alors certainement : avec beaucoup de mouvements. Benni Grams s’est fait une spécialité de voir le monde avec des yeux différents. Il utilise pour cela ses compétences pour découvrir l’architecture variée de Barcelone avec la nouvelle BMW X4. Sur quatre roues et avec un engagement physique total, il transforme la capitale de la Catalogne en un terrain de jeu très personnel et nous raconte ainsi sa propre histoire d’urbanité, d’individualité, de développement personnel et, surtout, d’action.

Le 9 juin 2021

Le monde vu à travers les yeux de Benni Grams est au moins aussi excitant qu’un film d’action. Des sauts d’une hauteur effrayante, des numéros d’équilibre à une vitesse folle et parfois des écorchures et des blessures aux genoux. Mais Benni Grams n’est pas un acteur, du moins pas un acteur ordinaire. Il est un athlète professionnel de parkour (➜ Lisez également : Urban Sports. À la recherche de nouveaux défis). La description la plus proche qu’il donne de lui-même est celle d’une personne qui doit toujours rester active et qui ne peut pas rester en place. Il est tout à fait approprié qu’il soit cette fois sur la route de Barcelone avec la BMW X4, le Sport Activity Vehicle de BMW, pour donner libre cours à son envie de bouger dans une nouvelle ville et pratiquer ce sport urbain qu’est le parkour.

Benni Grams est prêt à explorer Barcelone.
Quand la ville devient un terrain de jeu

-

Le parkour est un sport de plein air que l’on appelle aussi « l’art de la locomotion efficace ». Sans aucune aide, en utilisant uniquement l’habileté et la force de leur propre corps, les athlètes de parkour se frayent un chemin dans le paysage urbain (➜ Lisez également : Cinq endroits fantastiques à découvrir en kayak). Ils interagissent avec la ville d’une manière totalement différente de ce que prévoit l’architecture. Il peut s’agir de sauter d’un mur à l’autre ou de transformer une façade de bâtiment en mur d’escalade. Pour les athlètes de parkour, la ville offre des possibilités créatives et une liberté infinies – un espace libre pour se réaliser et s’exprimer.

Les adeptes du parkour à Barcelone seront ici récompensés par une particularité : dans le paysage urbain varié, l’architecture contemporaine (➜ Lisez également : Architecture mobile) rencontre les gratte-ciel vitrés, le gothique se mêle au modernisme catalan. C’est au plus tard Antonio Gaudì et ses chefs-d’œuvre d’architecture organique qui ont rendu la capitale de la Catalogne mondialement célèbre. Il s’agit d’un véritable terrain de jeu pour les amateurs de parkour. Benni est enthousiasmé par cette harmonie éclectique : « La ville a une sacrée bonne ambiance. Les nombreux styles architecturaux qui s’entrechoquent ici, si près de la mer, constituent pour moi un véritable pays des merveilles. »

L’athlète de parkour conquiert la métropole catalane dans une BMW X4 et à pied.
Émissions de CO2 215 - 198 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 9,5 - 8,7 l/100 km (cycle combiné)
Toujours en mouvement

-

« Impossible » n’existe pas : Benni Grams trouve toujours une solution.

Découvrir des villes comme Barcelone de cette manière n’est pas nouveau pour Benni Grams. Au sein d’Ashigaru, la plus grande équipe professionnelle de parkour d’Allemagne, Benni se déplace depuis 13 ans déjà dans les grandes villes d’Europe. Ashigaru signifie « pied léger » en japonais et c’est exactement comme cela que la carrière de ce jeune homme de 28 ans a commencé : « J’ai découvert le parkour comme un loisir à l’âge de 13 ans et j’ai réalisé ma première apparition rémunérée à 15 ans. Cela a été une véritable révélation : je pouvais gagner de l’argent en faisant ce que j’aime. »

Depuis lors, les choses sont allées crescendo en ce qui concerne ses compétences d’athlète de parkour (➜ Lisez également : Dépasser les frontières), mais aussi sa notoriété. Benni est désormais un participant de premier plan dans les jeux télévisés allemands tels que « Ninja Warrior » ou « Catch ». Il se produit en tant que cascadeur pour des jeux vidéo ou lors de galas et de premières de films. Il a même réalisé un moment de divertissement pour la star de film d’action Tom Cruise.

En mouvement : la BMW X4 et le « traceur » de parkour allemand.
« Tu ne peux pas être plus en liberté »

-

Lorsque Benni Grams parle du parkour, on comprend immédiatement qu’il ne s’agit pas pour lui d’un métier sans intérêt. C’est bien plus que cela : sa passion et une attitude face à la vie. Il parle avec enthousiasme de la possibilité de se défouler de manière créative et de surmonter les forces physiques. Des mots comme liberté et intuition reviennent sans cesse. Sa motivation : explorer les façons naturelles de bouger et titiller ce dont il est capable. En effet, ce sport lui a révélé tout ce qu’il a en lui, pour devenir une véritable forme d’expression de soi.

Enfant, Benni a essayé de nombreux sports (➜ Lisez également : Préparez votre première sortie de canyoning avec un SAV) – judo, karaté, gymnastique. Mais il y a une chose qui l’a toujours dérangé : « Je devais toujours m’entraîner en vue d’un objectif spécifique qui correspondait à mon niveau de performance. Il n’était pas prévu de faire d’autres exercices parfois, et cela ne me convenait pas ». Ainsi, l’envie de bouger de Benni ne pouvait pas être comprimée dans des leçons et des niveaux de performance, mais il devait la vivre librement selon son humeur. « Le parkour, véritable mode de vie actif, est l’exact opposé de ça. Je peux bouger comme je veux et définir moi-même mes niveaux de performance. Personne ne me dit quand je suis autorisé à m’entraîner et quand je ne le suis pas. On ne peut pas être plus libre que ça ! ». Cela a appris à Benni beaucoup de responsabilité personnelle, mais cela lui a aussi montré qu’il pouvait accomplir tout ce qu’il voulait. « S’approcher lentement de nouveaux défis qui semblent impossibles au début, c’est l’élément essentiel du parkour ».

Les athlètes mettent leurs muscles en action.
Aucun obstacle pour la BMW X4

-

En regardant Benni Grams faire de Barcelone son terrain de jeu personnel, il semble interagir presque sans effort avec l’architecture (➜ Lisez également : 4 villes futuristes et bâtiments du futur qui existent réellement). Ses mouvements sont dynamiques, on pourrait presque dire ailés. Il réagit rapidement et passe avec fluidité de la conduite à la découverte de la ville. Là où d’autres verraient des obstacles, Benni voit de nouveaux défis. Dès qu’il aperçoit un endroit avec un potentiel, il gare la voiture et utilise tous ses sens pour s’approcher des murs, des escaliers et des rampes. Sa façon de se déplacer ouvre des perspectives entièrement nouvelles sur la vie en ville et la mobilité urbaine (➜ Lisez également : 5 tendances du futur).

La BMW X4 semble être le partenaire idéal pour cela. « Je suis un fan du mouvement et de l’énergie, donc je m’attends à des mouvements dynamiques lors de la conduite », explique Benni Grams. « La vitesse ne joue pas un grand rôle au début. Tout comme avec mon propre corps, il s’agit d’évaluer ce qui est possible et comment tirer le meilleur parti de chaque manœuvre. La précision et l’efficacité sont la clé. »

Aussi confiant qu’il se déplace à Barcelone, Benni manœuvre également la BMW X4 dans le trafic urbain intense. Tous ceux qui ont pris la route à Barcelone savent que ce n’est pas une mince affaire (➜ Lisez également : Roadtrip en Espagne : les 7 plus beaux itinéraires). Les klaxons et les arrêts fréquents ne l’inquiètent pas pour autant. L’ambiance à l’intérieur de la voiture reste détendue et il poursuit calmement son voyage de découverte.

Prendre du temps pour soi, c’est toujours nécessaire

-

Il aime manifestement passer du temps derrière le volant. Car Benni Grams n’a jamais vraiment une journée bien réglée avec beaucoup de temps pour se reposer. La plupart du temps, il se déplace avec son équipe pour des productions télévisées ou des sessions de parkour. Entre les deux, il s’accorde délibérément du temps pour lui, notamment aujourd’hui à Barcelone.

Les protagonistes transmettent leur puissance au sol sans aucun problème.

« C’est ce temps que je m’accorde que j’apprécie le plus », déclare Benni et explique la façon dont il le trouve dans l’agitation de la ville. « J’aime et j’ai besoin du calme de la nature (➜ Lisez également : Qu'est-ce qui fait d'un endroit notre préféré ?), mais la ville est en même temps mon terrain de jeu. Lorsque je me déplace dans l’espace urbain (➜ Lisez également : Mobilité électrique 6 véhicules parfaits pour le dernier kilomètre), un film tourne en permanence dans ma tête sur ce que je peux essayer de nouveau. Pour moi, la ville est synonyme de diversité, de croissance et d’inspiration. Si je n’avais que la nature, je serais probablement moins créatif », déclare-t-il.

Pendant le trajet, Benni n’arrête pas d’indiquer différents endroits qui conviennent parfaitement pour s’entraîner. Parfois même en pointant vers le haut, à travers le toit panoramique – un arbre à escalader, par exemple. « La ville est pleine d’endroits où l’on peut s’entraîner au parkour. Il peut s’agir de deux murs qui vont bien ensemble, d’une rampe d’escalier sur laquelle se tenir en équilibre, d’un arbre sur lequel grimper ou de bâtiments sur lesquels sauter. »

Un voyage personnel

-

Les explications de Benni Grams sont des incitations claires à voir ce qui nous est familié sous de nouveaux angles. « Quiconque veut s’essayer au parkour n’a pas besoin d’expérience préalable, mais de beaucoup de curiosité. Aux personnes ayant des enfants, par exemple, je leur conseille de grimper sur les jeux avec leurs enfants. Cela peut paraître banal, mais au début, un saut de 20 centimètres, c’est vraiment suffisant – et à partir de là, on augmente progressivement. »

Une vision flatteuse...

Avec un enthousiasme contagieux, Benni continue d’expliquer ce qu’est un saut de chat ou un saut de bras et on ne peut s’empêcher d’être emporté par sa passion. Lorsqu’il parle de ses compétences, il le fait presque avec modestie. Pourtant, tout observateur en est conscient : il faut beaucoup de temps et de persévérance pour devenir aussi bon que lui (➜ Lisez également : Objectif de l'entraînement : mettre la gomme). Pour Benni, ce sport de plein air extraordinaire était une priorité absolue. « Pour vraiment maîtriser le parkour, il faut que les bases soient en place. Cela demande d’innombrables heures d’entraînement et je pratique encore régulièrement les éléments de base aujourd’hui », confirme-t-il. Et il ne cache pas que ce sport l’oblige aussi à affronter ses peurs pour s’améliorer.

Mais ces craintes ne l’ont jamais retenu. Au contraire : cette boule d’énergie poursuit déjà de nouveaux objectifs qui vont au-delà du sport pur. Benni développe actuellement un cours de parkour en ligne car son travail inspire de nombreuses personnes. Ce qu’il a partagé jusqu’à présent principalement sur les réseaux sociaux, il aimerait bientôt le proposer dans des cours structurés comme une aide concrète au démarrage pour tous ceux qui n’ont aucune expérience du parkour. « Et aussi », ajoute-t-il avec un regard malicieux, « je souhaite faire une formation de cascadeur ». Cela rendrait le monde encore plus riche en action à travers les yeux de Benni Grams.

Cliquez ici pour la vidéo de Benni Grams et de la BMW X4 à Barcelone

-

Photos : BMW/Tim Adorf ; Auteure : Jelena Pecic ; Vidéo : BMW