Bébé en voiture : arriver au but détendu et en sécurité

10 min de lecture
Certains s’endorment à peine posés dans leur siège auto bébé, d’autres hurlent pendant tout le trajet. Un voyage en voiture avec bébé peut se révéler aventureux. Nous répondons ici aux questions les plus importantes sur le thème bébé en voiture.

Le 30 janvier 2020

Nous aimons nos enfants plus que tout. Néanmoins, un bébé grincheux sur le siège arrière a de quoi mettre notre patience à rude épreuve. Le niveau sonore des cris d’un bébé ou d’un enfant en bas âge peut grimper jusqu’à 80 ou 120 décibels. Soit autant qu’une ambulance en train d’approcher. Ou un marteau-piqueur. Un niveau sonore insupportable comprimé dans quatre mètres carrés, sans la moindre chance d’y échapper. Surtout lors d’un long trajet en voiture avec bébé. Mais telle est la réalité de nombreux parents contraints de voyager avec des enfants. Si votre résistance au stress est aussi importante que le volume pulmonaire de votre rejeton, vous avez de la chance. Si ce n’est pas le cas, poursuivez votre lecture. Nous vous proposons en effet toutes les réponses aux questions sur le thème du transport d’enfant en voiture. Car il faut bien avouer que même bruyantes, nos chères têtes blondes sont ce que nous avons de plus précieux. Il ne nous reste donc plus qu’à tenter d’arriver détendus à destination.

1.

Quelle est la place la plus sûre pour votre enfant ?

Siège passager, siège du milieu ou siège fenêtre à l’arrière – où votre enfant est-il le plus en sécurité dans la voiture ? Jasmin Bozem, spécialiste du développement de la sécurité des enfants chez BMW, vous conseille de choisir un siège derrière le passager avant, car les tendeurs de ceinture de sécurité sont généralement fournis de série sur les sièges latéraux à l’arrière. En outre, le siège derrière le siège passager avant est situé du côté du trottoir lors du stationnement et est accessible en toute sécurité lors de la montée et de la descente de la voiture, en dehors de la circulation. L’enfant peut y être attaché confortablement. Un autre avantage par rapport à l’espace derrière le conducteur est que la probabilité d’un choc latéral lors d’un accident est plus faible.

Les tendeurs de ceinture, en revanche, sont rarement présents sur le siège du milieu, à l’arrière. En outre, très peu de voitures aux sièges du milieu disposent du système ISOFIX, un système de fixation normalisé pour les sièges d’enfants. Le grand avantage du siège du milieu : c’est là que la zone d’absorption de chocs est la plus importante en cas d’accident.

2.

De quoi devez-vous tenir compte quand votre enfant est installé sur le siège passager ?

Sur la banquette arrière, votre bébé hurle : il n’a qu’une envie, être dans vos bras. Vous avez déjà tout essayé. Rien à faire : ses cris ont la puissance d’un système d’alarme. Vos nerfs sont à vif. Votre dernier espoir : placer le petit monstre sur le siège passager à côté de vous, afin qu’il se calme. En France, en Suisse, en Allemagne et en Autriche, les bébés peuvent être installés sur le siège passager avant, la place la moins sûre de toutes si l’on en croît les statistiques.

Mais il y a plus risqué encore : un père ou une mère stressés au volant. En tant que conducteur ou conductrice, vous êtes responsable de la sécurité de votre enfant et ne devez pas le laisser vous distraire. Observez donc les règles essentielles du transport sur le siège passager : si vous utilisez un dispositif dos à la route, l’airbag passager doit toujours être désactivé. Vous trouverez les instructions nécessaires dans le mode d’emploi de votre véhicule.

Avec un siège auto enfant orienté vers l’avant, votre chère tête blonde ne doit pas être assise trop près de l’airbag de devant. Le siège passager doit donc être reculé au maximum afin d’assurer sa protection.

3.

Que faut-il savoir avant d’acheter un siège bébé voiture ?


Vous avez tellement étudié les différents modèles de poussettes avant d’en acheter une que vous pourriez écrire une thèse de doctorat sur le sujet ? Réjouissez-vous : se renseigner sur le siège bébé voiture adéquat prend au moins autant de temps. Mais il en va de la sécurité des enfants en voiture ! Voici donc quelques conseils pour vous faciliter la tâche :

Coque de transport pour bébé
La naissance d’un enfant est probablement le plus beau moment de la vie des parents. À juste titre ! Ce bonheur implique qu’au cours des 10 prochaines années (ou jusqu’au jour où leur chère tête blonde mesurera 1,35 mètres), ils vont devoir transporter la chair de leur chair sur un siège auto enfant, où qu’ils aillent. En Autriche, l’obligation va même jusqu’à 14 ans. Et contrairement à votre voiture, votre enfant est livré sans mode d’emploi. Dans celui de votre véhicule, vous trouverez des indications sur les modèles adaptés. Et dans le mode d’emploi du siège auto enfant, vous trouverez également des indications sur les dispositifs de retenue convenables. Cela commence par le siège bébé obligatoirement monté à l’envers. Les nourrissons pesant jusqu’à 13 kilogrammes doivent y être placés, selon la norme i-Size, jusqu’à l’âge de 15 mois. La recommandation de Jasmin Bozem va au-delà des exigences légales : « Transportez votre enfant le dos à la route aussi longtemps que possible ! ».

Siège auto enfant
Ne soyez pas effrayé ! Même si l’assortiment de sièges auto peut ressembler à une équation mathématique, vous n’avez pas besoin d’être un génie pour faire le bon choix. En matière de sécurité des enfants en voiture, les facteurs déterminants sont en principe la taille, l’âge et le poids. Les deux catégories suivantes de siègespourenfants sont disponibles sur le marché :

  • Les universels : Il s’agit notamment des sièges pour enfants à ceinture universelle : dans ce cas, la fixation se fait uniquement avec la ceinture du véhicule. En outre, les sièges pour enfants ISOFIX universels : il s’agit de sièges pour enfants du système ISOFIX avec sangle supérieure. Il incombe ici à l’acheteur de vérifier si le véhicule est homologué pour la classe ISOFIX (vous trouverez des informations à ce sujet dans le carnet de bord du véhicule).

  • Les semi-universels : le système semi-universel signifie que la ceinture du véhicule et un autre point d’attache tel qu’une béquille, une sangle inférieure ou supérieure sont utilisés pour la fixation. En revanche, les sièges pour enfants de la catégorie ISOFIX semi-universels : 1. ISOFIX ou 2. ISOFIX avec un autre point d’attache ou 3. ISOFIX avec une sangle supérieure et un autre point d’attache tel qu’une ceinture de sécurité, une béquille ou une sangle inférieure.
Ce n’est qu’en testant le siège dans le véhicule que l’on peut savoir s’il est le bon pour la voiture.
Jasmin Bozem

Spécialiste du développement, responsable de la sécurité des enfants chez BMW

Tout siège auto enfant appartient à un groupe, la répartition selon la norme ECE-R44 étant la suivante :

  • Groupe 0 : jusqu’à 10 kg / 9 mois
  • Groupe 0+ : jusqu’à 13 kg / 18 mois
  • Groupe 1 : de 9 à 18 kg / jusqu’à 4 ans
  • Groupe 2 : de 15 à 25 kg / jusqu’à 7 ans
  • Groupe 3: de 22 à 36 kg / dès 7 ans

L’échelle européenne i-Size (ECE-R129) se base au contraire sur la taille de l’enfant. Cette norme nécessite en outre un dispositif de fixation ISOFIX. Dans ce cas, le poids de l’enfant et celui du siège auto ISOFIX ou du rehausseur ISOFIX ne doivent pas dépasser 33 kilogrammes.

Rehausseur
Dès que l’enfant pèse au moins 15 kilogrammes, un rehausseur placé sur le siège passager suffit (France, Suisse, Allemagne et Autriche). Il devrait être équipé d’un dossier protégeant suffisamment l’enfant en cas d’accident.

L’achat
Le saviez-vous ? Depuis la naissance de votre enfant et jusqu’à ses 12 ans, vous allez dépenser en moyenne 80 000 euros pour répondre à ses besoins. Ne faites pas d’économies à l’achat d’un siège auto enfant. C’est l’un des rares accessoires qu’il vaut mieux ne pas acheter d’occasion ou à prix cassés.

N’entrent en ligne de compte que les modèles homologués par la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (CEE-ONU) et portant un label de qualité valable. Ainsi, les sièges auto portant les labels de test ECE-R 44/01 et 44/02 ne sont plus autorisés. En revanche, les labels i-Size (ECE-R129), ECE-R 44/04 et 44/03 sont recommandés.

« Ce n’est qu’en testant le siège dans le véhicule que l’on peut savoir s’il est le bon pour la voiture », explique Jasmin Bozem, spécialiste du développement de la sécurité des enfants chez BMW. C’est le seul moyen de savoir si un siège est de la bonne taille pour la voiture et si les ceintures sont faciles à atteindre. Si vous pouvez placer un crochet derrière ces points, votre enfant peut également prendre place pour un essai.

4.

Comment monter correctement un siège auto bébé ?

Un jeu d’enfant ! C’est ce que pensent la moitié des parents avant de faire tout faux.

Les études réalisées sur le terrain montrent que dans presque 50 pour cent des cas, les sièges auto ne sont pas correctement installés. Pour la plupart des utilisateurs, le mode d’emploi est aussi passionnant à lire que le bottin du téléphone. Pourtant, en matière de siège auto bébé, il serait bon de faire une exception et preuve d’une attention toute particulière.

Vous ne savez pas comment installer un siège auto avec ceinture de sécurité ou une fixation ISOFIX ? Dans ce cas, observez déjà les règles suivantes, qui sont déterminantes :

  • Pour les enfants de moins de 15 mois ou pesant jusqu’à 13 kilogrammes, l’utilisation d’un siège pour enfant tourné vers l’arrière est obligatoire. Ces modèles à coque doivent toujours être montés dans le sens contraire de la circulation.

  • Les sièges pour enfants peuvent être installés dans le véhicule en utilisant le système de ceinture de sécurité de la voiture ou ISOFIX. Son avantage est un maniement rapide et simple. Néanmoins, tous les véhicules ne sont pas équipés du système pour siège auto ISOFIX ou pour rehausseur ISOFIX.
La sécurité passe toujours avant le confort.
Jasmin Bozem

Spécialiste du développement, responsable de la sécurité des enfants chez BMW

5.

Comment attacher correctement son enfant en voiture ?

Vous êtes parents. Donc le stress, vous connaissez. Prenez toutefois le temps d’attacher consciencieusement et correctement votre enfant avant le départ. Ce faisant, il ne s’agit pas d’assurer le plus grand confort possible à votre chère tête blonde. « La sécurité passe toujours avant le confort », rappelle Jasmin Bozem, responsable de la sécurité des enfants chez BMW. Les experts recommandent de veiller en particulier aux éléments suivants :

  • La ceinture doit toujours être tendue. Votre enfant ne doit donc pas porter de vêtements épais. Les vestes d’hiver ou les combinaisons de ski doivent donc être enlevées avant le voyage.

  • Près du corps signifie qu’entre la ceinture et le corps, vous pouvez glisser le plat de la main, et pas davantage. Votre enfant ne doit pas pouvoir faire passer la ceinture sous ses bras.

  • N’oubliez pas d’adapter la position de la ceinture à la taille de l’enfant, surtout au niveau des épaules. À la hauteur du bassin, elle ne doit pas être trop lâche non plus.

  • Utilisez la sécurité enfant pour verrouiller les portes à l’arrière de la voiture, pour le cas où il prendrait à votre bambin l’envie de descendre du véhicule en cours de route.

D’ailleurs, il est tout aussi important de détacher les bébés et les enfants que de les attacher. Emmenez toujours votre enfant avec vous lorsque vous quittez la voiture. C’est obligatoire, surtout en été ! En effet, les températures à l’intérieur de la voiture augmentent très rapidement lorsqu’il fait chaud et qu’il y a beaucoup de lumière du soleil. Même si les fenêtres sont entrouvertes, les températures peuvent rapidement atteindre un niveau dangereux pour l’enfant. De plus, les enfants transpirent moins que les adultes et s’échauffent donc plus vite. Il y a donc danger de mort.

6.

Quelle est la durée de trajet raisonnable pour votre voyage en voiture avec bébé ?

Même si vous vous réjouissez de présenter la prunelle de vos yeux à vos amis et à toute la famille, restez chez vous dans un premier temps ou ne vous éloignez pas trop. Car voyager avec un nouveau-né en voiture n’est pas une sinécure. Attendez trois mois avant de prévoir un long trajet en voiture avec bébé. Avant cela, sa musculature est encore trop faible pour notamment absorber les soubresauts de la route. Par ailleurs, le voyage en voiture avec bébé ne devrait pas durer plus de deux heures. Passé trois mois, vous pouvez augmenter progressivement les distances. Il est cependant recommandé de faire une bonne réserve de patience. En effet, de nombreuses pauses au cours desquelles vous pourrez sortir bébé de sa coque seront nécessaires.

7.

Comment occuper vos petits passagers pendant le trajet ?

« On arrive quand ? » Préparez-vous à entendre cette litanie en boucle. La plupart des spécialistes de l’éducation conseillent de laisser les enfants s’ennuyer et de ne pas réagir à leurs plaintes. C’est ainsi qu’ils apprennent à s’occuper. Plus facile à dire qu’à faire. Un transport d’enfant en voiture, c’est souvent la promesse d’un bébé qui hurle ou d’un bambin qui s’impatiente. Un défi pour les nerfs. Sanglé dans son siège, le petit voyageur s’ennuie et veut rejoindre les bras de maman ou de papa. Le mot magique ici ? Divertissement ! Les petits veulent de l’action. Voici quelques conseils pour faire passer le temps plus vite en voiture :

  • Vous devriez toujours avoir quelques jouets sous la main, si possible au bout d’une petite chaîne ou d’une ficelle, pour éviter tout arrêt involontaire. Et n’oubliez pas le doudou, au risque de devoir revenir en arrière d’urgence.

  • Réservez certains jouets à la voiture uniquement. Votre enfant se réjouira d’autant plus de les retrouver.

  • Il existe d’innombrables jeux pour faire passer le temps de tous les membres de la famille : « Je vois quelque chose que tu ne vois pas », « Deviner les plaques d’immatriculation », etc.

  • Si votre enfant n’est pas malade en voiture, une tablettedes livres et de quoi dessiner l’occuperont pendant le voyage.

  • Et surtout, n’oubliez pas le bon vieux classique : le livre audio ! Grâce aux Connected Drive Services, ceux-ci sont directement disponibles dans le système de divertissement d’une BMW.
8.

Que faire si votre enfant est malade en voiture ?

Qu’y a-t-il de pire, de la bouche des petits passagers, que les complaintes trahissant leur ennui du voyage ? Le dîner de la veille, venu redécorer l’habitacle. Généralement, le mal du voyage se manifeste chez les enfants à partir de deux ans. Leur sens de l’équilibre est alors pleinement développé et le corps réalise que rester assis en voiture est en contradiction avec le mouvement du véhicule. Où que vous alliez, emportez des sachets en plastique et des lingettes humides. Mais comment éviter d’avoir à nettoyer l’intérieur de la voiture après chaque départ en vacances ?

Ces conseils devraient vous aider à désamorcer la situation :

  • Roulez de nuit ou lorsque votre enfant à l’habitude de dormir. Un enfant qui dort ne vomit pas.
  • Adaptez votre style de conduite. Prenez les virages lentement, évitez de freiner brusquement : votre habitacle vous remerciera.
  • Les enfants en train de manger ne crient pas et sont occupés. Mais ne leur proposez pas pour autant un buffet à volonté pendant le trajet. Un estomac plein, c’est aussi de la munition.
  • Mâcher un chewing-gum peut aider les adultes à combattre la nausée. Ce remède ne convient toutefois pas aux enfants.
  • Lire ou utiliser une tablette pendant le trajet prive le cerveau du lien visuel avec son environnement. Mieux vaut donc miser sur les livres audio.
9.

Quels accessoires ne devraient jamais manquer à bord ?

Outre le siège auto enfant et la coque pour bébé, d’autres acquisitions pour votre véhicule sont tout à fait justifiées. Ainsi, en été, un pare-soleil pour votre bébé est un must. Pour protéger les sièges des points de pression du siège auto enfant et le dossier du siège avant de la saleté et des restes de nourriture, la solution s’appelle protège-dossier et support de siège pour enfant. En revanche, il est déconseillé d’installer un rétroviseur pour bébé. Fixé au dossier du siège arrière, il permet au conducteur d’avoir à l’œil un enfant installé dans une coque dos à la route. Ces dispositifs sont toutefois une distraction dangereuse dans le trafic routier.

Auteure : Nils Arnold ; Illustrations : Zohar Lazar