BMW

Découvrez les modèles, produits et services BMW :

Goodbye, BMW i3 : un amour inoxydableGoodbye, BMW i3 : un amour inoxydable

Goodbye, BMW i3 : un amour inoxydable

7 min de lecture
La production de la BMW i3 cesse et un retour sur une extraordinaire histoire automobile de plus d’une décennie s’impose. Personne ne connaît aussi bien cette période et la première automobile de série entièrement électrique de BMW que Wim Van Bogaert. Le compteur de ce conducteur passionné affiche plus de 500 000 kilomètres parcourus ces dix dernières années au volant de plusieurs modèles de BMW i3.

Le 24 juin 2022

Activer les notifications push

Mobilité innovante, futures tendances captivantes et tours/minute élevés : Inscrivez-vous dès maintenant pour être informé des dernières actualités.

Abonnement réussi.

Abonnement échoué. Si vous avez besoin d'aide, suivez le lien pour obtenir de l'aide.

Peu après le lancement de la BMW i3 en 2013, Internet regorgeait de vidéos de conducteurs affichant un large sourire. De premiers essais de conduite filmés sur smartphone montraient la joie des passagers lors de leurs premiers kilomètres en véhicule électrique. Ces vidéos amusantes ont ensuite fait le tour des différents réseaux sociaux.

 

Un amoureux de la BMW i3
BMW i3; voiture électrique; véhicule électriqueBMW i3; voiture électrique; véhicule électrique

Expert marketing BMW, Wim Van Bogaert a lui aussi participé à la publication de vidéos sur ce plaisir de conduire. D’origine belge, il a occupé différents postes au sein du marketing central chez BMW depuis 2001, tels que responsable des salons et événements, de la gestion de l’innovation, du marketing de détail, du marketing numérique et de la performance. En 2013, il faisait partie de l’équipe chargée du lancement de la BMW i3 chez les concessionnaires BMW dans le monde entier. Bien avant que les clients ne découvrent la BMW i3, il avait appris à la connaître et était tombé amoureux du caractère visionnaire de la première automobile de série entièrement électrique de BMW. Wim Van Bogaert est ainsi devenu un symbole parmi les nombreux parents spirituels de la BMW i3, parmi tous ceux qui ont participé à ce projet, mais aussi pour tous les fans de cette voiture électrique au-delà de l’entreprise.

Avant le lancement de la série, Wim Van Bogaert avait déjà fait quelques kilomètres avec des prototypes, avait discuté avec le designer Benoit Jacob, avait rencontré le chef de projet Ulrich Kranz et s’était entretenu sur des détails techniques avec des ingénieurs comme Jens Halbedel. « Imaginer une toute nouvelle conception de voiture électrique en grande série était un vrai pari technologique en 2013. À l’époque, on ne trouvait que des produits de niches et des solutions bricolées par des écolos pour des écolos. »

 

Le Projet i ou la naissance de la BMW i3

L’ancienne direction de BMW a pris une décision courageuse en lançant un projet de mobilité électrique de plusieurs milliards d’euros. En effet, le développement et la production de la BMW i3 nécessitaient de remettre de nombreux compteurs à zéro. Pour la première fois, le composant le plus important n’était plus le moteur, mais la batterie. Sur ce point, BMW était et demeure la référence en matière de moteurs à combustion haut de gamme (➜ Lire aussi : L’évolution technique du moteur BMW en 12 étapes).

Autour du visionnaire Ulrich Kranz, une équipe insolite composée d’experts en stratégie, d’ingénieurs électriciens et de chimistes s’est ainsi formée sous le nom de code « Projet i » (➜ Lire aussi : 10 ans de BMW i : le succès d’une vision) lancé en toute discrétion au siège de BMW. Pour la conception de la voiture électrique BMW, Ulrich Kranz a fait appel aux experts BMW et à leur savoir-faire spécifique. Afin de compenser le poids supplémentaire apporté par la batterie, il a contacté les experts en construction légère de l’usine BMW de Landshut. Ensemble, ils ont réussi ce qui paraissait impossible : créer un véhicule électrique sans l’alourdir à cause du poids de sa batterie. Une prouesse remarquable et encore inégalée dix ans plus tard. Tous les véhicules électriques actuels présentent un poids supérieur, parfois de plusieurs centaines de kilos, à celui de leurs équivalents à moteur.

La BMW i3

La BMW i3 est une voiture électrique conçue par BMW et produite de 2012 à 2022 dans l’usine BMW de Leipzig. Ce véhicule électrique se démarque par son design unique, la proportion élevée de carbone dans sa carrosserie, ses portes arrière qui s’ouvrent en sens inverse et le concept d’utilisation des matériaux de construction dans sa globalité.

 

Les véhicules électriques ont ouvert la voie à de nouveaux designs techniques

C’est au plus tard lors de la présentation de la première étude de design de la BMW i3 à l’occasion du salon IAA 2011 que les yeux de tous les collaborateurs BMW, mais aussi ceux du monde de l’automobile dans son ensemble, se sont rivés sur le Projet i. Présent parmi les responsables du stand BMW de l’IAA, Wim Van Bogaert se souvient : « À ce moment-là, tout le monde a réalisé que c’était un projet révolutionnaire. Repensées dans leur intégralité, les batteries automobiles ouvraient la voie à un autre design technique qui rendit la BMW i3 identifiable dès le premier coup d’œil. On découvrait un concept de véhicule complètement nouveau, des proportions modifiées et un design inattendu à l’extérieur comme à l’intérieur. Comme si l’on apercevait un futur fascinant à travers le trou d’une serrure. »

Environ deux ans plus tard, Wim Van Bogaert conduisait sa première BMW i3 issue de la nouvelle production en série de l’usine BMW de Leipzig. Dix ans après, ses premières impressions, qu’il décrit dans le jargon BMW, sont encore intactes : « Aucun bruit, aucune vibration, aucun sentiment de rugosité propre au moteur à combustion. » Les premières semaines qu’il a passées à conduire la BMW i3 ont eu l’effet d’une thérapie comportementale : « Avant, je conduisais une voiture thermique qui me défiait émotionnellement. J’entendais constamment : tu es plus rapide, appuie sur l’accélérateur, vas-y, double. Avec la BMW i3, c’est exactement le contraire. C’est l’émotion silencieuse. La sérénité qu’elle dégage a durablement modifié mon style de conduite. »

Wim Van Bogaert confirme une hypothèse formulée par Benoit Jacob, alors designer de la BMW i3, qui avait volontairement habillé l’intérieur de la voiture de matières discrètes et naturelles. Avec son siège rehaussé, son habitacle spacieux sans tunnel de transmission et son tableau de bord positionné bien à l’avant, l’intérieur a été pensé pour apaiser le conducteur. Une stratégie mûrement réfléchie, car une conduite calme permet de préserver la batterie et de gagner en autonomie (➜ Lire aussi : 10 mythes sur les voitures électriques). À terme, la technologie de batterie disponible en 2013 ne permettait cependant qu’une capacité d’un peu plus de 20 kWh et, en fonction du style de conduite, une autonomie de 160 kilomètres.

 

Longues distances et nouvelles expériences de rechargement

En plus d’une sérénité nouvelle et d’un style de conduite apaisant, Wim Van Bogaert a découvert les autres particularités des véhicules électriques lors de ses premiers trajets en BMW i3 : « Avec mon épouse, nous passions nos vacances à Merano depuis plusieurs années. La première fois que nous y sommes allés en BMW i3, j’ai opté pour la route qui passe par le col du Stelvio et offre de magnifiques paysages ainsi que de nombreux virages. Du col jusqu’à Merano, il y a 75 kilomètres de descente. Quand nous sommes arrivés, la batterie était à nouveau complètement chargée grâce à la récupération en descente. Depuis, je sais que les montagnes agissent comme des stations de recharge pour les voitures électriques. »

Malgré cette expérience positive avec sa première BMW i3, et comme de nombreux clients, Wim Van Bogaert a ensuite choisi un modèle équipé d’un Range Extender, un petit moteur à essence agissant comme un générateur qui apporte plus d’autonomie à la batterie. Cette idée astucieuse simplifiait son quotidien, car peu de stations de recharge existaient en 2013. En outre, elles se trouvaient le plus souvent en ville, et les trajets sur les routes de campagne ou les autoroutes tournaient parfois à l’aventure. Enfin, il fallait beaucoup de temps pour recharger complètement une voiture électrique et il était impossible d’avoir des bidons de réserve (➜ Lire aussi : La recharge d’une voiture électrique).

En raison du manque d’infrastructures de recharge et de l’autonomie limitée, les concepteurs et designers avaient plutôt envisagé la BMW i3 comme un véhicule destiné à rouler en métropole. Aujourd’hui encore, c’est cet environnement qui se prête le mieux à ce véhicule électrique compact. Ses amateurs passionnés apprécient la conduite zéro émission dans les centres-villes bruyants et pollués. D’autres caractéristiques, telles que son rayon de braquage minimal, ses accélérations rappelant une fusée, sa taille compacte, même si elle présente un intérieur spacieux, ou la récupération constante de l’énergie électrique, font de la BMW i3 un véhicule citadin idéal.

 

Un esprit pionnier pour parcourir de longues distances

Cette idée de véhicule conçu pour les grandes villes n’a pas empêché Wim Van Bogaert de parcourir régulièrement de grandes distances au cours des dix dernières années, sans quoi il n’aurait jamais atteint 50 000 kilomètres par an. Son épouse et ses deux enfants n’étaient pourtant pas dans le même état d’esprit pionnier lors des voyages en famille. Le premier trajet entre Munich et leur Belgique natale a notamment provoqué un vent de mauvaise humeur. Face aux doutes concernant la longue distance à parcourir et la faible autonomie électrique de la première BMW i3, le père de famille avait sa réponse : « C’est l’avenir et nous en faisons partie. » Après 16 heures de trajet et de nombreux arrêts pour recharger la voiture, l’euphorie de Wim Van Bogaert était intacte, ce qui n’était pas le cas pour le reste de la famille. « Ma femme et mes enfants avaient le moral dans les chaussettes », se souvient-il en souriant.

C’est avec ce même enthousiasme qu’il a continué à parcourir de longues distances en BMW i3. Depuis la fin de l’année 2018, la nouvelle version de la batterie offre le double de la capacité du premier modèle, soit une autonomie de 300 kilomètres (➜ Lire aussi : Les différents types de voitures électriques). Sa BMW i3s actuelle, issue de la toute dernière série arborant fièrement l’inscription « Unique forever », Wim Van Bogaert aimerait la conduire jusqu’au Cap Nord : « Les infrastructures de recharge disponibles le long des principaux axes de circulation en Europe centrale, mais aussi et surtout dans les pays nordiques, sont aujourd’hui bien aménagées. » Reste à savoir quand Wim Van Bogaert pourra réaliser ce rêve. Mais une chose est sûre : il le fera.

BMW i3; voiture électrique; véhicule électriqueBMW i3; voiture électrique; véhicule électrique

 

De plus en plus de clients séduits par la BMW i3

Wim Van Bogaert évoque la fin de la production de la BMW i3 cet été avec un pincement au cœur : « Après plus de dix ans de production, la BMW i3 n’a rien d’une voiture du passé. C’est remarquable, tout réside dans un concept visionnaire. En matière de construction légère, de sensation d’espace, de durabilité et de valeur, elle est aujourd’hui encore supérieure à plusieurs nouveaux modèles. » Parmi les près de 250 000 acquéreurs du véhicule jusqu’à présent, nombreux sont ceux qui partagent cet avis. En effet, contrairement aux modèles traditionnels dont les ventes connaissent une baisse continue au cours de leur cycle de vie, celles de la BMW i3 n’ont cessé d’augmenter jusqu’au terme de sa production. Actuellement, les vendeurs enregistrent même une ruée sur les derniers modèles, qui sont produits exclusivement dans l’usine BMW de Leipzig grâce à l’énergie provenant des trois éoliennes spécialement construites à cet effet (➜ Lire aussi : Voici comment BMW produit en développement durable).

Ainsi, Wim Van Bogaert prédit déjà la suite de la carrière de la BMW i3, qui deviendra un classique moderne : « Avec sa carrosserie en fibre de carbone inoxydable, la longue durée de vie de ses batteries, sa technologie nécessitant peu de maintenance et sa forme toujours futuriste, il est peu probable qu’elle perde ses fans. »

Peut-être qu’à l’avenir, certains acheteurs vivront eux aussi ces moments de l’année 2013 pendant lesquels les premiers modèles de BMW i3 ont volé la vedette aux voitures de sport et aux SUV. Wim Van Bogaert a lui-même vécu certaines de ses meilleures expériences d’automobiliste à l’époque : « En conduisant la BMW i3, on se sentait comme un pionnier. L’attention que les enfants et les jeunes adultes y portaient était énorme. Ils aimaient cette voiture, ils ont vu en elle ses innovations durables et voulaient tout savoir sur la mobilité électrique. »

« Goodbye, BMW i3 », mais en même temps : « Welcome, BMW iX1 » ! L’arrivée du SUV compact à motorisation électrique rend les adieux à la BMW i3 moins difficiles. Pour en savoir plus sur le nouveau BMW iX1, cliquez ici :

Auteure : Michael Seitz ; Art : Verena Aichinger, Lucas Lemuth, Shin Miura ; Photos : BMW ; Vidéo : BitteschönTV, Ludwig Bütow