Durabilité : comment BMW préserve l’environnement

8 min de lecture
Pour BMW, la durabilité n’est pas seulement un concept : depuis toujours, l’approche à long terme et l’action responsable sont à la base du succès économique de BMW Group. Découvrez comment, à la veille de la prochaine grande étape de ce long voyage, l’entreprise envisage de devenir le constructeur automobile le plus durable.

Le 23 novembre 2021

BMW Group a posé très tôt des jalons pour l’avenir et a systématiquement placé la durabilité et la préservation des ressources au cœur de son orientation, depuis la chaîne d’approvisionnement jusqu’à la phase finale d’utilisation de tous les produits, en passant par la production. L’expression de cette politique est la BMW i Vision Circular, présentée au salon IAA Mobility 2021, qui constitue un prototype précurseur de l’économie circulaire (➜ Lisez également : Économie circulaire). Avec la BMW i Vision Circular, l’objectif de parvenir à un modèle d’entreprise entièrement neutre d’un point de vue climatique d’ici 2050 est à portée de main. Bien que la durabilité soit actuellement sur toutes les lèvres, le sujet en lui-même n’est pas nouveau pour BMW Group. En fait, BMW a commencé à faire de la durabilité un élément clé de sa stratégie d’entreprise dès les années 1970.

Une première étape

Déjà lors des Jeux olympiques d’été de 1972 à Munich, BMW a utilisé une BMW 1602 transformée en véhicule électrique (➜ Lisez également : La chasse au trésor d’un amateur de voitures de collection), qui a servi de véhicule d’assistance pour accompagner les coureurs de fond et les marathoniens. Un an plus tard, BMW a été le tout premier groupe automobile à nommer un responsable de l’environnement, qui a posé les bases d’une protection préventive de l’environnement.

Depuis, l’entreprise n’a eu de cesse de développer ses stratégies et mesures de durabilité et de les mettre en pratique. De nouvelles technologies permettant de réduire les émissions ont été introduites, par exemple les catalyseurs ou les technologies de peinture à l’eau dans les ateliers de peinture, et des concepts de recyclage ont été mis en place. En 1993, les principes de gestion de BMW pour tous les collaborateurs ont été complétés par des lignes directrices environnementales obligatoires. En outre, des manuels ont été élaborés pour le démontage et le recyclage écologiques et économiques de certains modèles BMW.

Les années 2000 : une stratégie en mutation

En 2000, la durabilité a pris encore plus d’importance au sein de l’entreprise : le Sustainability Value Report, nouvellement introduit en 2001/2002, présentait les mesures futures et les classait en quatre domaines clés, à savoir :

  • la connectivité intelligente de différents moyens de transport afin de réduire le trafic et d’utiliser au mieux l’espace de circulation ;
  • la réduction continue de la consommation de la flotte afin de préserver les ressources et de réduire les émissions de gaz d’échappement ;
  • le développement de concepts d’entraînement alternatifs afin de préserver la qualité de vie et les avantages économiques de la mobilité individuelle à long terme ;
  • les concepts de produits optimisés pour le recyclage et la reprise/valorisation des véhicules en fin de vie afin de préserver les ressources et d’éviter et de réduire les déchets.
Dans le monde entier, BMW Group assume sa responsabilité vis-à-vis de l’environnement et des préoccupations sociales des employés et de la société.
Joachim Milberg

Président du conseil d’administration de BMW AG de 1999 à 2002

Déjà à l’époque, BMW Group menait des recherches actives sur des concepts d’entraînement alternatifs. Outre l’entraînement purement électrique, des recherches intensives ont été menées sur la propulsion à l’hydrogène (➜ Lisez également : Tout savoir sur les voitures à hydrogène). En 1979, une première BMW équipée d’un moteur de ce type a été présentée. Lors d’un essai réalisé en 2000, 15 BMW 750hL fonctionnant à l’hydrogène ont parcouru sans problème plus de 100 000 kilomètres. Dans le même temps, il s’est passé beaucoup de choses en dehors de l’activité principale : en 2001, BMW Group a signé la déclaration environnementale « Cleaner Production », en 2002, le groupe a créé une chaire de durabilité en Afrique du Sud et en 2002 et 2004, il a organisé des forums de dialogue intitulés « Sustainability – It can be done ».

Les moteurs du futur

Depuis 2007, BMW avait parcouru près de 4 millions de kilomètres avec une petite série de 100 véhicules fonctionnant à l’hydrogène. Cependant, l’infrastructure manquait encore pour un déploiement à grande échelle. C’est pourquoi BMW Group participe à d’importantes initiatives visant à développer l’infrastructure d’alimentation en hydrogène, comme H2 Mobility et le CEP en Allemagne, et est un membre actif du Fuel Cell Hydrogen Joint Undertaking de l’UE. BMW Group coopère également avec TOTAL Deutschland et Linde Group pour la recherche de nouvelles technologies de distribution de carburant.

Au fil des années, les moteurs électriques ont gagné en importance. Les batteries n’étant pas aussi puissantes qu’aujourd’hui, les entraînements électriques étaient de préférence associés à des moteurs à combustion. En 2009, BMW a présenté les premiers véhicules hybrides de série (➜ Lisez également : Les points forts de la technologie moteur de BMW). La berline de luxe BMW ActiveHybrid 7 et le SAC BMW ActiveHybrid X6 ont été dévoilés au salon IAA 2009 de Francfort. La technologie BMW ActiveHybrid dont ils sont équipés a permis d’augmenter considérablement leur efficacité, tant en ville que dans le trafic interurbain. Par rapport aux moteurs à combustion traditionnels, des gains d’efficacité de 20 pour cent ont déjà été atteints.

BMW i: Born electric

Avec le « project i » (➜ Lisez également : 10 ans de BMW i), le développement de concepts de conduite entièrement nouveaux a commencé à prendre en compte non seulement la réduction des émissions, mais aussi la limitation de l’impact environnemental de l’automobile tout au long de la chaîne de création de valeur. L’année suivante, l’étude BMW Vision EfficientDynamics donnait déjà un premier aperçu de la voie que BMW allait suivre.

Début 2011, un concept car BMW i baptisé « Megacity Vehicle » voyait le jour. Avec cette voiture électrique, BMW Group a présenté à l’IAA un concept totalement inédit : des matériaux extrêmement légers comme l’aluminium ou le plastique renforcé de fibres de carbone CFK (➜ Lisez également : Le carbone – un matériau high-tech dans la construction automobile) rencontraient un design futuriste, des technologies numériques modernes et de nouveaux procédés de production minimisant les émissions de CO2 et utilisant de l’électricité 100 pour cent verte. Deux ans plus tard, le concept car a donné naissance à la BMW i3, une voiture électrique économe en ressources destinée à la circulation urbaine.

La gamme BMW i a été complétée en 2014 par la BMW i8 en version coupé (➜ Lisez également : BMW i8 : pionnière, icône et classique du futur) et, à partir de 2018, par le roadster. Contrairement au moteur purement électrique de la BMW i3, la BMW i8 était basée sur l’étude conceptuelle BMW Vision EfficientDynamics et possédait une propulsion hybride rechargeable (PHEV). Cela permettait d’augmenter considérablement l’autonomie et les performances et de maintenir la consommation au niveau de celle d’une petite voiture – et ce à une vitesse pouvant atteindre 120 km/h en mode purement électrique. La BMW i8 a ainsi inspiré toutes les BMW PHEV suivantes.

La technologie des piles à combustible, une autre alternative

La gamme BMW i est l’un des vecteurs d’innovation de BMW Group. La sous-marque associe de nouvelles technologies et approches de la mobilité au concept premium. Outre la vision d’une durabilité globale, l’électromobilité et la numérisation sont d’autres éléments essentiels du nouveau concept. BMW i étend ces développements à l’ensemble de BMW Group. La nouvelle BMW iX est un concentré de ces innovations. En outre, BMW Group est à l’origine de nombreux autres développements. Le groupe est notamment l’un des pères fondateurs de Ionity, qui exploite un réseau de bornes de recharge pour voitures électriques le long des autoroutes. BMW Charging montre également la voie de l’avenir, tout comme l’extension de l’infrastructure de recharge sur les sites de BMW Group.

BMW i n’a pas non plus oublié les essais fructueux de propulsion par pile à combustible : en 2019, BMW Group a présenté la BMW i Hydrogen NEXT, témoin des nouveaux progrès dans l’utilisation des technologies de pile à combustible à hydrogène. Deux ans plus tard, lors de l’IAA 2021, la BMW iX5 Hydrogen a pu être conduite pour la toute première fois. Pour ce faire, BMW Group mise sur une combinaison de pile à combustible et de batterie haute performance afin de garantir une efficacité encore plus élevée et d’exploiter les avantages des deux technologies. À partir de 2022, le véhicule devrait être utilisé en petite série à des fins de démonstration et d’essai.

Une approche holistique

Bien avant le premier Sustainability Value Report, BMW Group accordait déjà une grande importance au recyclage et à un démontage des véhicules le plus respectueux possible de l’environnement. En 1990, BMW a mis en service sa première installation pilote de démontage de véhicules à l’usine de Landshut. En 1992, la première norme d’usine au monde « Conception de véhicules optimisée pour le recyclage » a été présentée et, en 1993, les premiers manuels de démontage écologique pour les entreprises de recyclage ont été publiés. Dans son premier Sustainability Value Report, le constructeur est allé encore plus loin.

Pour réduire les émissions de CO2, BMW Group veille à prendre en compte tous les facteurs de production, des fournisseurs au démontage en passant par la production. Sous la notion clé de « Design for Recycling » (➜ Lisez également : The future is circular), la recyclabilité est prise en compte dès la phase de développement. Ainsi, les véhicules seront presque entièrement recyclables. Pour garantir cela, BMW Group mise de plus en plus sur des matériaux recyclés et des matières premières renouvelables pour le revêtement d’habitacle intérieur et l’insonorisation. De plus, afin de réduire au maximum les émissions générées en amont de la production, les fournisseurs ont été systématiquement impliqués.

En intégrant le thème de la durabilité dans notre rapport annuel d’activité, nous montrons clairement que modèle d’entreprise et durabilité sont indissociables chez nous.
Oliver Zipse

Président du conseil d’administration de BMW Group

La durabilité bien ancrée

En plus d’avoir été récompensé à plusieurs reprises par le DOW Jones Sustainability Index, BMW Group a été primé pour sa stratégie de durabilité et sa transparence vis-à-vis du public dans le cadre du Carbon Disclosure Project, des Sam Sustainability Awards ou encore de la notation de durabilité de Sustainalytics. Afin d’illustrer l’accent mis sur la durabilité et de répondre aux objectifs climatiques, un autre développement stratégique a eu lieu en 2020 : le Sustainability Value Report a été intégré dans le rapport annuel d’activité. Un signe supplémentaire en faveur de la protection de l’environnement est que la durabilité et la préservation des ressources sont au cœur de l’orientation de l’entreprise. Les premières nouveautés visionnaires ne se sont pas fait attendre : avec la BMW i Vision Circular, (➜ Lisez également : Une voiture pour 2040), BMW Group a de nouveau présenté un concept totalement révolutionnaire au salon IAA de Munich.

En termes d’émissions de CO2 par véhicule produit, nous sommes nettement en dessous des valeurs du reste de l’industrie automobile allemande.
Oliver Zipse

Président du conseil d’administration de BMW Group

L’avenir de la mobilité (automobile) durable

Avec son orientation stratégique, BMW Group s’engage à atteindre des objectifs ambitieux, qu’il souhaite même optimiser avec l’introduction de la Neue Klasse. D’ici 2030, BMW Group réduira de moitié les émissions de CO2 par véhicule pendant la phase d’utilisation ; il est également prévu d’utiliser jusqu’à 50 pour cent de matériaux secondaires et de miser sur de nouvelles coopérations pour le recyclage des plastiques. L’économie circulaire, aussi appelée « circularité », joue ici un rôle particulièrement important. Mais BMW se tourne vers d’autres voies. Depuis le début de l’année 2021, BMW Group achète de l’aluminium pour la production duquel il utilise de l’électricité issue de l’énergie solaire. La production d’aluminium étant particulièrement gourmande en énergie, l’utilisation d’électricité verte permet de réduire considérablement les émissions de CO2. L’utilisation d’électricité verte est en principe un levier efficace pour atteindre l’objectif de l’entreprise de réduire de 20 pour cent les émissions de CO2 dans son réseau de fournisseurs d’ici 2030.

Une autre étape importante est l’utilisation de tungstène recyclé pour les outils. Ce métal a des propriétés importantes pour la production : il est très dur et nettement plus résistant à la chaleur que le fer. Grâce à un cycle fermé des matériaux, BMW Group a maintenant réussi à réduire ses besoins en tungstène de sept tonnes par an, ce qui permet de réduire la consommation d’énergie de 70 pour cent et les émissions de CO2 de plus de 60 pour cent par rapport à l’utilisation de tungstène primaire. Et pour le caoutchouc naturel également, BMW Group a lancé un projet de trois ans en collaboration avec Pirelli et Birdlife International afin de promouvoir la culture durable du caoutchouc naturel tout en protégeant la biodiversité dans la forêt tropicale.

L’objectif des 100 pour cent

La quantité de matières premières disponibles dans le monde étant limitée, des mesures telles que celles mentionnées ci-dessus sont plus urgentes que jamais. C’est pourquoi BMW Group s’efforce systématiquement de passer à des processus de production qui ne produisent plus de déchets. En 2020, nous avons réussi à réduire de 78 pour cent les émissions de CO2 par véhicule produit par rapport à 2006. Actuellement, les voitures BMW sont déjà recyclables à 95 pour cent, et les batteries haute tension peuvent également être recyclées à 90 pour cent. Mais les objectifs de BMW Group sont encore plus ambitieux : les matières premières nouvellement extraites ne doivent être utilisées que s’il n’existe pas d’alternative. La BMW i Vision Circular donne ainsi un aperçu de ce à quoi pourrait ressembler une voiture basée sur la circularité. Le prototype est entièrement composé de matériaux recyclés et est également recyclable à 100 pour cent. Ce véhicule incarne ainsi l’ambition de BMW Group de devenir le constructeur automobile le plus durable au monde.

Auteure : Ben Seegatz ; Photos : BMW ; Vidéo : BMW ; Collages : Carolin Wabra