Classic cars : les légendes de la passion BMW

8 min de lecture
Depuis plus de 90 ans, les voitures de course BMW parcourent les circuits du monde entier. Voici douze étapes importantes de l’histoire des voitures de course bavaroises : des modèles d’endurance aux voitures de tourisme et des F1 aux Formule E. Tous partagent la passion du sport automobile. Attachez vos ceintures, nous enfonçons l’accélérateur – et pour une fois, branchons l’électricité !

Le 19 mars 2021

Activer les notifications push

Mobilité innovante, futures tendances captivantes et tours/minute élevés : Inscrivez-vous dès maintenant pour être informé des dernières actualités.

Abonnement réussi.

Abonnement échoué.

Si vous avez besoin d'aide, suivez le lien pour obtenir de l'aide.

Qu’est-ce que ce son ?

Vous pouvez également écouter cet article sur Changing Lanes, le podcast officiel de BMW. 

Outre des articles lus à voix haute, Changing Lanes vous propose chaque semaine de nouveaux épisodes remplis d’infos exclusives sur les thèmes de la technologie, du lifestyle, de l’automobile et bien plus encore... Présentés par Nicki et Jonathan. 

Retrouvez Changing Lanes et abonnez-vous sur toutes les principales plates-formes de podcasts.

Tousser, vrombir, exploser, hurler, gronder – ce qui à première vue ressemble à des bulles de bandes dessinées décrit le son des véhicules de sport automobile sur les pistes de course. Le son des moteurs des voitures de course BMW historiques. C’est une musique pour les fans de sport automobile. Provenant des tuyaux d’échappement. Mais pour la dernière entrée de notre liste dédiée aux voitures de course sous le signe de la double calandre (➜ Lisez également : Calandre BMW – logo au fil du temps), nous faisons une exception. Cette fois, d’autres expressions conviennent mieux : bourdonner, siffler, en bref : électrifier.

Cela s’applique aussi aux modèles sportifs électriques : les voitures de course BMW suscitent des émotions. Et c’est encore plus vrai pour les voitures de course anciennes ou les bolides de l’ère turbo de la Formule 1. Rejoignez-nous pour un voyage à travers l’histoire de BMW Motorsport : de la voiture électrique de haute technologie de la Formule E à la voiture de tourisme la plus réussie de tous les temps, en remontant jusqu’aux origines de BMW Motorsport dans les années 1930.

BMW 328 Mille Miglia (1940)

Fiers vainqueurs : BMW remporte la Mille Miglia (Italie) en 1940.

La BMW 328 est étroitement liée à la tradition du sport automobile de BMW. En 1940, la voiture de course BMW a réalisé une grande performance lors de la légendaire Mille Miglia (➜ Lisez également : Liste de rêves pour passionné d'automobile) : victoire générale, victoire par équipe et troisième, cinquième et sixième places. Mais la BMW 328 avait déjà remporté des succès auparavant – comme son premier succès au Rallye autrichien des Alpes en 1929 et à la course de l’Eifel en 1936. Six ans plus tard, lors de la Mille Miglia, la BMW 328 a confirmé sa réputation de voiture de sport la plus performante d’Europe. La voiture gagnante était conduite par Fritz von Hanstein et Walter Bäumer (tous deux allemands). Après 8h55 et une vitesse moyenne d’environ 168 kilomètres à l’heure, ils ont remporté la course avec une large marge.

BMW 700 RS (1960)

La BMW 700 RS est la voiture de course idéale pour les routes sinueuses.

La course automobile fonctionne aussi avec peu de puissance. Si l’ensemble est bon. Le meilleur exemple : la BMW 700 RS. Avec seulement 70 ch et un poids de seulement 630 kilogrammes, la voiture de sport légère peut atteindre une vitesse de 160 km/h. Avec ce concept, la voiture de course BMW a remporté le championnat allemand de montagne en 1960. Au volant, le pilote de course (➜ Lisez également : Charlie Martin : toutes les couleurs du sport automobile) Hans Stuck (Allemagne). Il jouera à nouveau un rôle plus tard. La voiture elle-même a remporté de nombreuses autres victoires en course jusqu’en 1964.

BMW 2002 TI (1970)

© BMW Group Archiv
BMW remporte la toute première course de 24 heures sur la Nordschleife du Nürburgring (Allemagne).

La course de 24 heures du Nürburgring (Allemagne) est aujourd’hui légendaire. La première a eu lieu en 1970, avec des voitures de course BMW sur la ligne de départ. Au volant, des semi-professionnels et des amateurs comme les Allemands Hans-Joachim Stuck (fils du roi de la montagne Hans Stuck, voir ci-dessus) et Clemens Schickentanz. Leur poste de travail était à bord de la BMW TI 2002 : 180 ch et une vitesse de pointe d’environ 220 km/h ont suffi pour une nette victoire au classement général. Soit dit en passant, la BMW Série 2 est aujourd’hui considérée comme le modèle fondateur de la classe des berlines compactes sportives.

BMW 3.0 CSL (1973)

Avec elle, les couleurs de BMW M ont trouvé leur place dans le sport automobile : la BMW 3.0 CSL sur circuit.

Aucune liste des meilleures voitures de course historiques BMW ne devrait s’en passer : la BMW 3.0 CSL (CSL signifie Coupé Sport Leichtbau, ou conception allégée). Il serait plus facile d’énumérer les endroits où la voiture de tourisme n’a pas connu de succès. En plus de six victoires au Championnat européen des voitures de tourisme, elle a également remporté des victoires dans sa catégorie au Mans (France) ou une victoire au classement général des 24 heures de Daytona (États-Unis). Il existait des versions de course qui circulaient sur les circuits avec des puissances allant jusqu’à 800 ch (➜ Lisez également : L'évolution technique du moteur BMW en 12 étapes) Sur sa carrosserie, on pouvait admirer les couleurs de la BMW M pour la première fois en 1973 (➜ Lisez également : L'histoire du logo BMW M et de ses couleurs), d’où le surnom de « voiture de patrouille ». Enfin, elle a également été la première BMW Art Car (➜ Lisez également : Wild at Art : des œuvres d'art sur roues). Sans aucun doute, la BMW 3.0 CSL est un jalon particulier dans l’histoire des courses BMW.

BMW M1 Procar (1979)

Plus de BMW M1, impossible : départ de la course Procar 1979 à Zolder (Belgique).

Et voici déjà la voiture de rêve suivante : la BMW M1. Sa conception était radicalement différente de celle de la BMW 3.0 CSL. Le point commun de ces deux modèles est qu’ils se sont illustrés sur les circuits de course (➜ Lisez également : Les ciruits urbains les plus spectaculaires du sport automobile). La BMW M1 a même eu sa propre série de course, la BMW Procar Series. Dans le cadre du programme de courses de Formule 1, les meilleurs pilotes du monde se sont affrontés pour les meilleures places et le prestige sur un équipement identique.

BMW Brabham BT52 (1983)

4 cylindres, cylindrée de 1,5 litre, turbocompresseur : les principaux ingrédients du moteur BMW pour le champion du monde Brabham BT52.

En parlant de Formule 1, de prestige et des années 1980 : en 1983, Nelson Piquet (Brésil) a remporté le titre de champion du monde des pilotes dans la catégorie reine du sport automobile au volant d’une Brabham BT52 équipée d’un moteur BMW. Sa particularité résidait dans le moteur : pour la première fois dans l’histoire de la Formule 1, un pilote a gagné sur une voiture de course équipée d’un moteur turbo. Les spécifications du moteur étaient – et sont encore 40 ans plus tard – impressionnantes. Avec un moteur de seulement 1,5 litre de cylindrée et quatre cylindres, les concepteurs ont réussi à lui faire développer jusqu’à 1 400 ch grâce au turbocompresseur à gaz d’échappement dans des versions destinées aux qualifications pour les courses.

BMW M3 (1987)

La voiture de tourisme la plus titrée de tous les temps : Roberto Ravaglia à bord de la BMW M3 (E30).

La voiture de tourisme BMW M3 (E30) avait également un quatre cylindres sous le capot. Elle a roulé de victoire en victoire sur les circuits (➜ Lisez également : Cette femme a trouvé la formule du circuit automobile) et a conquis le cœur des fans de sport automobile. À ce jour, la BMW M3 est considérée comme la voiture de course de tourisme la plus titrée de tous les temps, inscrite dans le cadre du règlement du groupe A et dans le DTM (Deutsche Tourenwagen Meisterschaft, ou Championnat allemand de voitures de tourisme). En 1987, Roberto Ravaglia (Italie) a conduit la voiture de course BMW pour décrocher le titre de champion du monde. En outre, il y a eu d’innombrables victoires dans la course de 24 heures du Nürburgring, la course de 24 heures de Spa (Belgique), le DTM, en tant que voiture de rallye et bien d’autres encore...

BMW 320d (1998)

La BMW 320d a remporté une victoire historique au classement général sur la Nordschleife du Nürburgring.

Cette BMW Série 3 est également l’un des points forts de l’histoire du sport automobile BMW. Pourquoi ? Parce que c’était la première fois qu’un véhicule équipé d’un moteur diesel gagnait la course d’endurance la plus difficile du monde dans « l’Enfer vert ». Hans-Joachim « Striezel » Stuck (voir ci-dessus), Christian Menzel, Andreas Bovensiepen (tous allemands) et Marc Duez (Belgique) ont roulé sans interruption et avec très peu d’arrêts de ravitaillement pour remporter la victoire au classement général des 24 heures du Nürburgring.

BMW V12 LMR (1999)

Victoire historique : BMW remporte le titre aux 24 heures du Mans (France).

La course des 24 heures du Mans est tout aussi prestigieuse (➜ Lisez également : 24 heures qui donnent la chair de poule). BMW a participé à cette course sur le circuit à grande vitesse de la Sarthe en 1999 avec la BMW V12 LMR, un prototype de voiture de sport. Pendant une journée, Joachim Winkelhock (Allemagne), Pierluigi Martini (Italie) et Yannick Dalmas (France) ont enchainé les tours de piste en suivant la trajectoire parfaite (➜ Lisez également: Le virage parfait : 12 conseils de pro) devant des centaines de milliers de spectateurs. Les pilotes ont ainsi parcouru 366 tours dans leur BMW de course à moteur V12, soit un total de 4 983 kilomètres. Cela signifie une moyenne de 207 km/h – et la victoire au classement général.

BMW M3 DTM (2012)

Le champion Bruno Spengler sur la ligne d’arrivée à Hockenheim (Allemagne) en 2012.

La BMW M3 2012 a également été une voiture victorieuse. L’année du retour de BMW dans le championnat DTM, la voiture de sport a couru directement pour triompher au classement des pilotes, des équipes et des constructeurs du German Touring Car Masters. Impossible de faire mieux. D’autant plus que Bruno Spengler (Canada), dans sa BMW M3 de 480 ch, n’a pris la tête du classement général que lors de la dernière course.

BMW Z4 GT3 (2015)

La BMW Z4 GT3 aux 24 heures de Spa-Francorchamps (Belgique).

Comment célébrez-vous votre départ en retraite ? Avec une victoire ! C’est ce qu’a fait la BMW Z4 GT3 à Spa-Francorchamps (Belgique) en 2015. Onze BMW Z4 étaient sur la grille de départ, la BMW portant le numéro 46 franchissant la ligne d’arrivée en tête, se battant pour passer de la 30ème place provisoire à la toute première. Lucas Luhr (Allemagne), Nick Catsburg (Pays-Bas) et Markus Palttala (Finlande) sont alors montés sur la plus haute marche du podium après 24 heures de course. Alex Zanardi (Italie), Bruno Spengler (Canada) et Timo Glock (Allemagne) ont pris leur retraite peu avant la fin de la course. Plus important encore, BMW a pu montrer qu’une voiture de course adaptée à un pilote ayant un handicap physique peut aussi être rapide sur l’asphalte.

BMW iFE.18 (2019)

Duel dans leur propre écurie de course : les pilotes d’usine António Félix da Costa et Alexander Sims s’affrontent en Formule E au E-Prix de Marrakech (Maroc) en 2019.

Après onze voitures de course BMW historiques qui ont couru de victoire en victoire avec des moteurs à combustion, un véhicule de course électrique (➜ Lisez également : À savoir : les différents types de voitures électriques) conclut, provisoirement, cette liste des jalons de l’histoire du sport automobile BMW. La BMW iFE.18 représente également un changement dans l’ingénierie automobile. BMW démontre que les voitures sont également rapides sur les circuits de course grâce à l’électricité.

Photos : BMW/BMW Group Archiv ; Auteure : Nils Arnold ; Illustrations : Carolin Wabra