Générations BMW X5 : l’âge ne compte pas

5 min de lecture
Une belle route de montagne, deux BMW X5 de générations différentes et un duo père-fils au volant – tout est prêt pour une journée pleine de plaisir de conduite. Seul le temps voudrait jouer les rabats-joie. Mais il n’y arrivera même pas.

Le 4 février 2022

QU’EST-CE QUE CE SON ?

Vous pouvez également écouter cet article sur Changing Lanes, le podcast officiel de BMW. 

Outre des articles lus à voix haute, Changing Lanes vous propose chaque semaine de nouveaux épisodes remplis d’infos exclusives sur les thèmes de la technologie, du lifestyle, de l’automobile et bien plus encore... Présentés par Nicki et Jonathan. 

Retrouvez Changing Lanes et abonnez-vous sur toutes les principales plates-formes de podcasts.

Cet épisode de podcast a été enregistré au printemps 2020.

Le brouillard avale tous les sons ici, loin dans les Alpes de Berchtesgaden. Aucun être humain à l’horizon. Mais aussi soudainement que le soleil perce les nuages de temps à autre, un grondement discret et profond se rapproche. Puis une BMW rouge tourne avec agilité dans le virage de la route panoramique de Rossfeld. Le son tonitruant s’avère être celui d’un moteur huit cylindres sous le capot de la BMW X5 4.6is de l’année 2002 (code interne de cette BMW X5 : E53). Un homme arborrant un large sourire est au volant de cette BMW youngtimer d’un rouge pompier.

La rencontre des générations

Émissions de CO2 39-27 g/km (cycle combiné)
Consommation de carburant 1,7-1,2 l/100 km (cycle combiné)
La consommation d'énergie 27,7-24,3 kWh/100 km (cycle combiné)

Un autre SAV suit à peu de distance, il s’agit de l’actuelle BMW X5 xDrive45e. Plus discrète en termes de couleur et de son, mais pas moins agile. Le jeune homme au volant arbore le même sourire que le conducteur de la BMW X5 4.6is. Rien d’étonnant à cela : Max Hesse conduit la BMW PHEV bleu foncé dans les virages de la Rossfeldhöhenringstraße ; il est pilote d’usine pour l’équipe BMW Junior. Son père, Mario Hesse, pilote le futur classique, la BMW X5 de première génération.

En avant pour les sommets, telle est la devise de cette journée dans les Alpes de Berchtesgaden. Et ce, à deux égards. D’une part, parce que la route panoramique de Rossfeld est la plus haute route continue d’Allemagne (➜ Lisez également : Liste de rêves pour passionné d'autromobile), encadrée par d’impressionnantes montagnes. Et d’autre part, parce que les ambitions peuvent également atteindre des sommets : Max Hesse pilote une BMW M6 GT3 avec ses collègues de l’équipe BMW Junior dans l’actuelle série d’endurance du Nürburgring (NLS). Il doit certainement aussi son talent à ses gènes. Après tout, Mario Hesse était autrefois un coureur amateur ambitieux.

Les BMW ont droit à une pause sur un parking, tandis que les Hesse examinent de plus près les deux BMW X5. Max explique qu’il s’est assis dans un kart pour la première fois à l’âge de trois ans. À l’époque, la première BMW X5 était déjà sur le marché depuis quatre bonnes années. Max Hesse est donc plus jeune que la voiture qu’il conduira plus tard. « Mon père est et était le plus grand soutien que l’on puisse imaginer. Il m’a beaucoup appris » , poursuit Max. Et probablement aussi transmis du talent.

De bons gènes : un lien évident.

Au sujet des gènes : l’ADN familial des deux BMW X5 est évident. Elles portent fièrement la calandre familière de BMW (➜ Lisez également : Signe distinctif : la calandre BMW en 13 designs), les silhouettes sont similaires, le coude typique Hofmeister de BMW est plus ou moins clairement visible et les deux modèles reposent sur de larges assises. Même aujourd’hui, les jantes de 20 pouces équipées de pneus de série 315 ne font pas paraître la BMW X5 youngtimer vieille à côté des jantes alus de 21 pouces de la BMW X5 hybride (ou BMW X5 G05) (➜ Lisez également : Hybride rechargeable et autres voitures électriques). « Les deux BMW X5 ont un nombre surprenant de points communs sur le plan visuel » , déclare Max Hesse.

Il y a une bonne vingtaine d’années, les Bavarois ont présenté l’ancêtre de tous les SAV BMW. Fondateur de ce qui est devenu depuis une famille étendue de modèles BMW X : de la X1 à la X7 en passant par la X4, une longue lignée issue du restylage BMW X5. Cela inclut également les dérivés sportifs de la branche de la famille M, tels que la X3 M ou la X6 M. Et avec la puissance électrique se trouve la partie familiale des modèles BMW i comme les iX3 ou iX (➜ Lisez également : 10 ans de BMW i : la success story d'une vision).

BMW X5 : le plaisir de conduire à haut niveau

Le point commun de tous les modèles X est le plaisir de conduire (➜ Lisez également : Histoire du slogan BMW). Il est dans chaque BMW, dès la naissance. Ce qui nous amène au sourire satisfait de Mario Hesse. En effet, l’ancien pilote de karting amateur prend visiblement du plaisir à piloter la BMW X5 4.6is (ou X5 e53) de BMW Classic dans les virages en épingle à cheveux et les pentes raides de la route d’altitude. Il fut un temps où il affrontait un certain Michael Schumacher dans le véhicule classique de sport automobile d’entrée de gamme. Aujourd’hui, il profite du couple impressionnant (➜ Lisez également : Le couple moteur dans l'auto : ce qu'il faut savoir) du huit cylindres.

La dernière génération de BMW X5 offre un plaisir de conduite différent. Le moteur BMW X5 six cylindres en ligne turbocompressé est secondé par un moteur électrique, ce qui donne un couple maximal combiné de 600 Nm (➜ Lisez également : L'évolution technique du moteur BMW en 12 étapes). En parlant d’apogée, la BMW X5 xDrive45e (BMW G05) utilise la puissance du moteur à combustion et du moteur électrique pour aplanir les pentes comme si elles n’existaient pas. Cela explique le sourire décontracté de Max Hesse, assis au volant du modèle 2021 BMW X5 PHEV.

Une dynamique de conduite de pointe

Dès son lancement, la BMW X5 de 2002 a impressionné par une dynamique de conduite totalement inédite jusqu’alors dans les véhicules tout-terrain (➜ Lisez également : « The old world » : à vélo et en BMW à travers l'Europe). Et cela n’a pas changé jusqu’à ce jour. Comme le père et le fils Hesse le confirment à l’unisson après un changement dans le cockpit. Car l’aïeul combine également de manière étonnante les caractéristiques tout-terrain (➜ Lisez également : Voyage au Bhoutan. Roadtrip to Happiness) avec des talents sportifs exceptionnels. Tous deux méritent donc le terme de véhicule d’activité sportive (SAV).

Changement rapide de conducteur lors du road trip (➜ Lisez également :Road trip helvétique : le grand tour de Suisse) à travers les alpes hivernales. Maintenant, le jeune conduit l’ancienne et l’ancien conduit la jeune. Max Hesse est fasciné par la sonorité de la youngtimer : « elle a une sonorité vraiment bonne », déclare-t-il, tandis que Mario Hesse est impressionné par les caractéristiques de confort de la BMW X5 xDrive45e et, de manière générale, par l’intérieur BMW X5. Dans l’habitacle, une comparaison directe des protagonistes montés sur pneumatiques révèle les développements intervenus dans l’ingénierie automobile au cours des 20 dernières années. Le niveau de confort de l’intérieur de la BMW X5 de 2020 xDrive45e est un cran au-dessus de celui de son ancêtre.

Le plaisir de conduire n’est pas une question d’âge

Pourtant, le plaisir de conduire n’est absolument pas une question d’âge – ni pour les pilotes Mario et Max Hesse, ni pour les deux BMW X5. La question de la génération ne se pose pas. Il suffit juste de savoir si vous préférez le style oldschool ou plutôt actuel. Votre choix entre la BMW X5 de 2002 ou la BMW X5 hybride de 2020 ? Que déciderait Mario Hesse ? Il s’installe rapidement dans la « vieille » BMW X5, tandis que Max Hesse ouvre en riant la porte côté conducteur de la BMW X5 xDrive45e. Le SAV rouge à huit cylindres sort du parking en rugissant, suivi par le ronronnement du PHEV. Ils disparaissent rapidement dans le brouillard en direction de la vallée. Puis le silence retombe à nouveau sur la montagne.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Auteure : Nils Arnold ; Photos : Marc Wittkowski